Actualités

La médecine alternative : se soigner naturellement avec les plantes

De plus en plus conscients de leur santé, les Mauriciens sont nombreux à se tourner vers les remèdes naturels. Que ce soit la naturopathie, l’homéopathie ou encore la phytothérapie, les plantes et leurs bienfaits séduisent. Zoom.

Le moringa

Les bienfaits du moringa ont été prouvés scientifiquement. C’est ce qu’explique Vinay Kanhye en mettant en avant les différentes vertus de cette plante. D’abord, ce produit naturel aide à améliorer la défense naturelle du corps, ce qui prévient les maladies. Et le moringa aide aussi à combattre plus de 300 maladies. Il nourrit les organes vitaux et stimule le cerveau, tout en embellissant la peau et en purifiant le corps. Il facilite la circulation sanguine. Ceux qui veulent perdre du poids peuvent aussi consommer ce produit.

Autant de bienfaits que vante Vinay Kanhye, le directeur de V Kanhye Health Foods. « Les avantages du moringa ont été prouvés par des laboratoires à travers le monde. Plusieurs recherches abondent dans ce sens : le moringa a tout bon », fait-il ressortir.

Vinay Kanhye est passionné par les effets de cette plante qu’il a découverte dans un Natural Health Shop en Angleterre. De retour au pays, il a monté son entreprise et a commencé à planter le moringa et à en faire une poudre ainsi qu’une infusion. Les deux produits : Kanhye Moringa Infusion et Kanhye Moringa Powder ont vite été adoptés par les Mauriciens d’ici et d’ailleurs. Le moringa est à consommer en moyenne trois fois par jour. En infusion, il suffit de mettre le « tea-bag » dans de l’eau chaude et d’attendre quelques minutes. Pour la poudre, une petite cuillère à café peut être ajoutée à sa nourriture ou sa boisson, matin et soir.

Le pouvoir des fleurs

Retrouver une harmonie, un bien-être holistique. Ce sont les objectifs d’une thérapie par les élixirs de fleurs. En effet, chaque fleur comporte des vertus qui peuvent aider à guérir, c’est ce que fait comprendre Birgitta Holenstein-Ramsurn, Flower-Therapist. Et, l’île Maurice regorge de fleurs aux vertus thérapeutiques. Birgitta Holenstein-Ramsurn a réuni les propriétés de plus d’une vingtaine de fleurs et en fait des élixirs qui ont la capacité d’aider à guérir.

« On peut surmonter la fatigue et le stress avec un élixir de fleur. Il aide à se sentir mieux, à trouver l’équilibre et un sentiment de bien-être dans le corps et l’esprit », explique la Flower Elixir Therapist qui note les bienfaits de l’élixir de la trochetia ou encore de celui de l’hibiscus et du baume de l’île Plate qui est une fleur très rare.

« L’hibiscus est idéal pour les femmes, qu’elles soient jeunes ou moins jeunes. Et la trochetia est conseillée à ceux ou celles qui ont vécu un traumatisme ou une épreuve difficile », fait comprendre la thérapeute. Cette dernière souligne que les fleurs à Maurice ont un potentiel de traitement très fort. « Le soleil fait beaucoup de bien aux plantes et c’est ce qui fait que les fleurs sont encore plus bénéfiques. »

Cependant, elle estime qu’il est essentiel de mieux protéger l’environnement pour sauvegarder ces trésors de la nature. Ses recherches sur les fleurs locales remontent à plus d’une dizaine d’années et elle propose régulièrement des ateliers pour mieux faire découvrir les bienfaits des élixirs. Le prochain aura lieu le dimanche 7 mai.

Aloe vera

Plante aux multiples bienfaits, l’aloe vera est depuis longtemps indispensable dans la médecine naturelle. Plus connue à Maurice sous le nom de mazambron, cette plante a soigné plusieurs générations, dont la présente.   

Pour le naturopathe Imran Abdool, l’aloe vera, regorge d’éléments pour aider au bon fonctionnement de la santé. « L’aloe vera contient dix-neuf acides aminés. C’est aussi, une des rares plantes à contenir du B12 qui aide à prévenir l’anémie. »

De plus, l’aloe vera a aussi un usage externe comme nous l’explique le naturopathe. « La plante contient de la vitamine C, E et du zinc qui favorise le développement des tissus. La vitamine C qui synthétise le collage favorise la cicatrisation des plaies. Elle est aussi utilisée pour guérir des entorses. »

L’aloe vera aide aussi à combattre les inflammations, comme celui de l’estomac et du tube digestif. Cette plante est aussi efficace contre la chute des cheveux, pour réguler le taux de sucre dans le sang, la goutte, l’hypertension et d’autres calculs. Elle peut aussi être utilisée pour traiter une peau acnéique.

La plante serait même indiquée pour soigner certains types de cancer. « Dans le passé j’ai traité un de mes patients qui souffrait d’une tumeur au cerveau avec de l’aloe vera. Et il s’avère que cette plante l’a beaucoup aidé à tel point que ses médecins n’ont pas jugé bon de l’opérer par la suite », témoigne le naturopathe.

Spagyrie

Selon le Dr Gopalsamy Naidu, le directeur de la branche mauricienne Phylak Sachsen, une société allemande, la nature contient de tout ce qu’il faut pour soigner l’homme. « Malheureusement, la médecine allopathique nous a fait croire qu’elle est la seule à pouvoir apporter la guérison. Or, elle ne fait que nous soigner à court terme. Alors que la médecine spagyrique, dont le procédé consiste à séparer les composants d’une plante et de les purifier, afin qu’ils proposent ses bienfaits au corps et guérissent les maladies chroniques. »

Et dans la spagyrie, la consultation dure beaucoup plus longtemps que lors d’une consultation allopathique : « Quand un patient vient me voir, je passe en moyenne trente minutes avec lui. Ensemble nous passons en revue son historique médical. Dans la médecine naturelle, il est important de connaître la vie du patient. » C’est parce les remèdes proposés sont taillés sur mesure.

« Contrairement à la médecine allopathique, qui ne donne que de médicaments passe-partout, la spagyrie offre un médicament qui apporte des éléments spécifiques pour favoriser la guérison. De plus, cette médecine est bénéfique à la fois pour le corps et l’esprit. »

Pour le Dr Naidu, le public a plus à gagner s’il se tourne vers la médecine traditionnelle. « D’emblée il faut comprendre que la médecine naturelle coûte moins cher. L’autre facteur c’est qu’elle peut guérir les maladies chroniques à long terme, au lieu que d’apporter un soulagement », fait-il ressortir.


Herboriste - Jay Mootoosamy : «Les tisanes agissent lentement, mais efficacement»

Jay Mootoosamy au marché central. Des tisanes composées pour faire une décoction.

L’échoppe de Jay Mootoosamy au marché central est une référence. Depuis plus de vingt ans, l’herboriste vend des tisanes aux Mauriciens et aux étrangers. « Durant ces cinq dernières années, le nombre de Mauriciens consommant des tisanes pour soulager leurs maux a augmenté. Ils font de moins en moins confiance à l’allopathie, car certains médicaments présentent des effets secondaires. Ils se tournent donc vers les plantes médicinales majoritairement utilisées dans les tisanes que nous préparons. Les tisanes agissent lentement, mais efficacement », fait observer Jay Mootosamy.

D’après notre interlocuteur, les jeunes s’intéressent aux plantes. « Certains s’en procurent, car leurs parents sont des adeptes des tisanes, d’autres ont entendu parler des bienfaits des plantes médicinales dans leur entourage », dit-il. C’est ainsi que les plantes médicinales deviennent à nouveau populaires.

L’échoppe de Jay Mootoosamy propose plusieurs tisanes composées pour soigner l’asthme, l’insomnie, la cellulite, la hernie et le stress, entre autres. En ce moment, il remarque que les tisanes composées pour maigrir et pour le diabète ont le vent en poupe. « Nombreux sont ceux qui souhaitent perdre du poids. Une décoction préparée à base des tisanes composées les aide en effet à combattre les graisses en surplus », dit-il.

Le produit contient une douzaine de plantes notamment fandamane et ortosiphon. Elles contribuent à éliminer les graisses et les toxines. Pour obtenir une décoction, il suffit de faire bouillir les tisanes composées dans de l’eau pour en extraire les principaux éléments. « Certains diabétiques se tournent vers les remèdes naturels », avance l’herboriste.

Toutefois, il déplore que les Mauriciens ne suivent pas le traitement comme recommandé. « Les tisanes composées, dépendant du degré de la maladie, sont généralement prescrites pour dix à quinze jours. Les patients doivent renouveler le traitement, afin de compléter un cycle lunaire. Mais peu le font. Dès que les maux disparaissent, ils cessent de consommer la décoction », note-t-il.

L’herboriste indique qu’il a participé à la conférence régionale Ayurveda, Yoga and Naturopathy, Unani, Siddha and Homeopathy en 2016, à l’African Regional Standards Organisation pour répertorier les plantes médicinales en 2015 et à la conférence UNESCO en 2013 sur la médecine traditionnelle.

Les tisanes composées pour apaiser certains maux et soigner les maladies.
Related Article

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective