Actualités

Énergies renouvelables : une production six fois plus importante en 2019

Le CEB procède à l’installation de quatre nouvelles batteries d’une capacité totale de 14 MW après celles de 4 MW installées à Henrietta l’année dernière. Elles permettront au réseau d’accueillir un volume plus important d’énergie de sources renouvelables intermittentes.

La Tour Koenig, Anahita, Jin Fei et Wooton. Ce sont les quatre localités où le Central Electricity Board (CEB) installera ses prochaines batteries d’une capacité totale de 14 MW. Elles sont nécessaires à une production intensive d’électricité de sources renouvelables intermittentes et s’ajoutent à celles d’une capacité de 4 MW déjà installées à Henrietta en octobre 2018. Avec les projets de production d’électricité photovoltaïque et éolienne qui sont en chantier, la production d’électricité à énergie intermittente devrait atteindre 154 MW d’ici fin 2019. C’est presque six fois la production actuelle.

Le CEO de la Mauritius Renewable Energy Agency (MARENA), Soonil Rughooputh, explique  l’importance de l’installation de ces batteries. « Lorsqu’on n’avait pas ces batteries, on risquait des problèmes d’instabilité sur le grid du CEB, explique-t-il. En sus de celles installées l’année dernière, nous devrions pouvoir soutenir 185 MW de production photovoltaïque, en plus de la production éolienne. »

Le CEO de la MARENA estime que non seulement, le pays est en bonne voie pour atteindre l’objectif de produire 29-30% de son électricité à partir de source renouvelables en 2020, contre 21% actuellement, mais celui de 35% d’ici 2025 est également envisageable selon lui. Les énergies photovoltaïque et éolienne jouent un rôle mineur dans la production d’énergie verte à ce jour, la bagasse se taillant la part de lion.

Actuellement, Sarako, à La Ferme, est la seule ferme photovoltaïque d’envergure à être connectée au réseau du CEB, avec une capacité de 15 MW, avec d’autres petites et moyennes unités de productions. Ce qui donne une production photovoltaïque totale de 26 MW. Une série de projets de production photovoltaïque privée devrait ajouter 70 MW à ce total d’ici mi-2019, portant le total à 115 MW.

Il faut ajouter à cela les projets de fermes éoliennes qui doivent également se connecter au réseau du CEB durant l’année qui vient. Il y en a un de 9,35 MW et un deuxième qui devrait être intégré d’ici fin 2019. Ce qui donne donc un total de 154 MW, largement supérieur aux 26 MW actuels.

L’installation de ces batteries est financée par le Green Climate Fund et le projet fait partie des recommandations du consultant Mercados qui a soumis un rapport sur les barrières au développement de la production d’énergie renouvelable à Maurice. L’installation de batteries d’une capacité totale de 18 MW lorsque la production d’électricité à énergie intermittente dépasserait la barre des 150 MW faisait partie des recommandations majeures.