Xplik ou K

Plaisance Shopping Mall : l’Adsu sensibilise aux méfaits de la drogue

sensibilisation drogue Jeunes et moins jeunes ont visité le stand de l’Adsu au Plaisance Shopping Mall de Rose-Belle.

L’équipe de l’Anti Drug and Smuggling Unit de Rose-Belle a organisé, samedi 16 février, un programme de sensibilisation aux divers types de drogue et leurs méfaits sur les consommateurs, leurs familles et la société.

C’est au Plaisance Shopping Mall de Rose-Belle que la Southern Division de la brigade antidrogue, avait installé ses équipements  : téléviseur diffusant un film et mallette contenant divers spécimens de drogues (naturelle et synthétique) dans le but de toucher le public.

Selon le responsable de l’unité, le sergent Boodhun, le but de cette activité était de sensibiliser  le plus de gens dans la région de Rose-Belle et des alentours aux méfaits des drogues. « Il y a une prolifération de la drogue à travers le pays : gandia, cannabis, héroïne, opium. Les médias se font l’écho des diverses saisies et des opérations crack-down. Mais les gens sont ignorants des nouvelles drogues synthétiques (sous forme de poudre, de cachet, de liquide, d’herbes) qui imitent les effets des drogues classiques et ont des effets plus néfastes, voire mortels, sur les consommateurs. »

Le problème, c’est que ces nouvelles drogues sont moins chères et donc plus accessibles. D’où le fléau qu’ils représentent désormais dans nos écoles ou collèges, où l’on voit des enfants intoxiqués dès l’âge de 13 ou 14 ans. Ils sont à la fois victimes et participent à ce trafic, ce commerce illicite. Toutes le familles sont touchées, affectées, d’où la nécessité de mener des campagnes de prévention auprès du public, des écoles/collèges/universités et des entreprises. « Nous sommes tous concernés, ce n’est qu’en oeuvrant ensemble que nous pourrons vaincre la prolifération de la drogue à Maurice, insiste le sergent. La lutte ne peut être menée par les seules autorités (police, justice). Tous les Mauriciens doivent s’y mettre. »

drugs
Tableau montrant les divers types de drogues disponibles à Maurice.

Impact sur la société

  • destruction des familles, psychologiquement et affectivement
  • augmentation des délits : vols, crimes, prostitution
  • réduction de la productivité au travail
  • accidents de la route, accidents au travail

Préventions et symptômes

Les parents et proches doivent être sensibles, observer les symptômes indiquant que leur enfant (même si c’est un jeune adulte) est en train de plonger dans l’enfer de la drogue.

  • il se renferme sur lui
  • il ne parle plus, ne répond plus aux questions
  • son attitude change, il est agressif
  • il est dans un état de somnolence et semble toujours ailleurs, nostalgique
  • il néglige ses études.
  • Il a les yeux rouges, la langue pâteuse

Pour éviter que les enfants ne plongent, les parents doivent :

  • développer des relations harmonieuses dans la maison
  • maintenir la communication, éviter les langages violents, grossiers
  • expliquer aux enfants qu’ils comptent dans la famille
  • leur enseigner des valeurs sociales, de familles
  • leur enseigner les notions du bien et du mal,

Les effets des drogues

  • créent une addiction
  • affectent le cerveau et en modifient les fonctions/capacités
  • affectent le raisonnement
  • provoquent des dépressions, angoisse, paranoïas
  • affectent des organes sensibles
  • endommagent le système immunitaire, augmentent les risques de contracter le VIH/sida, l’hépatite
  • affectent les capacités de procréation (fertilité)
  • détruisent les relations familiales, sociales
  • provoquent des comportements violents

Au terme de cette journée de prévention, quelle est la réaction du public ?

« De 9 heures à 14 heures, grosso modo, nous estimons à 500 ou 600, le nombre de personnes qui ont approché notre stand, visionné notre film, posé des questions. Il y a eu beaucoup de collégiens, des personnes âgées qui disent souffrir de ce fléau à la maison. Il y a eu des mamans qui réclamaient des conseils. Des managers de compagnie nous ont demandé de faire des causeries dans leurs entreprises », résume le sergent Boodhun.

Ce dernier rappelle l’existence d’un desk au poste de police de Rose-Belle pour accueillir ceux qui souhaitent des précisions sur le sujet. Le public peut aussi appeler la hotline 148.