Xplik ou K

Autobus saccagé : la CNT interrompt le service

Autobus saccagé Est-ce que tous les élèves doivent être pénalisés ?

Plus d’une dizaine de parents, dont les élèves fréquentent le collège Forest Side SSS, ont pris contact avec la rédaction pour un problème de transport persistant. Cela fait plus de trois mois que la National Transport Corporation (CNT) a arrêté de desservir l’établissement scolaire.

Irshaad, un des parents qui habite à Tyack et dont le fils fréquente le collège Forest Side SSS, explique : « À cause de ce problème d’autobus, mon fils sort de la maison à 6h30 pour arriver à l’heure au collège. Il est de retour à la maison vers 17h15 tous les jours. C’est inadmissible ! Le gouvernement offre la facilité de transport à tous les établissements scolaires, mais comment ceux qui fréquentent le collège Forest Side SSS en sont privés ? » se demande-t-il.

Quand il a demandé des explications à la direction de l’établissement, on lui a expliqué que la compagnie qui dessert cette ligne refuse de faire ce trajet pour le collège, car les élèves abîment les autobus. Ne trouvant pas de solution, Irshaad s’est tourné vers la National Transport Authority (NTA) et il lui a été dit que c’est la National Transport Corporation (CNT) qui est responsable. « Ce n’est pas possible qu’à cause de certains élèves indisciplinés que tous les autres soient pénalisés », conteste le père.

La CNT maintient sa décision sauf si le paiement est effectué

Sunil Gopal, en charge de la communication à la CNT, explique que ce changement est survenu suite aux dommages causés à des sièges de l’autobus, le 26 mai 2018, par quelques élèves du collège de Forest Side SSS. « L’incident a eu lieu lors d’un trajet de Chamouny en direction du collège. Après le départ des élèves, le receveur a constaté les dégâts qui ont été commis. Les dégâts s’élèvent à Rs 18 000 » explique-t-il. Une plainte a été enregistrée au dépôt de la CNT à Forest Side. Par la suite, le responsable du dépôt de la CNT à Souillac, en consultation avec le Traffic Manager, a informé officiellement le recteur de l’établissement du problème.

Suivant les procédures de la CNT, une complainte a été consignée au poste de police. « C’est à partir du 29 mai 2018 qu’on a interrompu le service, car l’établissement scolaire a refusé de rembourser les frais de dédommagement. Une réunion a eu lieu le 4 juin au siège de la NTA entre la CNT et le collège afin de trouver un accord, mais le collège campe sur sa position et préfère attendre la fin de l’enquête policière au lieu de rembourser la somme demandée par la CNT. Nous aussi nous maintenons notre décision de ne pas fournir de transport scolaire, sauf si le paiement est effectué », soutient Sunil Gopal.

Entre-temps, la CNT  offre un service « amélioré » entre Chamouny et Curepipe afin de ne pas pénaliser les étudiants.


PreetamMohitram, recteur : « La CNT pénalise tous les élèves »

« Nous ne pouvons pas dire qu’en trois heures, les élèves de mon établissement scolaire ont endommagé les sièges de l’autobus ! Il fallait les interpeller durant le trajet et non pas attendre que tout le monde soit descendu. Je ne pense pas qu’à cause de Rs18 000, la CNT doit pénaliser tous les élèves. Nous attendrons que l’enquête soit bouclée », réplique Preetam Mohitram, le recteur du collège de Forest Side SSS.

Les dommages causés aux autobus : même procédure appliquée pour tous les établissements scolaires

« Chez la CNT, la procédure est similaire pour tous les autres établissements scolaires. Quand des dégâts sont constatés dans nos bus, les responsables sont informés et doivent payer les frais de dédommagement, car les réparations représentent un coût conséquent pour la compagnie.  Dans le passé, nous n’avons pas rencontré de problèmes auprès d’autres institutions pour le remboursement. Je suis sensible à ce problème que rencontrent les étudiants, mais les parents d’élèves, ainsi que le collège, doivent assumer leurs responsabilités ».

Le ministère de l’Éducation fait appel à la bonne foi de la CNT pour restituer le service

Pour sa part, Deenesh Seeharry, l’attaché de presse du ministère de l’Éducation, demande à la CNT de faire preuve de bonne foi et de rétablir le service. « Au niveau du ministère, nous lançons un appel à la bonne foi de la CNT pour que la situation retourne à la normale. Le climat de cette région ne rend pas le trajet favorable aux élèves. C’est une question de principe et de compréhension, car je pense que nous avons tous un ami ou un membre de la famille qui fréquente le collège. Il y a un travail de concertation qui a été fait avec la CNT et l’établissement scolaire, mais les deux parties campent sur leurs positions. En attendant que l’enquête soit bouclée, nous demandons à la CNT de rétablir la situation », répète l’attaché de presse. Il ajoute : « Le recteur ne doit pas rester insensible à cette action qui a été commise par ses élèves. Un délit, est un délit ! D’ailleurs, au niveau de la loi, c’est un délit de ‘damaging of property’. Les élèves doivent savoir comment se comporter dans les autobus et respecter leur image et celle de leur collège. »