Live News

Bibliothèque nationale : un trésor patrimonial

1,6 millions de pages de journaux devront être numérisées dans les années à venir.

650 000 documents sont actuellement sauvegardés à la Bibliothèque nationale, à Port-Louis. Des œuvres littéraires et musicales réalisées par des Mauriciens ou à Maurice, y sont conservées. Le processus de numérisation est en cours et les journaux sont les premiers à être scannés. Un logiciel et un site web revisité permettront d’assurer la préservation de tout ce patrimoine littéraire. 

belinda
Belinda Ramnauth, directrice de la BN, explique la numérisation.

The Mauritius Almanac, datant des années 1800, Annonces, Affiches et Avis divers, le premier journal publié à Maurice en 1773, Du Positivisme en médecine par la fonction nerveuse, la thèse de Joseph Rivière datant de 1884, ainsi que A history of the stamps of Mauritius, des années 1860, sont parmi les documents rares disponibles à la Bibliothèque nationale (BN). 

Depuis sa création en 2000, elle héberge 650 000 documents, soit plus de 6 millions de pages. Ce nombre découle des dernières statistiques réalisées en mars 2020. Des chercheurs, des journalistes, des étudiants et d’autres professionnels sont parmi ceux qui fréquentent régulièrement la BN. « Nous sommes le seul endroit ayant tous les journaux publiés à Maurice. Dépendant des conditions des documents, certains peuvent être photocopiés et d’autres photographiés », explique Belinda Ramnauth, directrice de la BN. Elle soutient que l’objectif primaire de la BN est de renforcer la collection dite « Mauritiana ».

defi plus
La méthode traditionnelle de préservation permet de feuilleter facilement les documents.

Cela comprend toutes les œuvres écrites par des Mauriciens, sur Maurice et sur l’océan Indien. « Comme le stipule le National Library Act, nous recueillons six copies de chaque livre, journal, brochure, rapport annuel, Newsletter, voire des matériels non-imprimés comme des CDs », dit-elle. 

Autre objectif de la BN, celle de préserver et conserver ces documents pour des références. Traditionnellement, la préservation se fait par binding (voir en hors-texte). « Un des moyens pour la sauvegarde de ce patrimoine est la numérisation. Elle est efficace, ne prend pas de place et ne s’use pas avec le temps. Nous avons entamé le processus en novembre 2019. À ce jour, plus de 20 000 documents de format A4 ou A3 ont été scannés », indique notre interlocutrice. La numérisation consiste, pour l’instant, à scanner le document et le sauvegarder sur un disque dur. Un logiciel appelé Document Management System a converti chaque page scannée en un livre numérique. Il sera ensuite accessible sur un site web revisité. « Ces documents seront donc disponibles en ligne et seront accessibles à tout le monde », dit Belinda Ramnauth. 

Rs 13 millions pour le scanner et le logiciel

Le ministère des Arts et du Patrimoine culturel a déboursé une somme de Rs 13 millions pour le logiciel et l’acquisition du scanner A0. Selon Belinda Ramnauth, la directrice de la BN, le scanner A0 sera disponible dans deux ou trois mois. Cet appareil permettra de numériser des documents de grand format, notamment des feuilles de journaux. 1,6 millions de pages de journaux devront être numérisées dans les années à venir.

Le nouveau logiciel Document Management System (DMS) fourni par Rogers Capital Technology, a été présenté le mardi 9 février à la BN. La cérémonie marquait surtout le lancement de site web revisité. La plateforme se veut plus rapide, facile à utiliser, attrayante et dispose de nouvelles fonctionnalités. La fonction Ask for a librarian, par exemple, permet de formuler une requête et avoir une réponse en moins de cinq jours ouvrables. 

biblioteque national
La Bibliothèque nationale a une collection dite « Mauritiana ».

Le nouveau bâtiment prend forme

Depuis des années, la Bibliothèque nationale (BN) et les Archives nationales attendent d’être relogées dans un nouveau bâtiment. Ce projet est en voie d’être concrétisé, selon le ministre des Arts et du Patrimoine culturel Avinash Teeluck. Le 9 février dernier, il a indiqué que l’Inde a attribué une ligne de crédit de Rs 455 millions. « Le dossier d’appel d’offres pour ce projet a déjà été finalisé. Il a été envoyé à Exim Bank of India. Une fois que le contrat pour la construction du bâtiment sera alloué, la construction devrait être achevée en 18 mois », a-t-il annoncé.

Le bâtiment se trouvera au Réduit. Il nous revient qu’une rencontre a déjà eu lieu avec les architectes et les ingénieurs en 2019. Selon le plan de dessin approuvé, le bâtiment se veut écologique. 

Belinda Ramnauth, directrice de la BN, indique que l’espace abritant la BN au Fon Sing Building à Port-Louis n’est pas suffisant. « Nous sommes actuellement situés dans un bâtiment commercial comprenant des restaurants. Il manque une aire de stationnement pour nos visiteurs », dit-elle. Elle se souvient de l’incendie qui avait éclaté au Fon Sing Building, le 4 août 2020. « Nous l’avons échappé belle. Les fenêtres de la BN étaient fermées et l’incendie n’a pas atteint les lieux. Les pompiers ont pu le maîtriser. It is something which marked me », dit-elle. 

biblioteque national
« Du Positivisme en médecine par la fonction nerveuse » est la thèse de Joseph Rivière datant de 1884. « Annonces, Affiches et Avis divers » est le premier journal publié à Maurice en 1773.

Le processus de numérisation

devi
Devi Sahadew, Senior Library Officer, procède à la numérisation des documents.

Devi Sahadew, Senior Library Officer à la BN, explique que les journaux de petit format sont en cours d’être scannés. Elle cite l’exemple de La Balance et Le Cernéen. L’étape de la numérisation consiste, pour l’instant, à passer un pinceau sur le document pour le nettoyer. Comme le papier est fragile, il faut le manier délicatement. « Puis, il est posé sur l’appareil pouvant scanner les A3 et A4. Chaque page doit être lisible. Une fois scanné, on attribue un nom au document et il est sauvegardé sur le disque dur », dit-elle. Plus tard, le logiciel Document Management System (DMS) permettra de compléter le processus de numérisation.

La préservation en mode traditionnel

ashwin
Ashvin, binder, montre un lot de Le Défi Quotidien qu’il a cousu.

Ashvin exerce comme binder à la BN depuis 2000. Il dit que tout le processus de préservation se fait à la main. Il prend, par exemple, tous les numéros de Le Défi Quotidien sortis pendant le mois. Il les place l’un sur l’autre. Muni d’un fil et d’une aiguille, il coud les copies. « Je fais passer le fil d’une copie à une autre et ainsi de suite. Ensuite, le lot de journaux est glissé entre deux cartons. Un presse-papiers est posé sur le lot, qui est laissé à sécher toute la nuit ou la journée », montre-t-il. 

Un carton de la longueur du dos est découpé avant d’être collé à une feuille de maroquin. Il sera collé au dos. « Cela permet au visiteur de feuilleter les pages des journaux et les photocopier sans les abimer », fait ressortir Ashvin. Un covering paper et un end paper recouvrent le lot. 


Joseph Tsang Mang Kin : « Je léguerai un jour ma bibliothèque à la BN »

joseph
Joseph Tsang Mang Kin, était ministre des Arts et de la Culture, quand la BN a été inaugurée.

Joseph Tsang Mang Kin a 82 ans. Le poète et auteur était ministre des Arts et de la Culture de 1995 à 2000. Il a ainsi inauguré la BN. Il explique que l’objectif de la BN est d’alimenter les intéressés en informations et connaissances. 

L’ancien ministre indique que la BN héberge, entre autres, des documents officiels du pays, les rapports des ministères depuis leur création, des lettres des anciens gouverneurs de France et d’Angleterre, et certains documents qui datent d’avant l’indépendance. « La BN doit aussi pouvoir s’alimenter en connaissances liées à l’actualité, comme la Covid-19 et le Bitcoin. La BN a rendu un grand service à des milliers de Mauriciens qui la fréquentent », dit-il. 

Joseph Tsang Mang Kin confie qu’il avait nommé une commission pour travailler sur la mise en place de la BN dès la fin de 1990. « Une bibliothèque nationale est une nécessité. Il y avait tout un débat autour de l’endroit qui aurait pu accueillir la BN. Certains ont même montré une certaine résistance à ce projet », se souvient-il. 

Notre interlocuteur soutient que les documents sont dispersés. Certains sont aux Archives nationales et d’autres à la bibliothèque Carnegie à Curepipe. Celle-ci héberge d’ailleurs la bibliothèque privée de l’avocat et homme politique Adrien d’Épinay. « Je léguerai un jour ma bibliothèque à la BN », dit-il. L’auteur confie qu’il a déjà deux livres prêts et compte les publier.


Yves Chan Kan Lon, ancien directeur de la BN : «Une BN doit pouvoir conserver la mémoire d’une nation»

Yves
Yves Chan Kan Lon a été le premier directeur de la BN.

De 2000 à 2011, Yves Chan Kan Lon a occupé le poste de directeur de la BN. Âgé de 72 ans, il explique qu’il existe quatre types de bibliothèque : publique (municipalité), académique, spécialisée et nationale. Il fait comprendre que la BN a des objectifs différents des autres types de bibliothèques.

« Une BN doit pouvoir conserver la mémoire d’une nation. Elle regroupe tout ce qui est produit à Maurice, sur différents supports. Elle aide à les préserver pour la postérité », dit cet habitant de Baie-du-Tombeau. Il indique qu’il est parti « à la chasse aux trésors » pour collecter des documents pour la BN. 

« Je suis allé de maison en maison pour récupérer des documents afin de meubler la collection Mauritiana. Dans la collection, il y a notamment des journaux en différentes langues orientales, des cassettes et des disques, ainsi que des œuvres de Rodrigues. L’information est une ressource qu’on doit pouvoir utiliser », partage-t-il. 

Yves Chan Kan Lon raconte qu’il a exercé pendant 22 ans au Mahatma Gandhi Institute (MGI) avant d’aller à la BN. Il a eu l’occasion d’avoir une bourse pour étudier la bibliothèque et l’économie à Londres, en Angleterre. Il a visité The British Library. Puis, il a fait une maîtrise à la Columbia University, à New York aux États-Unis. « Plusieurs pays ont une bibliothèque nationale. Depuis les années 1980, je réfléchissais à une BN et son importance à Maurice », dit-il. Il a parlé de son souhait dans un entretien dans un journal mauricien. Plus tard, un débat sur la mise en place de BN a été entamé.

Place à une bibliothèque braille

La BN sera la première bibliothèque publique à accueillir une bibliothèque braille. Des ambassades ont été approchés pour trouver des livres adaptés aux aveugles et malvoyants. D’ailleurs, il nous revient que le nouveau bâtiment qui abritera la BN sera aussi accessible aux autrement capables.

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !