Live News

Le Dr Roma Dewan tire la sonnette d’alarme - isolement à domicile et automédication : une périlleuse équation

La « peur de l’hôpital » fait que les demandes de visite à domicile ont énormément augmenté.

En isolement chez eux, de nombreux patients Covid présentant des symptômes légers à modérés ont recours à l’automédication. Le Dr Roman Dewan, médecin généraliste, met en garde contre cette pratique qui peut avoir des conséquences graves et même tuer. 

Médecin généraliste  dans le privé.
Médecin généraliste dans le privé.



Avoir recours à l’automédication est dangereux. Le Dr Roma Dewan en sait quelque chose. Médecin généraliste dans le privé, la jeune femme exerce dans son cabinet, à Bramsthan, et se déplace aussi chez des patients. Elle soigne des adultes, des enfants et des personnes âgées, dont beaucoup, actuellement, ont été infectés par le coronavirus. Malheureusement, elle constate que bon nombre de personnes, après avoir essayé de se soigner elles-mêmes en prenant des médicaments qui ne leur avaient pas été prescrits, se retrouvent encore plus malades après quelques jours. « Si un patient Covid a des symptômes légers ou modérés de la maladie, il ne doit pas faire d’automédication. Il doit se tourner vers un médecin pour des soins, surtout s’il ne veut pas se rendre à l’hôpital », insiste-t-elle.

L’examen médical à domicile diffère peu de celui effectué au cabinet. En premier lieu, la doctoresse soumet le patient à un test antigénique rapide. Puis elle prend ses signes vitaux. S’ensuit une discussion avec lui pour établir son historique médical. Elle rédigera son ordonnance en fonction des symptômes observés. « Si l’état de santé du patient est grave, je recommande son hospitalisation. Souvent, les proches, en tenant compte des risques de contamination dans les hôpitaux en ce moment ainsi que du nombre de décès dans les centres de traitement de la Covid, ne veulent pas entendre parler de l’hôpital. Ils craignent de ne pas revoir leur proche en vie. Et ils me sollicitent pour soigner le patient à domicile. »

À chaque cas son traitement

Concernant les médicaments, si le patient Covid a de la fièvre et tousse, elle lui prescrit du paracétamol, un sirop contre la toux et des vitamines pour booster son système immunitaire. « Je lui conseille aussi de bien s’hydrater, de manger de façon équilibrée, de faire des exercices respiratoires, comme du yoga, et de respecter au mieux les consignes sanitaires afin de ne pas contaminer les autres membres de la famille. Le port du masque, la distanciation physique, la désinfection des mains et une bonne aération de l’espace de vie sont importants. » 

Si la santé du patient se détériore dans les jours suivants, s’il perd l’odorat ou s’il a une toux plus grasse avec des phlegmes épais et jaunâtres, le Dr Dewan lui prescrit alors d’autres traitements dans le respect du protocole établi par le ministère de la Santé. Il peut s’agir, par exemple, d’antibiotiques et d’antiviraux. « La Covid évolue différemment chez chaque individu. Donc, l’automédication est à éviter à tout prix. Les antibiotiques et les antiviraux, et même le paracétamol, doivent être pris uniquement sur avis et ordonnance d’un médecin. » Si le patient présente des troubles respiratoires, de l’oxygène médical lui est prescrit selon ses besoins. « Par la suite, je continue le suivi médical par téléphone ou avec d’autres visites à domicile jusqu’à ce que le patient retrouve la santé. »

Sollicitée à toute heure

Quant à l’oxymètre de pouls, le Dr Dewan indique qu’il est surtout utile pour mesurer la saturation en oxygène et la fréquence cardiaque chez les personnes à risque. De fait, une personne sans comorbidité n’a aucune raison de paniquer et de se précipiter dans une pharmacie pour se procurer cet appareil. « Si vous êtes infecté par le virus, gardez un mental fort et ne sombrez pas dans le stress. Consultez un médecin si vous ne vous sentez pas bien », résume-t-elle.

Par ailleurs, confie la doctoresse, depuis que le variant Delta est présent à Maurice, elle se retrouve à soigner quatre à cinq fois plus de patients qu’en temps normal. Elle a dépisté beaucoup d’enfants qui sont positifs au virus. Cependant, elle s’est également occupée de parents atteints alors que leurs enfants ne l’étaient pas. En ce moment, elle est sollicitée à toute heure pour soigner des patients à domicile mais aussi pour certifier des décès. 

« La situation est vraiment mauvaise. Je reçois de plus en plus de demandes de visite à domicile parce que les gens, souffrant de la Covid ou d’une autre maladie, ne souhaitent pas se rendre à l’hôpital par peur d’y contracter le virus ou d’y laisser la vie », renchérit-elle. Résultat : elle travaille sept jours sur sept. « À ce rythme-là, je me demande si je ne vais pas bientôt travailler 24 heures sur 24 », dit-elle. Mais même fatiguée, le Dr Roma Dewan continue à honorer le serment d’Hippocrate. Sa priorité demeure de sauver le maximum de vies. 

Prendre toutes les précautions possibles

Si la plupart des patients s’en sortent, d’autres non, se désole le Dr Roma Dewan. « J’ai assisté beaucoup de patients en isolement à domicile. Parmi eux, cinq ou six étaient dans des conditions vraiment difficiles. J’ai même perdu une patiente. » Pour les visites à domicile, elle prend toutes les précautions nécessaires afin de ne pas contracter le virus. Et pour encore plus de sécurité, elle classe ses visites. « Je vois mes patients malades non-contaminés en premier. Ensuite, je vais voir ceux qui sont infectés par le coronavirus », dit-elle.

La professionnelle de santé indique qu’elle doit rappeler sans cesse aux proches des patients infectés de mettre leur masque et d’observer la distanciation physique. « Si certains respectent les gestes barrières pendant leur isolement à domicile, d’autres sont vraiment insouciants. » Elle évoque le cas d’une dame infectée dont le mari, négatif, voulait aller travailler alors qu’il était censé, en tant que cas contact, s’isoler lui aussi. Autre cas, celui d’un patient infecté qui, se sentant bien, décide d’aller faire des courses dans un supermarché et de rencontrer des amis en chemin. 

« Avec la situation actuelle dans le pays, cette baisse de vigilance est incroyable. Il y a toujours des gens qui ne portent pas de masque lorsqu’ils sortent. Des personnes ne prennent aucunes précautions et transmettent le virus à leurs proches en rentrant à la maison. » Elle cite notamment l’exemple d’une patiente très âgée qui était alitée et qui a été contaminée par le virus. « Elle n’a pas bougé de la maison. Ce sont ses proches, qui sont sortis, qui lui ont refilé le virus. Elle est décédée. Donc, il faut que les gens respectent les gestes barrières. Il faut qu’ils se désinfectent et se douchent avant de rencontrer leurs proches. »

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !