People

Teenah Jutton : «Les jeunes ont besoin qu’on leur parle sans tabous»

Teenah Jutton est lecturer à Open University mais aussi Youth Advocate, Gender Advocate, Motivational Speaker et Global Shaper.

Teenah Jutton s’est toujours efforcée de responsabiliser et d’encadrer les jeunes lors de plusieurs séances de travail à travers des projets communautaires. Cette leader et coach formée pour le moteur du National Leadership Engine, à l’initiative du NPCC, estime que les jeunes ont besoin qu’on leur parle sans tabous.

Permettre aux jeunes de vivre une gamme complète d’émotions sans esquiver tout ce qui est désagréable ni un renferment sur soi, revêt toute son importance pour leur développement personnel, estime Teenah Jutton. Cette dernière est la coach de l’Impactive Group, une équipe de jeunes qui sont formés pour le moteur de leadership national à l’initiative du NPCC. 

Sa mission est de sensibiliser les jeunes sur divers problèmes d’actualité, d’agression et de violence auxquels ils sont confrontés à Maurice, à travers des projets communautaires. 

« Les jeunes font souvent face à une myriade d’émotions. D’une part engendrée par la pression des parents pour réussir aux études et d’autre part causée par le stress engendré par ce besoin constant d’appartenance à un groupe d’amis. À l’école on leur apprend à lire et à écrire mais pas souvent à se comprendre et gérer leurs émotions pour faire face à la vie. »  Selon elle, il est primordial de donner le sentiment aux jeunes qu’ils sont compris et écoutés afin de leur permettre d’avoir une bonne santé mentale et favoriser leur développement personnel. D’où l’initiative de l’Impactive Group d’organiser sur une base fréquente des sessions de travail avec des jeunes issus de différents établissements scolaires à travers l’ile pour justement adresser les problématiques impactant sur leurs vies.

Des études démontrent que les jeunes sont souvent victimes de brimades à l’école. Parmi 60% de jeunes n’en parlent à personne »

Génération high-tech

Elle souligne qu’il y a aussi cette tendance à catégoriser les jeunes. « Commençons de la façon dont le jeune est dépeint. Il y a le jeune qui fait partie d’une génération high-tech avec un téléphone portable constamment à la main qui fuit toute forme de culture et qui est facilement piégé par les maux sociaux. Mais aussi le jeune qui déborde de dynamisme, avec d’idées innovantes et qui veut créer un monde meilleur car il est sensible à l’écologie et à ce qui l’entoure. » Toute la complexité du jeune « contemporain » dit-elle, est que le jeune représente à la fois le désespoir et l’espoir.  « Il faut qu’on arrête ces stéréotypes et qu’on voit et écoute les jeunes comme ils sont : des individus tout simplement. »  Et de préciser qu’à l’heure où on ose en parler, il est important de comprendre que les jeunes ont eux aussi besoin d’aide et particulièrement lorsqu’ils n’en demandent pas. « Des études démontrent que les jeunes sont souvent victimes de brimades à l’école. Parmi 60% de jeunes n’en parlent à personne. Sans solution, ils se retrouvent souvent face à des situations très compliquées qui peuvent mener jusqu’à de graves conséquences comme la dépression, la phobie scolaire voire même des actes suicidaires. »

« Lorsqu’un enfant dit qu’il a mal au ventre ou mal à la tête, c’est un signe de stress. Souvent l’enfant peine à s’exprimer clairement et se refoule sur lui-même. Ces émotions peuvent ensuite se manifester sous formes d ‘outbursts’ où le jeune se sent mal et peine à comprendre ses émotions », indique Teenah Jutton. Et de souligner qu’il y a aussi cette pression de réussir sur le plan académique avec la crainte d’échouer à ses examens et de ne pas répondre aux attentes des parents ou des enseignants. Cela tout craignant d’être la risée de ses camarades de classe. « Avec toute cette vague d’émotions à gérer, l’adolescent à un certain moment ressent de la honte, la peur et ne sait pas comment faire à ses émotions. En les échappant, il se livre à de mauvais choix, comme le cas récent d’un ado de 17 ans, qui s’est jeté du 2e étage de son collège à Piton. Mais comment en parler sans se sentir mépriser par les parents, les enseignants ou la société ? »

Une autre tendance dite être lourde chez les jeunes : consommation d’alcool, de tabac et même de drogue. « Tout cela pourrait être des modes échappatoires auxquels ils ont recours parce qu’ils n’arrivent pas à exprimer ce qu’ils ressentent au tout profond d’eux ou de dire qu’ils ont besoin d’aide. Nous avons aussi constaté parmi eux, la peur de faillir à leur examens, des déceptions amoureuses où beaucoup d’entre eux ont le sentiment que leur vie en dépend et qui sont même prêts à mettre fin à leur jour », explique Teenah Jutton. D’où l’importance de leur parler sans tabous, sans stéréotypes afin qu’ils peuvent s’exprimer et développer une meilleure confiance en eux. Une simple conversation peut ainsi aider à sauver une vie, soutient Teenah Jutton.

Court métrage d’animation pour gérer ses émotions 

« The Choice is Yours » est un court métrage d’animation visant à une prise de conscience émotionnelle auprès des adolescents afin de les aider à faire un choix », indique la coach du Impactive Group. La présentation officielle du court métrage a eu lieu le 27 avril dernier au centre de jeunesse de Floréal, en collaboration avec la Mauritius Film Development Corporation (MFDC) et la Mauritius Ports Authority (MPA).

Ce court métrage d’animation d’une durée de trois minutes disponible sur les réseaux sociaux, est basé sur les problèmes d’actualité, d’agression et de violence auxquels les adolescents sont confrontés à Maurice. 

Teenah Jutton affirme que l’Impactive Group a choisi ce moyen de communication pour justement sensibiliser la jeunesse mauricienne à ces questions. Ce projet dit-elle, est le résultat des groupes de discussions organisés dans les écoles et de plusieurs séances de travail avec le psychologue Sarvesh Dosooye.  Et cette animation s’adressant aux jeunes, conclut-elle, véhicule pour message principal : « Chaque moment de votre vie, vous avez le choix d’être fort ou faible, d’être victime ou vainqueur. Ne vous limitez pas malgré le fait de vous trouver dans des situations difficiles. Si vous vous sentez coincé, souvenez-vous que ce n’est pas la fin, ce n’est qu’un chapitre du livre, vous pouvez tourner la page. Vous avez le pouvoir de changer les choses car le choix vous appartient », soutient Teenah.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor