Interview

Vishal Baujeet, de la GTU, sur le PSAC : «Le poids des A pourrait jouer dans l’allocation des collèges»

Il sait qu’il marche sur des œufs, il tente ainsi de noyer le poisson d’une façon diplomatique. Vishal Baujeet, assistant secrétaire de la Government Teachers Union (GTU), est contre le fait de réduire le « pass mark » au PSAC et, surtout, admet que le poids d’un A pourrait jouer, par manque de places, dans les « star colleges » très demandés.

Depuis l’introduction du Primary School Achievement Certificate (PSAC) en 2017, le taux de réussite prend la courbe descendante. En tant qu’enseignant toujours en fonction et assistant secrétaire de la Government Teachers Union (GTU), expliquez-nous où le bât blesse…
Depuis ces dernières années, toutes les classes comportent des mixed abilities children, soit des écoliers qui sont moyens, d’autres de niveau plus bas, mais aussi des gifted children. Cela a un impact sur la performance des écoliers. En tant qu’instituteur, on enseigne à tout le monde, mais certains apprennent vite, alors que d’autres comprennent après un peu plus de temps. D’autres encore ne sont pas portés pour des sujets spécifiques et il faut faire avec.

Au lieu de chercher des boucs-émissaires, ne devrait-on pas plutôt se pencher sur la méthode d’enseignement ?
Les aspirants enseignants reçoivent une formation au Mauritius Institute of Education (MIE) et, quand on en ressort, on est supposé être fin prêt à enseigner en classe. Mais, mettre la théorie en pratique avec des enfants de différents niveaux demande du temps et de la patience. Par exemple, quand on enseigne les mathématiques à un élève, il faut aller au-delà des quatre opérations de base. Un bon enseignant aura à cœur de développer la logique de l’écolier.

Comment faire la démonstration  des différents principes des scientifiques ?
Nous n’avons pas de laboratoire à l’école. Alors pour faire la démonstration de ce que les élèves auront appris dans un chapitre donné, nous faisons avec les moyens du bord. Pour leur  parler de l’importance de l’oxygène, par exemple, j’ai souvent recours à l’exercice pratique suivant. Je place deux bougies sur mon pupitre et je les allume. Je leur demande, si je place un récipient sur l’une d’entre elles, que se passera-t-il ? Je fais le geste et la bougie s’éteint. Là, je leur explique que sans oxygène la flamme ne brûlera pas. Or, quand on abordera le chapitre en théorie, c’est  cet exercice qui leur viendra à l’esprit et tout sera clair. C’est ainsi qu’on facilite la compréhension de l’élève.

On laisse entendre que le pass mark a été réduit pour ne pas augmenter le taux d’échecs au PSAC. On joue sur les chiffres, mais en même temps, sur l’avenir des gosses…
Le problème réside, selon moi, en grande partie dans la  promotion automatique. Si la base est fragile, comment fera l’enfant quand les matières deviendront plus compliquées, s’il monte automatiquement dans les classes supérieures ?

Il y a une perception que les enseignants « al sof ban lekol » juste pour avoir un salaire et des congés payés. Que répondez-vous à cela ?
Je dis une chose : si vous n’êtes pas animé par la flamme, cette passion de l’enseignement, trouvez autre chose à faire. Je ne suis pas partisan du moindre effort. Pour moi, on est prof ou on ne l’est pas. D’ailleurs, pour la petite anecdote, après mon apprentissage au MIE, ma première affectation a été dans une école de Zone d’éducation prioritaire (ZEP).

C’était l’abattoir, direct ?
J’avoue que la première année a été difficile, mais au bout du compte, je suis resté huit ans dans cet établissement. Il fallait juste comprendre le mindset de ces enfants et leur environnement, et tout faire pour améliorer les choses. Cela a marché.

Une autre question qui fâche : il y a des rapports officiels du ministère qui attestent que des enseignants demandent à leurs élèves de faire le strict minimum pour obtenir les 75 points qui équivalent à un A. 
Je suis contre cette école de pensée. Il faut toujours viser plus haut. Se satisfaire du strict minimum est regrettable pour l’écolier.

Une autre tare qui dérange le ministère : certains enseignants encourageraient les candidats à faire l’impasse sur la rédaction en anglais et en français au PSAC. Selon eux, les quelques points supplémentaires que cela pourrait leur rapporter, ne feront pas de différence du moment qu’ils ont déjà assuré les 75 points synonymes d’un A. Est-ce de peur que l’enfant n’écrive des bêtises bourrées de fautes ?
Effectivement, il y a eu des plaintes officielles en ce sens. Vous savez, depuis l’abolition du A+, certains se demandent pourquoi s’échiner à obtenir 95 points, alors qu’ils valent autant que les 75 points, soit un A tout court ? Moi, je dis que, si un enfant peut maîtriser sa grammaire et son vocabulaire, au lieu de faire une phrase toute simple dans sa composition, il peut l’enrichir avec des adjectifs pour l’embellir et la rendre plus attrayante, qu’importe le niveau du A, 75 ou 99 points.

En tant qu’enseignant, partagez-vous l’avis de ceux qui  pensent que les questionnaires sont difficiles ? Que  la formulation de certaines questions sont trop complexe ?
Le MIE se penche sur un moyen de faire participer les enseignants à la préparation des papiers d’examens, via les question banks. Le but est de rendre la formulation des questions plus accessible aux enfants. 

Revenons à cette fameuse lettre A, qui équivaut entre 75 et 100 points. à titre d’exemple, deux filles habitant le même bloc d’appartements et fréquentant la même école primaire obtiennent 5 A chacune. Comment se fait-il que l’une a un « petit » collège et l’autre, un star college ?
J’ai des difficultés à répondre à cette question. La prérogative d’offrir les collèges revient au Mauritius Examinations Syndicate (MES).

Dans ce cas précis,  se pourrait-il que le niveau des 5 A ait été pris en compte pour l’allocation du collège ? Qu’il y ait finalement un A simple et un A super ?
Il se pourrait que cela se fasse, mais il y a aussi une telle demande dans certains collèges dans la même zone que le MES ne peut y caser tous les élèves. Alors, le MES se rabat sur le 2e choix des parents sur la liste qu’ils ont soumise avant les examens, mais l’enfant aura un collège dans le même catchment area.

Ce serait un grading déguisé ?
Le weightage (ndlr : poids) des A pourrait jouer dans l’allocation des collèges pour des enfants ayant eu des résultats similaires. Surtout s’il s’agit  d’un établissement très prisé.

Tout le monde rouspète, mais quel remède de cheval faut-il appliquer à notre système éducatif ?
Bien que le concept soit bon, le PSAC n’a pas été introduit à un moment propice. D’autre part, les torts sont, selon moi,  partagés. L’absentéisme et le manque d’implication des parents dans l’éducation de leurs enfants, le manque de suivi, d’enseignants, des pédagogues… Nous avons tous une part de responsabilité. Si on baisse le pass mark au PSAC, on aura la quantité, mais pas la qualité. Est-ce cela que nous voulons ?

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !