Live News

COVID-19 - La vaccination des 12 à 17 ans : une nouvelle étape de la campagne 

La vaccination des enfants se fait à titre préventif.

La vaccination des 12 à 17 ans est importante pour à la fois les protéger contre la Covid-19, mais aussi protéger les autres, selon les pédiatres Vinita Poorun et Ignace Taj Mangar. Cela va également permettre de prévenir d’éventuelles conséquences sur leur santé à l’âge adulte, comme cela a été le cas pour certains virus. 

Il est difficile de prévoir l’impact de la Covid-19 sur les enfants en cas d’infection. De ce fait, il vaut mieux les faire vacciner, explique le Dr Vinita Poorun, pédiatre et Chairperson du Mauritius National Immunisation Technical Advisory Board (Maunitag). Même un enfant en bonne santé peut développer une forme sévère ou grave de la maladie, ce qui peut éventuellement entraîner des conséquences sur sa croissance, avance-t-elle.

Séquelles

L’infection peut aussi être mortelle dans certains cas, comme le souligne l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cependant, l’instance fait remarquer que « les enfants et les adolescents sont généralement peu exposés au risque d’infection et, s’ils sont infectés, il est probable que celle-ci soit bénigne. Toutefois, certains d’entre eux peuvent souffrir d’une maladie grave aux conséquences parfois mortelles ». 

Le Dr Poorun fait aussi ressortir que les séquelles d’un virus sont moins graves chez un adulte de plus de 60 ans que chez un enfant qui doit, lui, porter cela toute sa vie. Elle explique que les virus ont tout le temps étaient présents. Certains enfants ont pu trouver la guérison au bout de quelques jours, ce qui n’a pas été le cas pour d’autres, selon la pédiatre. Elle cite, en exemple, la rougeole et la varicelle, qui ont développé des formes graves chez certains enfants. 

En outre, certains virus peuvent être « dormant » pendant des années (rougeole, oreillon, rubéole) et resurgir sous une autre forme. Cela est le cas pour la varicelle qui, à l’âge adulte, peut provoquer un zona parmi les personnes de la tranche d’âge de 45 à 50 ans. Les oreillons ont provoqué la stérilité chez des hommes qui avaient été infectés par ce virus quand ils étaient enfants car le virus a aussi infecté leurs testicules, explique le Dr Poorun. 

Protection contre les formes sévères

« Dans 10 ou 15 ans, nous ne savons pas quels sont les organes qui peuvent être affectés après qu’un enfant ait été infecté par la Covid-19. Ce que nous savons, c’est que pour les adultes, c’est surtout le cœur et les reins », dit-elle. Ainsi, vacciner son enfant contre le coronavirus, dont la science ne connaît pas encore les tenants et aboutissants à long terme, est souhaitable, selon elle. Cela doit se faire particulièrement chez les enfants dont le système immunitaire est faible. 

Le Dr Poorun ajoute que les enfants sont habitués à la vaccination depuis leur naissance et que les éventuels effets secondaires s’estompent rapidement, comme c’est le cas pour n’importe quel autre vaccin. « Le vaccin va les protéger contre les formes sévères et graves de la maladie, mais aussi protéger les adultes à la maison. Cela, car les enfants sont inconsciemment moins à cheval concernant les mesures barrières. Par exemple, en faisant un câlin à leurs parents ou grands-parents, ils peuvent facilement les contaminer ». 

Reprendre l’école

Pour le Dr Ignace Taj Mangar, tous les enfants en âge de se faire vacciner doivent être immunisés afin de ne pas infecter leur entourage. Cela va éviter d’éventuelles complications en cas d’infection. Il fait référence aux nombreux cas d’admission d’enfants et d’adolescents depuis ces dernières semaines en raison de la Covid-19.  Alors que Maurice a commencé la vaccination à partir de l’âge de 12 ans depuis le 16 décembre dernier, il est d’avis que la tranche d’âge doit être rabaissée par la suite. « Plus nous aurons des personnes vaccinées dans la population, plus grande sera l’immunité collective », avance-t-il. C’est à ce prix-là que les écoles pourront reprendre normalement, selon lui. « Si nous n’arrivons pas à vacciner entre 80 à 90 % de notre population, l’école se fera toujours en ligne », dit-il. 
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !