Actualités

Industrie sucrière : assistance financière aux grands planteurs et usiniers

Les usiniers seront parmi les bénéficiaires de l’aide de l’État au même titre que les petits planteurs.

Ce n’est pas uniquement les petits planteurs qui vont bénéficier d’une aide de l’État. Même les grands planteurs et les usiniers vont dorénavant avoir une assistance financière.   

Nouveau sérum à l’industrie sucrière. Le Sugar Insurance Fund Board (SIFB) va étendre son assistance financière pour la récolte 2018 aux grands planteurs aussi bien qu’aux usiniers. Auparavant, cette assistance n’était destinée qu’aux petits planteurs. C’est l’une des recommandations faites par le comité technique mis en place afin de se pencher sur les difficultés auxquelles les acteurs de cette industrie font face. Cette mesure a été décidée en attendant le rapport de l’enquête que la Banque mondiale est en train de faire au sein de l’industrie sucrière.

Le pays compte actuellement 12 000 petits planteurs et trois usines, notamment Alteo, Terra et Omnicane. 

Au sein du ministère, on indique que les grands planteurs, notamment les ‘corporate’, contribuent énormément aux fonds du SIFB. «Ce sont eux les plus gros contribuables. Si les parties prenantes ne reçoivent pas leur dûs, alors les usines vont cesser de fonctionner », explique un cadre du ministère. Ce dernier indique que les quelque 12 000 petits planteurs qui produisent jusqu’aux 60 premières tonnes de sucre chacun sont exemptés à contribuer à ce fonds. Le président de la Planters’ Reform Association (PRA), Salil Roy, affirme qu’il faut venir avec une solution sur le long terme dans ce secteur, tout en saluant les efforts des autorités sur l’exemption de contribuer à ce fonds. 

Afin d’aider les travailleurs au sein de cette industrie, concernant le Portable Retirement Gratuity Fund (PRGF), les employeurs de l’industrie de la canne à sucre ont calculé jusqu’au 31 décembre dernier leur ‘lump sum’ selon les Remuneration Orders. Mais à compter du 1er janvier 2020, la contribution sera  en fonction du taux en vigueur de la PRGF et pour leurs années de service après le 31 décembre 2019 et sera conforme aux dispositions de la Workers’ Rights Act.

Superficie sous la canne à sucre : baisse de 29 670 hectares en 30 ans

La superficie récoltée de la canne à sucre a diminué de 4,6%, passant de 49 974 hectares, en 2017, à 47 678 hectares en 2018. Le rendement moyen a diminué de 11%, passant de 74,31 tonnes par hectare en 2017 à 66,16 tonnes en 2018. Dans les années 1987, 77 348 hectares étaient sous  culture de la canne à sucre. L’année ensuite, cela a connu une baisse de 600 hectares. En 1990, c’est 76 200 hectares qui étaient sous culture de la canne à sucre. Dix années plus tard, soit dans les années 2 000, c’est 73 147 hectares de terre qui étaient sous culture de canne. En 2010, il n’y avait que 58 755 hectares sous la canne à sucre.

Produire de l’énergie avec de la bagasse

Il y a aussi le fait que le gouvernement compte  produire 35 % de nos besoins en énergie avec la bagasse d’ici 2025. Mais pour y parvenir, il est important de produire suffisamment de sucre et de facto on aura de la bagasse pour la production de l’énergie. « On doit produire autour de quatre millions de tonnes de canne qui donnent 400 000 tonnes de sucre et cela va produire de la bagasse pour la production d’énergie électrique», affirme un proche du dossier.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !