Xplik ou K

Unité spécialisée de la police : sensibilisation et prévention pour contrer le crime

Unité spécialisée de la police La police veut conscientiser le public dès le plus jeune âge.

Padma Bhugobaun, responsable de la Crime Prevention Unit, était l’invitée de l’émission Xplik ou K du jeudi 30 août, aux côtés de Gilbert Bablee et Deven Anacootee. Elle a évoqué les principales actions de cette unité de la police qui tente de freiner les tendances criminelles.

Quel est le rôle de la Crime Prevention Unit ?

La Crime Prevention Unit (CPU) est un département de la police qui a été établie le 11 septembre 1989. Elle est basée à Rose-Hill. L’unité fonctionne sous l’égide du Central Criminal Investigation Department (CCID) sous la supervision du commissaire de police adjoint D. Reekoye.

« L’unité a été créée dans le but de promouvoir le sens de  prévention de la criminalité au sein de la communauté et d’initier des mesures proactives pour freiner la tendance à la criminalité et la maintenir autant que possible à un niveau gérable. La prévention du crime implique l’identification et l’évaluation d’un risque criminel et le lancement de mesures visant à l’éliminer ou à le réduire. L’une des meilleures stratégies de lutte contre la criminalité est la protection de la cible par son durcissement à travers l’éducation ou la sensibilisation. Les rapports se font directement au commissaire de police. 15 personnes en tout opèrent au sein de l’unité basée dans le centre. Le travail ne se fait pas seulement au bureau de la CPU mais dans toute l’île », indique Padma Bhugobaun. Elle ajoute que des Neigbourhood Officers sont postés dans chaque poste de police. « Nous dispensons les formations nécessaires et sommes bien équipés pour donner des conseils de prévention et de sensibilisation au public », soutient Padma Bhugobaun.

Conscientisation face au vol

Selon la représentante de la CPU, un vol a lieu après des planifications et des observations. Les malfrats cherchent des proies faciles et des endroits appropriés. Par exemple, un voleur ne se rendra pas dans une maison pour voler des gros objets mais ciblera plutôt une personne âgée. Certaines personnes âgées ont la mauvaise habitude de compter leur argent au vu de tout le monde. Elles s’exposent au danger. « Certaines personnes emploient d’autres pour travailler à leur domicile sans connaître les antécédents de ces dernières avant de les embaucher. Il est important de vérifier le certificat de caractère, même pour une bonne à tout faire. Nous avons déjà vu des vols où le ou la coupable travaillait déjà sur les lieux », dit Padma Bhugobaun.

Augmentation des vols à l’arraché

Selon la représentante de la CPU, « il faut porter des bijoux de manière discrète ». « Les malfrats sont présents partout, surtout la nuit. Ils observent les moindres faits et gestes avant d’agir », dit-elle. « Il ne faut pas stationner les véhicules dans l’obscurité pour éviter d’être victime de vol ou d’attaque. Nous conseillons au public d’éviter de se déplacer avec de l’argent. Une grosse somme sur soi attire les malfaiteurs. Il serait mieux de favoriser l’utilisation de la carte bancaire », explique Padma Bhugobaun.

Comment fonctionne la Crime Prevention Unit ?

« L’unité opère sept jours sur sept. De plus, nous ne travaillons pas à des heures fixes. Parfois nous sommes appelés à travailler tôt le matin. Par exemple, lors du field councelling. Cela se fait en général avec les salesmen drivers. Nous menons la sensibilisation tôt le matin car ils sont déjà sur la route. Nous avons des séances de Neighbourhood Watch Scheme durant les après-midis où les officiers sont appelés à travailler jusqu’à tard », explique Padma Bhugobaun. La CPU est présente à Maurice, Rodrigues et Agalega. « Il y a eu récemment la mise sur pied d’une sub-unit de la CPU à Rodrigues. On compte huit divisions incluant celle de Rodrigues. Il fallait avant faire le déplacement pour faire de la sensibilisation », explique la représentante de la CPU.

Sensibilisation 

« Ce que le public doit savoir c’est que la CPU agit aussi comme intermédiaire entre le poste de police et le public. La CPU est à l’écoute des doléances. Nous prenons note et canalisons les informations vers les postes de police concernés. Les campagnes de sensibilisation et de prévention se font dans les centres communautaires ou recréatifs pour les personnes âgées, les youth centres, et dans les établissements scolaires, pré-primaires, primaires, secondaires et tertiaires  », dit Padma Bhugobaun. Elle ajoute que le CPU peut se rendre dans cinq à six écoles par jour lors des campagnes. « La demande se fait par le responsable de l’établissement. S’il estime qu’une catégorie d’élèves doit obtenir une sensibilisation de la CPU, il effectue sa demande. Nous trouvons ainsi un accord pour le jour et le lieu où rencontrer les élèves. Nous sommes en étroite collaboration avec les établissements des secteurs privé et public. Les départements comme la Cybercrime Unit, la Road Safety Unit, les brigades des mineurs  et antidrogue nous aident pour nos campagnes », informe la représentante de la CPU.

Comment se fait la sensibilisation ?

Padma Bhugobaun explique que les enfants sont classés par catégorie. Nous identifions les besoins des enfants pour la sensibilisation. « L’approche est différente pour les petits et les grands Il en est de même pour le secondaire. Mais le message de prévention reste le même », dit-elle. Les adolescents sont informés sur la délinquance juvénile, la sextorsion ou autres menaces sur les réseaux sociaux. « Certains d’entre eux sont totalement inconscients des risques qu’ils encourent ou s’il s’agit d’entorses à la loi. Nous les mettons en garde et les informons des conséquences  », dit l’officier de la CPU. Elle fait ressortir que la sensibilisation se fait en classe, pour des raisons de proximité et parce qu’il y est plus facile d’avoir l’attention des élèves. 

POLICE SECURITY AND SAFETY WEEKS/ THREE DAYS AWARENESS CUM EXHIBITION AND SECURITY DAY

2017      
Sno. Venue No. of Campaigns No. of Participants
1 Paul Octave Wiehe Conference Hall UOM 1 1500
2 UOM Octave Wiehe Auditorium 1 600
3 Place Margeot Rose Hill 1 4000
4 Gymkhana < International Families Day> 1 2500
5 Gymkhana < International Families Day> 1 5000
6 Gymkhana < International Families Day> 1 5000
7 One Day Awareness Campaign Cum Exhibition Curepipe College  1 625
8 One Day Awareness Campaign Cum Exhibition Camp des Masque SSS  1 519
9 One Day awareness campaign cum Exhibition Friendship College Boys 1 580
10 One day awareness campaign cum Exhibition Bambous SSS 1 400
11 One Day Awareness Campaign cum Exhibition City College 1 800
12 One Day Awareness Campaign cum Exhibition Dr J B David SSS 1 500
13 Jumbo Riche Terre 1 200
14 One Day Awareness Campaign cum Exhibition Windsor College ‘Girls’ 1 400
15 Pamplemousses Youth Centre 1 150
16 Flacq  MGSS 1 300
17 Bel Air Police  Station 1 200
18 Bon Accueil SSS 1 250
19 Vieux Moulin Shopping Mall 1 500
20 Rose Hill DHQ 1 1000
21 Bambous Police Station  1 500
22 Camp Levieux Police Station 1 2000
23 Phoenix Police Station 1 75
24 Line Barracks Football Ground 4 3900
25 Eau Coulée Police Station 1 300
26 Vacoas Police Station 1 75
27 Curepipe Police Station  1 100
28 Roche Bois  Notre Dames De L’Assumption 1 350
29 Kermesse Civil Service  1 150000
2018      
30 Line Barracks 1 150
31 Line Barracks 1 1300
32 Kendra St Pierre  1 700
33 Flacq Police Station  1 900
34 Camp de Masque Police Station 1 500
35 Belle Mare Police Station 1 200
36 Camp le Vieux Police Station 1 150
37 Providence Play ground 1 2000
38 St Pierre Sport Complex 1 800
39 Rajiv Gandhi Science Centre  4 5900
40 Cité la cure Youth Centre 2 800
41 La Toussrok Resort & Spa Hotel 1 250
42 Open University of Mauritius 1 500
43 Quadiri Sunee Circle  1 175
44 Camp le Vieux Police Station 1 700
45 L’Agreement Force Vivre 1 250
46 Roche Bois Youth Centre 1 250
47 Plaisance Shopping Mall 1 100

 

padma
Padma Bhugobaun avec Gilbert Bablee et Deven Anacootee.

Possession d’armes

Un citoyen n’a pas le droit d’avoir une arme offensive en sa possession. C’est un acte illégal. « Quand nous faisons des contrôles de routine, il n’est pas rare de tomber sur des objets dangereux. Si tel est le cas, il faudra que cette personne puisse justifier la présence de cet objet. Au cas contraire, il sera considéré qu’elle a commis un délit et elle pourra être arrêtée », informe Padma Bhugobaun.

Prévention pour les commerces

« Un autre constat que nous avons fait, c’est que les boutiquiers ont l’habitude de garder de l’argent dans leur commerce. Il est important de procéder à un target removal. C’est-à-dire, qu’il faut enlever un maximum d’argent dans les caisses et n’en garder qu’une quantité minime », dit la représentante de la CPU. Bien souvent, les cas de vol de cigarettes ou de cartes prépayées sont enregistrés. Padma Bhugobaun fait ressortir que ces articles ne doivent pas être visibles dans le commerce. Ils doivent être gardés dans un endroit sécurisé. 


Questions des auditeurs

Rengen :« Le gouvernement a placé des caméras dans plusieurs endroits. Est-ce que la Crime Prevention Unit consulte les images ? »
« Toutes les caméras qui ont été installées sont parfaitement opérationnelles partout à travers l’île. Les images sont contrôlées par l’Information Room. Nous nous référons aux images dans certains cas. D’ailleurs, les citoyens qui ont eux aussi des caméras à domicile ont déjà fait parvenir leurs images permettant de procéder à des arrestations. Avec le projet Safe City, des caméras ont été placées dans des endroits stratégiques pour la sécurité des citoyens », explique Padma Bhugobaun.

Devi, de Port-Louis : « Un jour, en sortant du travail, j’étais dans une rue principale quand un homme à vélo a tenté d’arracher la chaîne que je portais autour du cou. On peut être vigilant mais les voleurs trouveront toujours le moyen de voler ». 
« Il est vrai qu’ils sont rusés. Mais il faut être encore plus malin qu’eux. La prévention est primordiale. Un malfrat ne vient pas au hasard. Il a bien observé sa victime », dit la responsable de la CPU.

Jankee, de Mont-Ida : « Concernant les infractions, il faut que les Mauriciens pensent à leur sécurité. De nos jours, pour les constructions des maisons, les gens ont tendance à se concentrer sur le coût. Ils veulent un produit final qui coûte moins cher. Pour avoir une structure adéquate, il ne faut pas hésiter à débourser. Il y a des règles spécifiques à respecter pour notre propre sécurité ».

Padiachy : « Je travaille comme agent de sécurité. Nous avons déjà eu une intervention dans une maison où nous avons fait appel à la police. Le voleur était toujours sur les lieux et ils ont réussi à procéder à son arrestation sur le champ. Je conseille aux gens d’être vigilants lorsqu’ils quittent leurs maisons ».
« Nous avons une étroite collaboration avec différents secteurs. Je leur remercie pour ce travail formidable qu’ils font pour la société », reconnaît Padma Bhugobaun. 

Rina, de Le Hochet : « Le gouvernement pouvait demander aux policiers de dispenser des cours d’auto-défense pour les enfants et les adultes. Ce serait bien de les instruire dès le plus jeune âge pour qu’ils apprennent rapidement. »
« Nous le faisons déjà et nous continuerons de le faire », dit Padma Bhugobaun.


Coordonnées

Police Crime Prevention Unit

Sir Virgil Naz St, Rose-Hill

Tel. 454 0766 / Fax. 465 8523

Email : cpu.mpf@govmu.org