Actualités

Journée mondiale pour la sauvegarde du lien parental : 7 idées pour renforcer les liens parentaux

Famille

Il est vrai que les relations parents-enfants ne sont pas toujours faciles. Différence de générations ou encore évolution rapide et constante de la société, il arrive parfois que les parents se retrouvent à la traîne ou n’arrivent plus à communiquer avec leurs progénitures. Certains obstacles sont parfois inévitables. Dans ce cas, comment faire ? Voici quelques conseils à mettre en pratique afin de sauvegarder ce lien parents-enfants.

1. Se rappeler des souvenirs de famille

Cette idée peut paraître anodine, mais rappeler à ses enfants les souvenirs de son enfance ou des moments en famille pourrait être une des activités à faire dans le but de se rapprocher d’eux. Cela peut se faire à travers des photos ou des vidéos, et cette activité peut encourager les jeunes à discuter de leur avenir avec leurs parents. C’est toujours un plaisir pour les adultes comme les jeunes de se revoir bébé. Ainsi, un système de dialogue sera enclenché indirectement entre parents et enfants.

2. Encourager une relation stable

Afin de mieux renforcer les liens entre les enfants et les parents, il est important pour ces derniers d’établir au préalable une relation stable. Les parents doivent faire des efforts pour se rapprocher de leurs enfants et la meilleure chose à faire serait de le faire dès leur naissance. De plus, ces gestes d’affection doivent être le plus naturel possible afin de représenter un quotidien stable. Au cas contraire, une relation instable pourrait éventuellement bouleverser l’enfant qui va se renfermer davantage et l’encouragera à adopter des comportements irréguliers. Il est donc important pour l’enfant d’être entouré de relations chaleureuses afin que son entourage le rassure. Afin de renforcer ces liens, il est important d’établir des rites dès l’enfance, par exemple le dialogue avant le coucher, ainsi de suite.

3. Soyez présent

Les enfants seront proches de leurs parents seulement si ces derniers sont présents. La présence des parents encadrant leurs enfants ne peut qu’être bénéfique. Cela encouragera l’enfant à venir plus facilement vers ses parents, quelle que soit la raison, comme pour avoir un conseil. Il sera donc plus ouvert au dialogue. Avec les diverses activités quotidiennes, par exemple le travail et les activités scolaires, entre autres, il est de plus en plus compliqué d’être présent pour ses enfants. Toutefois, il est important, dès que le temps le permet, de s’assurer que l’enfant sache que ses parents sont là pour lui en cas de besoin. La communication aussi reste un point fort à mettre en avant.

4. Évitez les critiques

Il faut bien évidemment faire attention à ce qu’on dit à ses enfants et vice versa. Il est clair qu’en tant que parent, ce dernier détient le droit de réprimander l’attitude, les actes ou encore le comportement de son enfant.  Cependant, il est avisé d’éviter de critiquer son enfant en tant que personne, car cela pourrait lui donner une mauvaise image de lui-même. De surcroît, il pourra aussi perdre confiance en lui-même et ne viendra pas vers ses parents. Il faudrait favoriser une critique justifiée. Cela donnera ainsi à l’enfant l’envie de se dépasser et aussi reconnaître ses progrès.

5. Favorisez les sorties en famille

Afin d’éviter toute situation monotone, il serait intéressant pour les parents et les enfants de prendre du recul ou de se retrouver en famille. Cela peut se faire de diverses façons, lors des activités qui toucheront parents et enfants. Par exemple, cela peut être une sortie au cinéma, au restaurant ou même à la plage. C’est un des meilleurs moyens de se rapprocher l’un de l’autre et de renforcer les liens. Cela peut se faire à chaque fin de mois ou à chaque fin de semaine.

6. Montrer un signe d’affection

Un câlin avant d’aller se coucher ou de sortir, un petit mot sur le frigo sont autant de petites attentions simples, mais qui touchent. Comme nous sommes souvent pressés dans la vie de tous les jours, on oublie parfois de dire « je t’aime ». Or, il est impératif de prendre le temps d’embrasser ses enfants avant de quitter la maison pour la journée, même s’il y a eu une mésentente la veille. Cela aide à resserrer les liens. Il s’agit aussi d’une habitude à adopter tout au long de sa vie.

7. S’adapter à la technologie

Il est clair que la technologie évolue rapidement et les parents sont souvent à la traîne, alors que grâce à la technologie, on peut réunir les êtres qui s’éloignent. Alors, pourquoi ne pas profiter de la technologie ensemble ? Visionner des vidéos ou encore jouer à des jeux afin de passer un peu de temps ensemble. Ces activités aident aussi à découvrir les centres d’intérêt de son enfant.


Françoise Labelle : « Être parent, ça s’apprend »

« Être parent,  ça s’apprend » est une phrase de Thomas Gordon. En 1962, ce dernier a créé le premier atelier destiné à aider les parents à mieux communiquer et à développer des relations harmonieuses familiales.

En 50 ans, plus de 2 millions de personnes en recherche d’aide à la parentalité ont participé à un atelier Gordon Parents-Enfants. L’atelier est présent à Maurice depuis 2015. Touchant de nombreuses régions de l’île, des parents de différentes classes sociales ont suivi ces ateliers de formation.

Françoise Labelle, qui a reçu une formation de la maison-mère située aux États-Unis explique que ces ateliers proposent des outils pratiques pour développer les relations familiales. « Il y a trois outils majeurs : l’écoute active, le message « je » et la résolution d’un conflit sans perdant. En effet, on dit toujours qu’il faut savoir communiquer, mais il y a plus important encore. Il s’agit aussi de savoir écouter. Le deuxième outil permet, quant à lui, de s’exprimer sans blâmer personne et le troisième permet de résoudre un conflit de manière équitable, soit sans que les parents prennent le dessus et sans que les enfants soient avantagés », explique Françoise Labelle. Les formations se font en fonction de la demande. Les organisations ou autres groupes peuvent formuler une demande par courriel au info@humandev.mu ou en contactant Françoise Labelle au 5257 7878 ou au 5941 7780.

Les grands-parents ont aussi des droits sur l’enfant

En cas de séparation des parents ou de mésentente avec l’un des parents, il est possible malgré tout aux grands-parents de continuer à voir leurs petits-enfants. Ils peuvent saisir la justice, si nécessaire, pour obtenir un droit de visite et d’hébergement, car c’est l’intérêt de l’enfant qui prime.


Comment faites-vous pour la sauvegarde des liens parentaux ?

Fawzi Ahamudally
Fawzi Ahamudally
Sailesh Muttylall
Sailesh Muttylall

Fawzi Ahamudally : « Une approche amicale »

Pour consolider les liens parentaux, j’adopte une approche amicale avec mon fils qui aura bientôt 12 ans. Il grandit et a fait son entrée au collège cette année. Lorsque le temps le permet, nous faisons des sorties, dans une villa ou ailleurs. Cela nous permet de nous retrouver en dehors de la maison. Il y a un rapprochement qui se crée. J’essaie aussi de le conseiller sur les choses à venir parce qu’il a encore beaucoup à apprendre.

Sailesh Muttylall : « Éviter l’abus des technologies »

Pour renforcer les liens, j’essaie d’emmener mes enfants se divertir dès que nous le pouvons. Je fais tout ce qui est possible pour y arriver. Pour moi, c’est important que nous soyons proches. Ils pourront alors me demander conseil au lieu de se confier à d’autres personnes. En ce qui concerne les technologies, telles que les téléphones portables, nous essayons au maximum de limiter leur utilisation en famille. Il ne faut pas que cela remplace le dialogue. Par exemple, nous regardons un film en famille ou entamons une conversation sur un sujet qui les intéresse.

Sanjana Caunhye : « Apprendre à être patient »

Être parent, c’est apprendre à être patient. Je suis maman de deux bambins, dont l’un n’a que quelques mois. Durant cette phase de l’enfance, il faut être très attentif puisque l’enfant vit des moments plutôt difficiles, surtout l’aîné parce qu’il sait qu’il n’est plus le seul bébé de la famille. Il demande plus d’attention ou se sentira délaissé. En tant que parent, il faut renforcer ces liens en étant à son écoute et apprécier tous les efforts qu’il fait de son côté, mais il ne faut pas pour autant délaisser l’autorité ou sinon l’enfant sera comme on l’appelle « zenfan gâté ». Le plus important par-dessus tout, c’est de tout faire équitablement pour chaque enfant.

Emmanuella Chunee : « Il n’y a pas de tabous »

Emmanuella Chunee

Le monde évolue à un rythme très rapide, il est important de faire des efforts pour construire une vie de famille malgré le fait que je sois divorcée. Entre mes filles et moi, il y a une grande complicité. Je suis présente dans leur vie en tant que mère, mais aussi en tant qu’amie. L’amour et le dialogue arrangent toujours les choses malgré les disputes. C’est important pour chacune de se sentir aimée et en sécurité. Certes, il est impossible d’être tout le temps ensemble pour discuter à cause des obligations professionnelles, mais quand nous avons l’occasion, nous passons de bons moments ensemble. La confiance mutuelle et l’interdépendance sont la base des liens que nous pouvons créer. Chez nous, il n’y a pas de sujets tabous. Le dialogue est très important.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more