Blog

Qui est cet homme ?

Le 13 Mars

Permettez-moi de vous le présenter : Il s’appelle François, il n’est pas pape pour l’Église, c’est un pape pour le monde.

Noël 2014

François présente ses vœux à la Curie – qu’il observe depuis 18 mois – sous la forme d’énergiques reproches dont voici quelques-uns :

  • Maladie de se penser éternel, « immune », indispensables ;
  • Comportement de cœur de pierre ;
  • Alzheimer spirituel ;
  • Schizophrène ;
  • Bavardages ;
  • Diviniser des chefs ;

Il a été applaudi. « Le pape soumet la Curie à un lourd examen de conscience », remarquera un cardinal. 

L’Église est gouvernée par la Curie composée de 106 cardinaux repartis en ministères (mission, sacrement). Ces messieurs avaient pris beaucoup de mauvaises habitudes… Benoit XVI avait tenté de réformer la Curie mais sans y parvenir. C’est sans doute la raison de son départ volontaire.

En décembre 2014, le 14, un commentateur écrit en contemplant François « Il est plus facile de réconcilier les États-Unis et Cuba que reformer le plus petit état du monde. Certains évêques occupent des appartements de 100m2. La vieille garde de Benoit XVI, derrière le Cardinal Bertonnie, refusant toute réforme, et contestant la légitimité du pape. Prions pour lui ».  

Après la Curie, les employés du Vatican. Un commentateur : Ambiance joyeuse, ponctuée d’applaudissements. François termine ainsi : « Je vous demande pardon pour toutes mes fautes et celles de mes collaborateurs et aussi pour les scandales ». 

À tous, pour tous

Oui, pour tous. Chrétiens et autres foi ! Ce pape ne parle pas seulement de Jésus et de l’Évangile : il parle et longuement, de justice sociale, d’économie, de lutte contre la pauvreté. Il dénonce les régimes totalitaires qui ne tiennent compte ni de la dignité humaine – égale pour tous – ni des droits humains.  Le bien commun présuppose le respect de la personne humaine avec des droits fondamentaux et inaliénables.

Pour éradiquer la pauvreté, il faut une institution internationale devenue indispensable, dotée de pouvoir de sanction, pour arriver à la sécurité alimentaire et à la paix, pour règlementer le flux migratoire. Nécessité d’une autorité politique mondiale, déjà esquissée pas Jean XXIII. Et François a une conscience très vive de l’unité du monde, en partie donnée, en partie à faire.

« En tant qu’êtres humains, nous ne sommes pas les simples bénéficiaires mais les gardiens des autres créatures. Par notre réalité corporelle, Dieu nous a unis si étroitement au monde qui nous entoure, que la désertification du sol est comme une maladie pour chacun. »

Notre maison commune

« Maison dont nous ne sommes pas propriétaires mais gardiens. » 

Le pape François a écrit une encyclique sur l’environnement, dont voici quelques extraits :  le monde est notre maison commune et nous en sommes les gardiens.

Les papes précédant François, avaient évoqué la crise écologique. Paul VI « conscience dramatique de l’activité sans contrôle… exploitation inconsidérée de la nature ». Jean-Paul II « consommation dans l’immédiat… conversion écologique »

… D’autres Églises, d’autres communautés chrétiennes, d’autres religions sont préoccupées par une réflexion sur ces thèmes.
Le Défi urgent de sauvegarder notre maison commune (exige) d’unir toute la famille humaine. Ces problèmes viennent de la culture des déchets.

Ceux qui ont plus de ressources et de pouvoir économique (essaient) de masquer les problèmes.

Signale la qualité de l’eau disponible pour les pauvres (d’où maladies…).

L’expérience montre que ce sont les pauvres qui souffrent davantage.

On doit se concentrer davantage sur les besoins des pauvres, des faibles, des vulnérables.

L’écologie humaine est inséparable de la notion de bien commun, qui a un rôle unificateur dans la morale sociale. Le bien commun suppose le respect de la personne humaine.

L’humanité a besoin de changer : conscience d’une origine commune, d’une appartenance mutuelle d’un avenir partagé par tous.

… nous n’avons pas encore développé une conscience universelle.

Dans la famille, on cultive les bons réflexes, le respect, les premiers réflexes d’amour. 

« Nos comportements ont une incidence sur la protection de l’environnement. Éviter le plastique, réduire la consommation en eau, trier les déchets. Cuisiner ce qu’on peut manger, éteindre les lumières, planter des arbres. »

Un souhait : Que le cri de ceux qui souffrent devienne le nôtre.

Les Pauvres

Ceux-là sont ses préférés. Une bonne partie de son attention est tournée vers les misérables ; il ne les oublie jamais, où qu’il soit.
Il a fait construire (par la mairie) douze douches dans la ville de Rome, pour que les SDF puissent se laver.

Il va en Turquie et ramène une dizaine de familles musulmanes, qui sont maintenant logées en Italie, allant à l’école et au bureau.

Où qu’il se trouve, il remet une enveloppe à une association caritative.

Il pleure – il l’a reconnu lui-même : « j’ai pleuré » - avec des Bangladais chassés de chez eux.

Je pense que tous ses gestes de sympathie, de compassion, d’aides diverses ne sont pas connus. Son souci des petits, des pauvres, des laissés pour compte est immense et permanent. Il écrit : « Nous tous chrétiens, sommes appelés à avoir soin des plus pauvres de la terre. Mais dans le modèle actuel de « succès » et de droit privé, il ne semble pas que cela ait un sens de s’investir afin que ceux qui restent en arrière, les faibles ou les moins pauvres, puissent se faire un chemin dans la vie. » (La joie de l’Évangile, no 209)

Les exclus

Voici quelques extraits de son discours à la rencontre mondiale des classes populaires.

« Les pauvres subissent l’injustices, mais ils luttent contre elle (…). Ils s’organisent, étudient, travaillent et surtout pratiquent la solidarité si spéciale qui existe entre ceux qui souffrent, entre les pauvres, et que notre civilisation semble avoir oubliée.

On ne comprend pas que l’amour pour les pauvres est au cœur de l’évangile. Terre, logement et travail, le pourquoi vous luttez (…) sont des objets sacrés. 

L’indifférence s’est mondialisée, ceux qui ne peuvent pas s’intégrer, les exclus sont des rebuts, des « excédents ».

Le chômage des jeunes, le travail au noir, et le manque de droits du travail ne sont pas inévitables, ils sont le résultats d’un choix de société préalable, d’un choix de société qui place les bénéfices au-dessus de l’homme ».

Les pauvres, François les porte dans son cœur de père. 

Mise en route

De quelles reformes rêve le pape pour l’Église ?

La collégialité, c’est-à-dire la participation de tous les acteurs faisant partie  d’une structure (commission,…). Chacun a droit à la parole, chacun est invité à s’exprimer ; le progrès de l’Église est entre les mains de chacun. Donc chacun doit pouvoir s’exprimer sans être jugé. Ce fonctionnement est une conséquence qu’apporte l’évangélisation. Jésus demande aux gens ce qu’ils pensent, comment ils comprennent leur devoir, leur libre arbitre. On passe donc d’un fonctionnement autoritaire à un dynamisme rendu aux membres des structures.

Les laïcs. Ignorés pendant vingt siècles comme sujets parlant. On leur demandait deux choses : obéissance ; payer le denier du culte (autofinancement) – une société pyramidale en somme.

Le catéchisme de 1937 fait appendre « on appelle fidèles de l’Église, les chrétiens soumis à l’autorité légitime de ses pasteurs ». 

Vingt et une questions sur papes et évêques ; trois sur laïcs (culte, argent).

On attendra le Concile Vatican II convoqué par le grand Jean XXIII et qui siègera en 4 sessions de trois mois de 1962 à 1965. Grâce à ce pape visionnaire, l’Église bascule : des présentations du texte préparatoire, des évêques protestent avec vigueur : « L’Église n’est pas une pyramide ; fidèles, prêtres, évêques, pape. L’Église est essentiellement le Peuple de Dieu ! C’est-à-dire tous les croyants. Et on parlera du sacerdoce commun à tous les membres de l’Église.»

Les bases sont jetées pour un progrès constant vers un véritable respect du laïc pouvant apporter sa propre pierre à l’édifice Église.
Le pape a créé une commission des laïcs.

Il a institué une commission pour étudier la possibilité de conférer le diaconat aux femmes « mais leurs travaux semblent perdus dans les sables de l’inertie vaticane. » En 2017, il a nommé trois femmes dans la Congrégation pour la doctrine de la foi. Et il a nommé un laïc pour être à la tête du dicastère sur la communication.

L’autel du monde 

« Fils de la terre et enfant du ciel » se proclamait Teilhard de Chardin – et l’expression me semble aller admirablement au pape. Aussi passionné par la terre, les cultures et le Royaume de Dieu.

Une encyclique est consacrée à l’environnement - ce qui dénote une réelle inquiétude quand à la santé de la terre et de ses habitants. 

François est tellement bien dans sa tête, tellement bien dans son cœur, qu’il atteint une stabilité, une simplicité remarquable. Il peut dire ce qu’il veut avec la même loyauté.

Emmanuel Macron avait eu un entretien avec le pape de 11h00 à 11h57. L’après-midi conférence de presse. Un journaliste lui demande ses impressions. Macron baisse les paupières, les relève et dit doucement : « Il n’y a pas de rapport de force avec lui. » J’avais trouvé la réponse très juste, très élogieuse.

C’est l’intelligence et la modestie – « Je ne sais pas tout, je ne vois pas tout » - qui lui permettent d’affirmer « C’est bien qu’il y ait des critiques, j’aime ça, toujours. Et quand elles sont constructives, je les accepte. »  

Une qualité majeure de ce pape, c’est son honnêteté intellectuelle et morale – « Je ne peux vivre en dehors de la vérité. »  S’il entreprend la réforme de la Curie, si, avec vigueur, il fait la lumière sur les nombreux cas de pédophilie dans l’Église entière, c’est qu’il ne supporte pas le mensonge. Et il sait d’expérience que la politique du silence ne peut être que malhonnêteté intellectuelle et malhonnêteté morale. Et qu’en fin de compte, elle ne conduit qu’à l’échec, au discrédit et à l’inconfiance universels.

« L’eucharistie est toujours célébrée en un sens, sur l’autel du monde ».

Solange Jauffret 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019