Live News

Ministère de l’Énergie et des Services publics - Dilapidation des fonds publics : trois cas dénoncés

Des « inaccurate soil tests » sont à l’origine du surcoût exorbitant du projet Bagatelle Dam.

Le ministère de l’Énergie et des Services publics a été visé dans le rapport du Public Accounts Committee qui s’est appesanti sur trois cas de gaspillage de fonds publics.

SICOM Tower

En 2017, le rapport du Public Accounts Committee (PAC) a relevé deux points noirs dans le transfert du ministère de l’Énergie et des Services publics de Port-Louis à Ebène. D’abord, le prix de la location est passé de Rs 5 millions par an à Rs 13 millions en 2017/18 et Rs 14 millions en 2018/19. Trop spacieux, l’espace est qualifié de « palatial office » dans le rapport. 

En effet, les 106 fonctionnaires de ce ministère occupent 31 276 pieds carrés, soit une moyenne de 300 pieds carrés par employé. Ceci est considéré par le PAC comme « far in excess of usually acceptable norms » . Le PAC recommande que soit le ministère libère une partie de cet espace soit il y intègre d’autres fonctionnaires du ministère opérant dans d’autres bureaux.

Utility Regulatory Authority

Selon le PAC, avec le retard dans la mise en opération de l’Utility Regulatory Authority (URA), d’importantes sommes sont gaspillées depuis des années. D’abord, l’Utility Regulatory Act de 2005 doit être proclamée et quelques amendements doivent être apportés à l’Electricity Act. Vu que ce projet piétine, des millions de roupies sont gaspillées, selon le rapport du PAC, « on staffing and other costs ». En 2017/18 et 2018/19, Rs 15 millions et Rs 22,4 millions ont été respectivement budgétées sans que l’URA soit opérationnelle.

Bagatelle Dam

Le rapport du PAC attribue le coût additionnel à coup de milliards de roupies engendré par la construction du Bagatelle Dam à des « inaccurate soil tests ». Et le gouvernement mauricien n’est parvenu à récolter que Rs 80 millions de dommages du consultant français. Le PAC note avec inquiétude que le même modèle « of consultancy contract (based on the World Bank model) will be used for appointing other consultants with potentially the same result ». Le PAC recommande des actions pour empêcher que le consultant français puisse participer à d’autres projets du gouvernement mauricien.

CWA : Fuite d’eau

Le PAC relève que la Central Water Authority (CWA) n’est parvenue à utiliser que 50 % du budget alloué par le gouvernement lors de deux années financières pour le remplacement des tuyaux défectueux. En effet, Rs 790 millions des Rs 1,7 milliard n’ont pas été utilisées.
Le PAC recommande que la CWA revoie « its project planning and management to ensure greater capacity to effect the pipe laying and pipe replacement programmes”.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !