Live News

Examens scolaires - Les difficultés des élèves : à qui la faute ?

eleves Les avis divergent quant à la qualité des questions posées aux examens.

C’est la période de compositions pour les élèves. Déjà, certains candidats et enseignants pointent du doigt les difficultés rencontrées. Ils citent le manque de temps et les mots utilisés pour poser les questions. Qui est responsable ?

Les premiers d'examens au niveau national sont diversement commentés sur les réseaux sociaux et parmi les élèves. Ce sont les difficultés rencontrées qui sont mises en exergue. Le mardi 9 octobre, les écoliers ont été évalué en histoire-géographie au niveau du Grade 5. Les instituteurs s’interrogent sur l’objectif du questionnaire de science. La question qui se pose : « Est-ce que les enfants sont évalués sur la langue anglaise ou la matière scientifique ? »

L’instituteur Krishan Kurmoo souligne que c’est inacceptable d'avoir tant de littérature dans un questionnaire de science. « Quand j’ai vu les questions, j'ai eu pitié des enfants de ‘low abilities’ et de la classe moyenne. Quand on pose une question de science en classe, les premiers élèves à répondre sont ceux qui ne savent pas lire parce qu’ils s'intéressent à cette matière. Avec un tel questionnaire, je ne crois pas que ces élèves seront intéressés à poursuivre leurs études en science. »

Il soutient que le syllabus est déjà surchargé et que la façon dont le Mauritius Examinations Syndicate (MES) prépare les questionnaires décourage les apprenants, puisqu’il fait appel à beaucoup de réflexions. Krishan Kurmoo insiste que les questions ne sont pas orientées pour l’enfant. Au niveau de l’histoire-géographie, il nous revient que les questions étaient posées de façon plus directe. Les instituteurs croient que les responsables ont modifié le format des questions. Ces derniers proposent que les questionnaires puissent contenir davantage de questions comme le « choose and write ».

Manque de temps

Au niveau des questionnaires de Grade 9, les élèves estiment que certaines questions n’étaient pas du niveau de la classe. Bien qu’elles soient tirées des chapitres étudiés, c’est la façon dont elles sont posées qui prêtent à confusion. Plusieurs soutiennent aussi que le temps alloué n’est pas suffisant pour terminer le questionnaire et réviser par la suite.

Objectif d’un examen

Un examen a pour but d’évaluer l’assimilation et la compréhension des élèves sur deux aspects : les compétences de base et les compétences souhaitables pour l’apprenant. Ces compétences à acquérir sont établies dans un programme d’études qui guide l’enseignant dans ses interactions et activités en classe. En pédagogie, un examen n’est pas fait pour établir ce que l’apprenant ne sait pas ou pour le faire échouer.

Le pédagogue Michel Ramsamy soutient que les questionnaires sont préparés dans le cadre d’un syllabus établi. Afin de réussir, il explique que les élèves doivent prendre l’habitude de travailler davantage. Quant au manque de temps évoqué par certains élèves, il précise que les élèves doivent travailler d’anciens questionnaires dans le temps attribué. « Le temps alloué pour un questionnaire est adéquat. Sans pratique, les élèves vont travailler plus lentement. Toutefois, il serait bien que les autorités fassent appel aux enseignants des différents collèges de l’île afin qu’il y ait une bonne synergie pour la préparation des questionnaires. C’est à ce moment qu’on arrivera à un juste milieu, parce que les élèves qui prennent les examens nationaux sont de niveau différent. »

Aucun enfant ne sera pénalisé

Après les différentes remarques sur le niveau du questionnaire de science au niveau du Grade 5, la direction du MES rassure qu’aucun enfant ne sera pénalisé. Le président de la Government Teachers Union (GTU) en a eu l’assurance après une rencontre avec sa directrice, Brinda Thanacoody-Soborun, vendredi. Il nous revient que tout sera fait pour qu’aucun enfant ne soit pénalisé.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !