Live News

Travaux au cimetière marin de Souillac : la contestation s’organise

Dessin d’architecte des travaux proposés contenu dans le dossier EIA.

Le ministère de l’Environnement souhaite entreprendre des travaux de réhabilitation au cimetière marin de Souillac, comme publié dans une demande de permis EIA (Environment Impact Assessment) qu’il a déposée. Cette demande sera analysée et le permis éventuellement octroyé par…le ministère de l’Environnement lui-même. Or, une cinquantaine de professionnels, de personnalités et de citoyens s’élèvent vivement contre ces travaux. Une correspondance officielle dans ce sens a été envoyée aux autorités concernées, ce vendredi.

« Le cimetière marin de Souillac est un site emblématique, à la fois historique, culturel, religieux et paysager de notre île et nous demandons qu’il soit respecté à sa juste valeur. Le projet d’aménagement présenté dans le cadre d’un EIA publié début mai 2024 nous inquiète au plus haut point », indiquent-ils dans leur courrier.

S’ils reconnaissent que « des travaux de protection sont effectivement nécessaires, car la structure actuelle s’effrite, fragilisant la dune », en revanche, « l’aménagement additionnel proposé aura un impact visuel majeur et dénaturera totalement le cimetière marin historique de Souillac ».

Ils y expriment, par ailleurs, leur crainte : « ce lieu de mémoire et d’histoire risque de perdre son âme et son authenticité en étant bordé côté mer par un grillage et une piste de jogging en dur, éclairée par des lampadaires tous les deux mètres. Cet aménagement ôtera son caractère pittoresque et naturel, altérant ainsi la splendide vue sur la mer et le jardin Telfair. Le grillage empêchera les visiteurs d’accéder à la mer et sera visible depuis le cimetière, ainsi que depuis la rive opposée et le jardin Telfair. Par ailleurs, la mise en place d’une piste de jogging et d’une promenade, utilisable même la nuit, paraît totalement inappropriée pour ce cimetière emblématique ».

Le collectif rappelle que le cimetière a été créé à la fin du 18e siècle « sur une dune près de l’embouchure de la rivière Savanne, à proximité du batelage, et abrite des tombes très anciennes ». « Des personnalités connues, comme le poète Robert Edward Hart, décédé en 1954, y reposent, entourées de sable et de fleurs sauvages. Des épitaphes et des inscriptions gravées dans le basalte ornent certaines tombes, tandis que d’autres affichent des styles shintoïstes, dravidiens et hindous », expliquent-ils.

Les signataires soulignent aussi que le cimetière fait partie d’un ensemble d’une richesse historique inouïe pour Maurice, dont certains sont classés patrimoine national. Parmi, la tombe du Baron d’Unienville située dans le cimetière marin de Souillac, le Batelage, construit à la fin du 18e siècle, le poste de police de Souillac qui servait initialement, au 18e siècle, de logement aux esclaves qui travaillaient sur les plantations sucrières, et le Telfair Monument et le jardin du même nom sur la rive opposée, avec vue sur le cimetière. L’ancienne gare de Souillac et la Nef, ancienne maison de corail du poète mauricien Robert Edward Hart, devenu un musée, sont situés en face du cimetière où il est enterré.

Ils demandent donc aux autorités de solliciter l’avis de spécialistes en conservation du patrimoine naturel et culturel, et espèrent vivement « que le projet sera modifié en conséquence ».

Parmi les signataires, on retrouve Gada Schaub-Condrau, citoyenne engagée, Adi Teelock, historienne et citoyenne engagée, Priya Hein, auteure de Riambel (Prix Jean Fanchette), Percy Yip Tong, directeur artistique, Alain Gordon Gentil, éditeur et auteur, Daniella Bastien, anthropologue, Jean-Luc Mootoosamy, journaliste, Dr Zeennat Aumeerally, Jean Claude de l’Estrac, écrivain, ancien ministre et diplomate, Vidula Nababsing, sociologue et ancienne parlementaire, Raymond d’Unienville, juriste et historien.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !