Xplik ou K

Taxis marrons à Rose-Hill: Les taxis marrons font polémique

C’est une guerre qui n’est pas prête de prendre fin.
Nadarajen V., est très remonté. Ce chauffeur de taxi opère depuis une vingtaine d’années sur le trajet Rose-Hill / Stanley. Il déplore la présence de taxis-marron dans la région. Selon lui, leur nombre ne cesserait d’augmenter ces dernières années. Cet habitant de Stanley demande aux autorités d’assumer leurs responsabilités et de défendre son gagne-pain. L’un des chauffeurs de taxi illégaux aurait agressé un chauffeur de taxi dûment patenté vers 18 heures, le 4 septembre dernier. Le motif de cette agression : il voulait empêcher son ‘confrère’ de prendre des passagers. « Depuis l’an 2000, nous militons contre ces taxis qui opèrent dans l’illégalité. La situation ne cesse d’empirer et menace notre unique moyen de subsistance », explique Nadarajen au Défi Quotidien. Dans ce même contexte, notre interlocuteur révèle que « quelque 150 taxis enregistrés auprès de la National Transport Authority opèrent dans cette région de Rose-Hill/Stanley alors que le nombre de taxis illégaux se chiffre désormais entre 30 et 35 véhicules.» Nadarajen nous relate la situation au quotidien. « Ceux qui agissent dans l’illégalité exercent leurs activités sans être nullement inquiétés par les autorités. Ils passent devant les policiers -pourtant chargés de faire respecter la loi – sans que ces derniers ne réagissent. Outre que nous souffrons déjà de la concurrence déloyale des nombreux chauffeurs de taxi issus des régions de Trèfles, Plaisance, Rose-Hill, Camp Levieux, Roches-Brunes et Mont-Roches, voilà qu’il nous faut aussi subir la présence de ces personnes qui ne disposent d’aucun permis. C’est injuste, c’est notre activité professionnelle qui est menacée. Nous avons des frais à couvrir, chaque jour, comment faire si on nous pique nos clients à longueur de journée ? » se demande notre interlocuteur.

Une quasi-immunité

Le plaignant lance un appel pressant aux autorités pour qu’elles assument leurs responsabilités. « Nous avons contacté la police et la National Transport Authority, en vain. La NTA est parfaitement au courant de nos soucis. Ces chauffeurs illégaux ne sont nullement sanctionnés par les agents de police et de la NTA. Ils opèrent donc dans une quasi-immunité. C’est absurde. Ils n’ont pas de permis et ne devraient pas opérer dans notre zone pour transporter des passagers », fulmine-t-il. Narain Ramgoolam, Chief Road Inspector de la National Transport Authority, explique qu’un suivi est assuré par les officiers de la NTA. « Effectivement, les voitures privées n’ont pas le droit d’y opérer. Comme ce taximan l’a dit, ceux opérant dans l’illégalité seront sanctionnés et écoperont d’amendes. Des officiers se rendront sur le lieu indiqué pour un constat des lieux. Outre des amendes, les personnes opérant dans l’illégalité risquent de voir leur voiture mise sous scellés. Cette sanction peut durer un mois ou plus. Ces mesures ont été prises par les officiers de la NTA, pas seulement dans les régions de Rose-Hill, mais aux quatre coins de l’île. Nos officiers séviront davantage », a déclaré le responsable de la NTA durant l’émission Xplik ou K sur Radio Plus.
Related Article