Live News

Atteinte d'une mal formation : Maria attend ses parents depuis quatre mois à l’hôpital

Atteinte d'une mal formation : Maria attend ses parents depuis quatre mois à l’hôpital

Où sont les parents de la petite Maria ? La petite a vu le jour il y a quatre mois à l’hôpital Nehru de Rose-Belle. Elle est aujourd'hui à l’hôpital Victoria, ses parents ayant mis les voiles. Le cas a été référé à la Child Development Unit. Depuis quelques jours, plusieurs personnes se sont mobilisées pour lui venir en aide. 

Il est 16 heures. La salle de pédiatrie de l’hôpital de Victoria, à Candos, grouille de monde. Des mamans, des papas, des grands-pères, des dadis, des tontons et des petits frères et sœurs sont venus rendre visite à leurs proches malades. Tous s’affairent autour de l’enfant qu’ils sont venus voir, le visage triste. 

Dans cette même salle, un  berceau attire l'attention : il n'y a aucun visiteur. On le croirait vide. Mais en s'approchant, on se rend compte qu'il est occupé par une toute petite fille. Les yeux grands ouverts, elle est attentive à tous les bruits qu'elle entend. Chaque retentissement de voix la captive. Elle donne l'impression d'attendre que quelqu'un vienne la voir. 

Cette enfant, nous la prénommerons Maria. Elle est à l’hôpital de Candos depuis deux semaines. Elle est née prématurément à l’hôpital Nehru, Rose-Belle, le 2 septembre 2018. Il s’avère que les parents ont déclaré l'enfant. 

Mais selon un infirmier, après avoir appris que le bébé est malade, père et mère ont disparu. « La mère semblait désemparée, elle ne comprenait pas ce qu’on lui disait. Je pense qu’ils ont pris peur. Un jour ils sont partis et ne sont jamais revenus. » 

Âgée de quatre mois, Maria est à l’hôpital de Candos pour des soins. Certains avancent qu’elle a été abandonnée par ses parents alors que d’autres expliquent que les parents ne peuvent venir la voir parce qu’ils habitent loin. S’il s’avère que l’enfant a été abandonné, les parents sont passibles de poursuites. (voir hors-texte)

C’est à la suite d'un partage sur Facebook que cette histoire a été révélée. Une jeune maman, dont l’enfant était malade, a lancé un appel de solidarité pour que d’autres mamans aillent déposer quelques affaires pour Maria. « Elle est là depuis quelques jours et personne ne vient la voir. Elle n’a rien et a besoin de couches et de vêtements... Aidez-la ». Depuis, de nombreuses personnes se sont déplacées pour venir en aide à l’enfant. 

Battements d’un cœur

Mis au courant de cette affaire, les enquêteurs du bureau de l’Ombudsperson for children ont immédiatement démarré une enquête. 

Pour pour le moment l’enfant est en lieu sûr soit à l’hôpital, une place of safety come décrit à l’article 2 de la  Child Protection Act. 
Pendant que les autorités essaient de trouver une solution, la petite Maria attend sans doute de ressentir encore une fois les battements d’un cœur qu’elle saura reconnaître… 

à l'heure où nous mettions sous presse, le ministère de l'Égalité du genre nous a appris que la mère est en prison pour abandon d'enfants et qu'elle souffre de problèmes psychiatriques.   

« La CDU a contacté la grand-mère mais c'est dernière s'occupe déjà d'un autre enfant de sa fille. Le bébé sera donc placé dans un shelter, une fois qu'elle obtient sa décharge de l'hôpital », explique un préposé. Quant au père, nous ne savons pas où il se trouve pour le moment. 


Les obligations des parents envers les enfants 

Tout parent a des obligations envers leurs enfants. Selon le Code civil mauricien à l’article 203, les deux parents ont l’obligation de nourrir, entretenir et élever leurs enfants. L’article 371 fait également mention que le père et la mère doivent « protéger l’enfant dans sa sécurité, sa santé et sa moralité ». 

Cette obligation demeure même après un divorce, comme clairement précisé à l’article 260. « Les droits et les devoirs des pères 
et des mères subsistent à l’égard de leurs enfants ». 

Le manque de soutien aux parents d’enfants malades décrié 

Pour Yvan Ducasse de l’Observatoire des personnes handicapées, souvent les enfants porteurs de handicap se retrouvent en abandon. D’abord, parce que les parents n’y sont pas préparés et parce qu’ils n’obtiennent pas l’aide nécessaire. « Il ne faut pas blamer les parents dans ce cas, il y a un mal-être, c’est un grand désespoir pour certains parents de réaliser que leurs enfants sont handicapés.

Il faut pouvoir les encadrer et non pas les punir pour ce genre de décisions hâtives ».  Il ajoute : « Il est malheureux que dans ce genre de cas, les services disponibles ne sont pas adaptés. Il n’y a pas de structures pour les bébés handicapés et malheureusement, pas de centre résidentiel pour les accueillir. La CDU n’a pas de solution pour eux. Le mieux serait de pouvoir former et bien encadrer les parents pour qu’ils soient mieux armés pour s’occuper eux-mêmes de leurs enfants ». 

Le Child Protection Act condamne l’abandon d’enfants 

Tout abandon d’enfant est puni selon la Child Protection Act spécifiquement à l’article 13(b).  Toute personne qui utilise des menaces et qui, en position d’autorité, incite les parents d’un enfant à abandonner ce dernier ou même un enfant qui n’est pas encore né, commettra un délit et est passible d’encourir une peine de servitude pénale n’excédant pas 8 ans. Aussi, toute autre personne qui agit comme intermédiaire entre une personne souhaitant abandonner un enfant et un parent qui est disposé à abandonner son enfant en échange d’argent ou tout autre gain sera passible d’une amende n’excédant pas Rs 500 000 et une servitude pénale n’excédant pas 15 ans. En sus, tout parent, trouvé responsable d’abandon, peut encourir une servitude pénale de 2 à 5 ans d’amende n’excédant pas Rs 100 000 ou Rs 250 000 dépendant du lieu où l’enfant a été abandonné. 

Qu’est-ce que l’hydrocéphalie ? 

(Source : Internet)

Elle peut être définie comme une accumulation excessive de liquide céphalo-rachidien (LCR) dans le cerveau. Cette hydrocéphalie peut survenir dès la naissance en raison d'une malformation congénitale au niveau de la tuyauterie cérébrale. Le surplus de liquide comprime alors le tissu cérébral jusqu'aux terminaisons nerveuses et provoque des troubles neurologiques comme ceux qui touchent l'acquisition. La pression intracrânienne augmente aussi et provoque des signes tels que des maux de tête, des vomissements et de la somnolence. Etant donné que les os de la boîte crânienne d'un bébé ne sont pas encore soudés, l'hydrocéphalie peut déformer légèrement le crâne. Sans traitement rapide, la déformation peut provoquer une macrocrânie, la tête de l'enfant augmente de volume de façon impressionnante.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more