Economie

Immobilier : Maurice «seconde résidence» pour les Sud-Africains

Immobilier (Photo du site de Seeff) Il est désormais plus facile pour les étrangers d’acheter une maison à Maurice.

L’engouement des particuliers et des investisseurs d’Afrique du Sud pour Maurice découle d’un environnement économique et fiscal attrayant de même que des règlements assouplis pour des acquisitions.

«Maurice est en passe de devenir la seconde résidence pour les Sud-Africains. » C’est ce qu’a déclaré Theo Pietersen, Managing Director (MD) de la branche mauricienne de l’agence immobilière Seeff, dans un article publié sur businesstech.co.za, l’un des plus grands sites Web d’affaires en Afrique du Sud, avec plus de « 1,1 million de visiteurs et 2,8 millions de pages consultées par mois ».

Theo Pietersen explique qu’avec les récents changements dans la législation en matière d’investissement immobilier, il est désormais plus facile d’investir dans l’immobilier résidentiel et commercial sur l’île. « Il y a un nombre accrus de projets disponibles pour les acheteurs sud-africains, tant dans le résidentiel que l’immobilier », précise le MD de Seeff, agence considérée comme une référence dans l’immobilier en Afrique du Sud. Le groupe compte 200 branches et plus de 1 200 agents sur son principal marché, en Namibie, au Botswana, au Zimbabwe, en Zambie, au Swaziland et à Maurice.

Le manque d’options « en bord de mer » n’empêche pas les Sud-Africains de casquer fort. Selon Theo Pietersen, ces derniers ont tendance à investir entre Rs 6,5 millions et Rs 20 millions. L’intérêt croissant des Sud-Africains pour l’immobilier résidentiel mauricien se reflète dans l’investissement direct étranger venant de l’économie la plus industrialisée du continent.

Pour les neuf premiers mois de 2018, les particuliers et entreprises africaines ont investi Rs 1,76 milliard à Maurice, soit 15 % de la somme totale pour la période. En comparaison avec les trois premiers trimestres de 2017, le montant est en progression de quelque 19 %, selon les données de la Banque de Maurice.

Poursuivant son analyse, Theo Pietersen explique comment les Sud-Africains perçoivent l’acquisition d’un bien immobilier à Maurice. Pour certains, c’est simplement pour s’y installer. Il y a également une demande croissante pour des résidences de vacances et des maisons secondaires pour y passer sa retraite.

Certes, l’infrastructure publique s’améliore. Le secteur bancaire est une référence. La croissance mauricienne serait de 3,9 % en 2019, selon le Fonds monétaire international. Là où Maurice a un avantage sur l’Afrique du Sud c’est au niveau du plan fiscal. La taxe sur les profits est de 28 %, contre 15 % à Maurice.

Cependant, sur la fiscalité des particuliers, l’écart est encore plus conséquent. Alors qu’à Maurice le Pay As You Earn est à 15 % (harmonie fiscale oblige), en Afrique du Sud elle peut atteindre les 45 %. Selon le site de African Revenue Services, par exemple, si les salaires annuels dépassent les 1,5 million de rands, le particulier sera taxé à hauteur de quelque 532 000 de rands et 45 % du montant (x – 1,5 million de rands).