Actualités

La stratégie gouvernementale pour une société inclusive et à hauts revenus

Le président de la République a étalé la politique générale du gouvernement.

Construire une société inclusive, bien répartir les richesses, promouvoir un développement durable, faire entrer Maurice dans la ligue des pays à hauts revenus. Le programme du gouvernement lu par le président de la République, Pradeep Roopun, vendredi au Parlement, s’articule autour de ces thématiques.

“Le gouvernement a une vision claire pour le futur.” D’emblée, le président de la République, Pradeep Roopun, annonce la couleur du programme gouvernemental 2020-2024 intitulé « Towards an inclusive, high income and green Mauritius. Forging ahead together. »

Pendant environ une heure et quart, le président a étalé la politique générale du présent gouvernement. Ce mandat sera avant tout dédié à « valoriser la population, en la considérant comme le principal atout, à travers l’empowerment, une politique d’inclusion sociale revisitée et la promotion de l’égalité devant les opportunités. » Il s’agit aussi de mieux partager la richesse et de faire beaucoup d’efforts au niveau de l’égalité des genres.

L’objectif est de faire entrer le pays dans la ligue des pays à hauts revenus, dans le respect des valeurs démocratiques et des droits humains. Le gouvernement, précise Pradeep Roopun, est convaincu que, pour avancer, il faut une économie qui s’appuie sur la technologie et l’innovation.

Il annonce l’intention du gouvernement de venir avec une panoplie d’actions touchant tous les secteurs d’activités afin d’amener un changement profond pour atteindre son but. «Le gouvernement implémentera sa stratégie à travers le capital humain et des développements infrastructurels basés sur les principes de la discipline, de la rigueur, de l’État de droit et de l’intégrité. Il va créer un modèle de développement soutenable qui respecte l’environnement, la sécurité et le bien-être de ses citoyens afin de créer un pays vraiment démocratique et plaisant à y vivre. »

L’ambition ne s’arrête pas sur le plan national. Au niveau international aussi, ce gouvernement veut rendre plus visible le quadricolore. « Nous assumerons notre rôle en tant qu’acteur-clé dans la région et dans le monde en tant que passerelle entre l’Afrique et l’Asie, tout en réitérant notre souveraineté sur tout notre territoire. »


Le « durable » au sein du développement

Le gouvernement travaille vers une Ile Maurice Verte. Le développement durable a été au centre du discours du président de la République, Pradeep Roopun.  L’énergie et l’environnement iront de pair.

Les mesures annoncées :

  • Encourager les enfants à protéger et à préserver l’environnement à travers des coins verts et endémiques dans les écoles.
  • La promotion de l’agriculture organique.
  • L’économie circulaire : réduire, recycler et réutiliser les déchets ; promouvoir une consommation, une production et une distribution durables des produits.

Utilités publiques

  • Un futur durable : réhabiliter les infrastructures ayant trait à la distribution de l’eau ; le remplacement des tuyaux le plus vite possible et mettre sur pied de nouvelles infrastructures pour contenir nos réserves en eau.
  • Le gouvernement revient avec l’idée de partenariats avec le secteur privé pour une gestion moderne dans le but de gérer le secteur de l’eau. La Central Water Authority (CWA) détiendra ses principaux actifs.
  • Une expansion des barrages et des réservoirs : établir un plan d’action sur les moyen et long termes pour le secteur de l’eau par rapport au changement climatique.
  • Mettre sur pied un observatoire de l’eau : un portail sur la qualité et la quantité des réserves en eau.
  • Électricité : la capacité de génération de l’électricité sera augmentée à travers une stratégie pour la biomasse : un encouragement aux petits planteurs sera mis en place concernant l’utilisation de la bagasse comme source d’énergie.
  • Le gouvernement poursuivra l’installation de panneaux solaires sur les maisons, de même qu’encourager les Petites et moyennes entreprises, les petits planteurs, les ONG, entre autres, d’aller vers ce concept.
  • Réduire la dépendance sur l’énergie fossile : le gouvernement revient avec la possibilité de mettre sur pied le projet de waste to energy tout en réduisant l’émission de déchets.
  • L’Utility Regulatory Authority (URA) viendra avec un cadre régulateur pour le secteur de l’électricité et viendra revoir le fonctionnement du Central Electricity Board (CEB).
  • La mise sur pied d’un programme national pour l’utilisation de la technologie LED et les véhicules électriques.
  • Le gouvernement compte poursuivre les projets de tout à l’égout. Le réseau sera étendu à Grand-Baie et Pailles avec une réhabilitation des stations de traitement d’eaux usées.  
  • La Radiation Safety Act sera revue.

Terres

  • Une ecological urbanisation policy et un cadre légal pour le développement des différentes régions seront instaurés.
  • Un registre des terres de l’État sera créé pour les besoins de ‘planning’.
  • Un plan de développement sera mis sur pied de même qu’un registre national des terres avec l’appui d’un cadre légal.
  • Un tribunal sera institué pour traiter les cas de dépossession des terres.  

Environnement

La politique environ-nementale est basée sur quatre piliers : investir dans l’énergie renouvelable, une île Maurice propre et verte, atténuer les risques des catastrophes naturelles et la protection des ressources marines.

  • Énergie verte – Le gouvernement compte augmenter la part d’énergie renouvelable à 35% en 2025 et 40% en 2030 à travers des encouragements fiscaux.
  • Les compagnies grosses consommatrices d’énergie seront encouragées à mettre sur pied leurs propres fermes solaires.
  • Le gouvernement compte encourager l’utilisation du Liquefied Natural Gas (LNG) pour la production énergétique, le transport et le bunkering.
  • Un cleaning and waste management programme sera introduit, cela concerne la collecte, le tri et le traitement des déchets.  
  • Le gouvernement compte emboîter le pas à Rodrigues en interdisant le plastique à usage unique. D’ailleurs, une unité sera mise sur pied pour traiter les déchets médicaux et dangereux.
  • Un comité sera mis sur pied pour examiner les effets du changement climatique et un Climate Change Bill sera introduit au Parlement.
  • Trois nouvelles forêts endémiques seront créées dans le pays et celles existantes seront restaurées.
  • L’État mettra en vigueur des normes de construction contre les catastrophes naturelles.
  • Un National Integrated Management Plan sera mis sur pied ; pour protéger l’environnement marin, le gouvernement propose la plantation de coraux et d’algues.
  • Délimiter les zones marines pour permettre des activités, dont la Marine Permaculture.
  • Le gouvernement compte introduire un nouveau River and Lake Authority Bill pour gérer les cours d’eau.

Adi Teelock, militante de Platform Moris Lanvironman

« Difficile de réagir sur le volet environnement du discours-programme, car le ministère de l’Environnement a commencé depuis la mi-décembre un exercice (ndlr : les Assises de l’environnement) qui devrait bientôt aboutir sur un plan-directeur pour les prochains dix ans. Cet exercice porte sur huit thématiques qui sont abordées dans le volet environnement du discours-programme. Ce qui interpelle, c’est que le Produit Interieur Brut (PIB) est encore utilisé comme seule mesure de progrès, alors que cela ne devrait plus être le cas. En effet, dans le PIB, la destruction de la nature lors de réalisation de projets n’est pas comptabilisée comme un point négatif.»

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !