Live News

Passeport vaccinal en Europe : plaidoirie de l’OMS et négociations par le GM envisagées

L’Union européenne (UE) met en place le passeport vaccinal. Cependant, trois vaccins utilisés sur le sol mauricien ne figurent pas sur la liste des produits approuvés pour l’UE. 

La présentation d’un certificat de vaccination permet la libre circulation dans certains pays européens et évite la quarantaine payante, comme en Espagne. Mais si un vaccin n’est pas reconnu en Europe, un pays peut refuser un visa d’entrée ou imposer une quarantaine, voire d’autres conditions de séjour. Cela place les voyageurs mauriciens en difficulté. Cependant, l’UE, a affirmé qu’un de ses États-membres peut prendre sur lui et admettre un voyageur qui a fait un vaccin pas reconnu en Europe. Le gouvernement mauricien a entamé des négociations.

Depuis le 8 juin, le site de l’UE est clair, un passeport vaccinal sera octroyé à une personne vaccinée de ces quatre vaccins reconnus sur le continent par l’European Medecines Agency (EMA) :

  • Comirnaty (BioNTech, Pfizer)
  • Moderna
  • Vaxzevria (previously COVID-19 Vaccine AstraZeneca, Oxford)
  • Janssen (Johnson & Johnson)

À Maurice, 413 473 personnes ont été vaccinées depuis janvier, avec 219 384 d’entre elles ayant reçu deux doses. Environ 200 000 personnes ont reçu le vaccin Covishield (AstraZeneca), 100 000, le Covaxin (de Bharat Biotech), alors que le vaccin Sinopharm est utilisé en ce moment. À terme, ce sont environ 250 000 personnes qui recevront ce vaccin chinois. Cependant, aucun de ces trois vaccin n’est reconnu par l’UE. Ce qui implique que, pour le moment, les Mauriciens ne peuvent se rendre en Europe.

Au Bureau du Premier ministre (PMO), ils en sont conscients. Ils se sont basés sur l’approbation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ou de ses projections d’approbation (comme dans le cas du Covaxin). Un responsable du PMO confirme, cependant, qu’une ligne diplomatique sera établie entre Maurice et l’UE. Les discussions auront bientôt lieu entre les représentants du gouvernement et ceux de l’UE. La stratégie, c’est de demander une exemption pour les passagers mauriciens vaccinés.

Selon la source, l’argument de la « réciprocité » sera avancé pour que les passagers des deux territoires puissent voyager et bénéficier de certaines exemptions sans mettre la santé publique en danger. Un contrôle (test PCR régulier pendant le séjour) strict, est cité.

Évidemment, l’OMS est le point de référence pour les approbations de vaccin. Le Dr Laurent Musango, représentant de l’OMS à Maurice, parle de décision administrative de la part de l’UE. Il explique que le problème provient des applications d’approbation par les laboratoires indiens et chinois. Dans le cas d’AstraZeneca, il affirme que la Serum Institute of India n’a pas encore soumis les documents à l’European Medecines Agency (EMA).

Pourtant, le vaccin est approuvé par l’OMS. Cependant, cette instance est en pourparlers avec l’EMA pour que certains vaccins (reconnus par l’OMS) le soient par l’EMA. À savoir que l’OMS a approuvé les vaccins Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson, les vaccins d’AstraZeneca, produits en Inde, en Corée, en Angleterre et dans cinq autres pays, les vaccins Sinopharm et Sinovac. « L’OMS veut faire approuver ces vaccins en Europe pour faciliter les voyageurs. Ce sera bientôt chose faite », affirme le Dr Laurent Musango.

D’ailleurs, nous apprenons que le gouvernement a ouvert le dialogue avec certains pays à travers leurs ambassades. Les informations autour de ces discussions sont strictement verrouillées et qualifiées de « sensibles ». Contacté, le numéro deux d’une des ambassades laisse comprendre qu’avancer quoi que ce soit pourrait mener à un incident diplomatique tant à Maurice qu’à l’étranger.

Il soutient que son pays reste attentif aux changements de la situation à Maurice. La ligne de communication, qui a été ouverte entre le gouvernement de Maurice et certaines ambassades, porte sur une exemption pour les voyageurs mauriciens, en attendant que les vaccins utilisés à Maurice soient reconnus en Europe. L’établissement de cette ligne nous a été confirmée par un responsable du PMO et un représentant du ministère de la Santé.

Vu la nature changeante de la pandémie, les pays européens préfèrent rester prudents quant à leurs politiques d’admission sur leurs territoires.

Pendant ce temps, le gouvernement négocie avec l’Europe et l’autre recours pour les Mauriciens reste les négociations entre l’OMS, l’UE et l’EMA.

Le Covaxin toujours pas reconnu

Selon le Dr Laurent Musango, le vaccin de Bharat Biotech, Covaxin, n’est pas encore approuvé par l’OMS et il affirme que l’organisation ne peut plaider le dossier de ce vaccin en Europe. Pourtant, Maurice a utilisé environ 200 000 doses de ce vaccin (presque 100 000 personnes ont été vaccinées). Pour le PMO, « d’ici la réouverture des frontières, beaucoup de choses pourraient changer ». 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !