Live News

Emploi : la fonction publique attire plus depuis la pandémie

Le secteur public emploie 87 000 personnes regroupées sous plus de 3 000 grades allant des ouvriers au chef de cabinet.

L’insécurité grandissante sur le marché de l’emploi pousse les Mauriciens à se tourner vers la fonction publique. D’ailleurs, les demandes d’emploi dans le secteur public sont en nette hausse. 

Ravish Pothegadoo.
Ravish Pothegadoo.

80 % des chercheurs d’emploi enregistrés par les bureaux de l’Emploi veulent travailler dans la fonction publique. Parmi les postes les plus demandés, on retrouve, entre autres métiers, chauffeur, attendant, hospital servant, laboureur, cleaner. 

« Les femmes sont plus nombreuses à s’intéresser à la fonction publique. Quand nous les approchons avec des offres d’emploi, elles refusent si ce n’est pas dans le secteur public », indique un préposé du ministère du Travail. 

Environ 50 % des demandeurs d’emploi sont déjà en situation professionnelle. « De tout temps, la fonction publique a attiré les employés. Et depuis la pandémie, nous notons même une hausse dans la demande. »

Une tendance qu’observe également Ravish Pothegadoo, fondateur et directeur de Talent on Tap. « Un bon nombre de candidats postulent un emploi d’enseignant et, tout récemment, les ‘freshers’ ont eu des opportunités comme ‘management trainee’ dans divers départements/ministères sous le Youth Employment Programme », avance-t-il. 

krish
Krish Ponnusamy.

L’engouement pour travailler dans la fonction publique varie en fonction des tranches d’âge. « Par exemple, certains candidats plus jeunes ont annulé des entretiens dans le privé après avoir eu des entretiens dans le secteur public (même s’ils n’ont pas encore eu une offre d’emploi) », explique Ravish Pothegadoo. 

Cependant, d’autres candidats, des pères ou mères de famille notamment, qui doivent faire face à la réalité quotidienne et le besoin d’avoir des revenus mensuels, n’ont pas ce loisir. « De plus, certains postes dans le public ont souvent des restrictions en termes d’âge des candidats », souligne-t-il. 

Qu’est-ce qui explique cet engouement ? « C’est surtout pour une question de sécurité d’emploi. Celle-ci est très affectée dans le secteur privé pendant cette période d’incertitude liée à la Covid-19. Et les nouvelles lois n’arrangent pas les choses. Depuis 2020, le ‘leave without pay’ est devenu une sorte de licenciement déguisé », fait valoir Ravish Pothegadoo. 

Krish Ponnusamy, ancien haut fonctionnaire, y va également de son commentaire. « Il est évident que quand il y a un rétrécissement du secteur privé, les employés vont se tourner vers la fonction publique. Mais il faut savoir que cette attirance envers le secteur public vient du fait que nous sommes parmi les meilleurs des pays du Commonwealth. Pour arriver à ce résultat, il y a eu des réformes pour moderniser, professionnaliser et donner les moyens au secteur public, notamment à travers le Pay Research Bureau (PRB) chaque cinq ans. » 

Et ce n’est pas tout. 

« Le salaire s’est aussi amélioré au fil du temps et la garantie d’emploi font que les gens sont attirés par la fonction publique », dit-il.

beejaye
Beejaye Coomar Appanna.

Beejaye Coomar Appanna, ancien directeur du PRB et actuel président du National Wage Consultative Council, abonde dans le même sens. « Outre la sécurité d’emploi, les  rémunérations et conditions de service se sont améliorées au fil du temps. De plus, il y a plusieurs avantages qui sont offerts : la formation, les promotions, les ‘passage benefits’ ou encore la ‘voiture duty free’ pour les professionnels », soutient-il. 

Le système de pension est aussi un autre facteur motivant. « Le fonctionnaire touche deux tiers de son salaire à la retraite. De même, en cas de hausse de salaire, la pension est indexée sur la nouvelle grille. Cela concerne  ceux qui ont intégré le secteur public avant 2013. »

 Il y a également le fait, affirme Beejaye Coomar Appanna, que « culturellement, les Mauriciens veulent que leurs enfants travaillent dans le secteur public car c’est synonyme d’un certain statut dans la société ». 

Autre avantage : la fonction publique s’occupe même de la famille de ses employés. « À titre d’exemple, après le décès d’un fonctionnaire, son épouse obtient une allocation », souligne Beejaye Coomar Appanna, qui ajoute que certains Mauriciens veulent également mettre leur talent au service du pays.

Les raisons derrière cet engouement 

  • Les horaires de travail (8 h 30 – 16 heures) pour la plupart des postes.
  • La sécurité d’emploi. 
  • L’aspect socio-économique ancré dans la culture mauricienne. Il est généralement bien vu qu’un homme travaille dans la fonction publique. De facto, cela fait de lui un bon gendre, avance Ravish Pothegadoo 
  • Les grilles salariales sont déjà calquées pour les postes dans le secteur public, garantissant une augmentation sûre après un certain nombre de mois. « Alors que dans le secteur privé, il n’y a pas de garantie à part la compensation salariale ou le ‘performance appraisal’ dépendant des compagnies », soutient notre interlocuteur. 
  • Tous les autres avantages liés : les emprunts bancaires sans garantie et bénéfices comme le « duty free » et autres avantages à la retraite, par exemple.
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !