Live News

Vente de masques sous l’Emergency Procurement : après l’arrestation du bijoutier, des cadres de la Santé visés par l’Icac

Hari Kistnah Jagannada Reddi, lors de sa comparution en Cour de Port-Louis, ce mercredi après-midi 28 octobre

Des cadres du ministère de la Santé sont dans le viseur des enquêteurs de l’Independent Commission Against Corruption (Icac). Cela, dans le sillage de l'affaire portant sur des soupçons de corruption pesant sur le propriétaire de la bijouterie, Red Jewels, Hari Kistnah Jagannada Reddi, par les limiers ce matin. 

En fait, en pleine crise de la Covid-19, la compagnie de Hari Kistnah Jagannada Reddi s’est enregistrée auprès du ministère de la Santé comme un fournisseur potentiel des masques de protection tels que les modèles KN 95, N 95 et FFP2. Et, le même jour, il a décroché un contrat pour la fourniture d’environ 100 000 masques. 

Selon nos informations, c’est une somme d’argent sur le compte bancaire de Hari Kistnah Jagannada Reddi qui a conduit à son inculpation provisoire de blanchiment d’argent en Cour de Port-Louis, cet après-midi. 

Les explications du propriétaire de la bijouterie n’ont pas convaincu les enquêteurs qui soupçonnent qu’il y a eu « maldonne » dans l’octroi d’un contrat qu’il a décroché pour la fourniture de ces masques de protection au ministère de la Santé. 

Hari Kistnah Jagannada Reddi a retrouvé la liberté après avoir fourni une caution de Rs 100 000.   

Des officiers du ministère de tutelle qui ont travaillé sur son dossier seront prochainement entendus par les enquêteurs. 

L’enquête se poursuit. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !