Législatives 2019

Sondage de VERDE sur les élections générales : pourquoi les Mauriciens ont élu Pravind Jugnauth 

Dans une série de sondages nationaux effectués avant et après les élections générales, ce que l’on qualifie de ‘pre and post election survey’, l’équipe de VERDE livre des pistes sur la façon dont les gens ont voté et les raisons ayant motivé leur choix. Il est aussi question de « l’effet Bradley » dans ce rapport, à savoir la gêne qu’éprouve le votant à afficher ouvertement son choix.

Analyse de VERDE 

L’accès à l’information et la capacité de la nation à prendre une décision basée sur son propre jugement est plus forte aujourd’hui que lors des précédentes législatives. C’est pourquoi un modèle de sondage attitudinal multicritères offre une meilleure mesure de l’intention de vote des Mauriciens. »

Les changements démographiques ont d’ailleurs aussi contribué à l’émergence de facteurs nouveaux désormais décisifs à la prise de décision au moment du vote. À notre avis, ces facteurs rendent aujourd’hui les analyses simplistes caduques.  Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’un certain nombre de personnes n’accordent pas les trois votes à leur parti préféré (straight ticket voting ou vote bloc). Deuxièmement, l’électeur considère aussi le profil et la compétence du candidat avant de lui faire confiance et, à cet égard, il a également été déterminé que le vote dit communal n'était pas assez conséquent pour être considéré. Pour finir, le citoyen-électeur tient également en compte les qualités et les faiblesses de celui qui est présenté comme Premier ministre avant d’exercer son choix.

Bien que les sondages politiques demeurent un exercice complexe, un phénomène que nous pouvons qualifier de « shy to ashamed voter complex » a été observé en différentes occasions lors des échanges avec les participants à cette étude. En d’autres termes, ceux qui souhaitent accorder leur vote à un candidat font montre d’une certaine gêne et hésitent à afficher ouvertement leur choix. C’est ce qu’on appelle dans le jargon le « Bradley effect » ou l’effet Bradley. Celui-ci désigne un décalage entre les intentions de vote et les résultats électoraux. Un phénomène observé aux États-Unis lorsque Donald Trump s’est fait élire. Nous avons donc essayé de déterminer à quel point ce chiffre est conséquent pendant le sondage post-électoral. 

L’étude politique élaborée par VERDE (pre and post) combine plusieurs composantes notamment le sondage en face à face aléatoire attitudinal représentatif de l’électorat national, les analyses qualitatives et l’analyse de sentiments sur toutes les plateformes y compris l’écoute des réseaux sociaux, plus connue comme le ‘social media listening’.

Sur la base de tous ces critères et en tenant compte de facteurs tels que l’effet Bradley, qui sont hors de notre contrôle mais que nous pouvons aujourd’hui estimer, nous avons non seulement prédit correctement le résultat des élections générales, mais nous avons également prédit avec précision la répartition de votes.


Près de 6 électeurs sur 10 ont voté 3-0

Seulement 59,4% de l’électorat ont voté 3-0 pour les élections générales. Il ressort que 23,9 % des partisans de l’Alliance Nationale ont divisé leur vote en 2-1, 1-1-1, contre 41,5% des partisans de l’Alliance Morisien. 22,5 % des électeurs n’affichent pas de préférence pour un parti spécifique mais penchent plus pour un candidat sur la base de ses qualités et de sa personnalité. 

59,4 % ont voté 3-0. 

41,5 % des partisans de l’Alliance Morisien ont divisé leur vote. 

23,9 % des partisans de l’Alliance Nationale ont divisé leur vote. 

37,7 % des partisans du MMM ont divisé leur vote.


Le moment auquel l’électeur a fait son choix 

22,2 % des électeurs choisissent leur vote en fonction des campagnes entreprises par les partis politiques. « Pour donner une indication de la variance constatée dans les sondages menés par VERDE avant les élections et post-élections, et pour collecter des données pour les analyses attitudinales, il était important pour la firme de déterminer à quel moment l’électeur était certain de la répartition de son vote », indique VERDE. Ainsi, il a été noté que 8,8 % des électeurs ne décidaient que le jour des élections ou à la veille, tandis que 6,3 % n’étaient toujours pas 100 % certain au moment où ils votaient.

Depuis le début (date à laquelle les élections générales ont été annoncées) 49,1%
Pendant les campagnes des différents partis 22,2%
Au cours de la dernière semaine menant aux élections 13,8%
À la veille des élections 1,6%
Le jour des élections   7,2%
Je n'étais toujours pas certain à 100% quand j'ai voté 6,1%

Ce qui a influencé la prise de décision du votant 

Quelles sont les principales raisons évoquées par les électeurs dans leur prise de décision ? Selon les données recueillies, les électeurs sont plus influencés par les informations positives sur les candidats, le parti et leur leader, que par les informations négatives. 

  • Les informations propagées sur le candidat/le parti/le leader du parti (en faveur) – 72,5%*
  • Les informations propagées sur le candidat/le parti/le leader du parti (en défaveur) – 42,6%
  • Les palabres politiques de mon entourage – 15,9%
  • Commentaires et interactions des médias traditionnels et des médias sociaux – 16,9%
  • Les rumeurs – 11,6%
  • Les débats – 18,4%
  • Critiques des chefs de parti les uns envers les autres – 9,7%

*A noter que les pourcentages ne totalisent pas 100%, les réponses multiples étant autorisées.


VERDE avait prédit l’Alliance Morisien comme vainqueur 

Le cabinet VERDE nous avait fait parvenir le 31 octobre une copie de son sondage sur les élections générales que nous n’avons pas publiée afin de ne pas influencer le choix des électeurs. Voici son estimation ainsi que les résultats finals. 

Parti Estimation de VERDE sur la répartition des votes au niveau nationale Pré-élections Résultats finals Variance dans la prédiction
Alliance Morisien 43,9 % 38,4 % -5,5 %
Alliance Nationale 31,2 % 33,3 % +2,1 %
MMM 14,8 % 20,9 % +6,1 %
Autres 10,1 % 7,4 % -2,7 %

L’effet Bradley est estimé à 25,2%

Pour estimer l’exactitude des données pré-électorales obtenues, VERDE a analysé l’effet Bradley. Il s’agit de ceux qui font montre d’un certain gène et hésitent à afficher ouvertement leur choix de vote à un candidat.  Autre constat : il a été déterminé que généralement, 74,7 % des participants aux sondages ne mentaient pas sur leurs préférences au cours de ces enquêtes. Les raisons attribuées à ceci sont :

  • L’effet Bradley (J’ai honte de dire que je préfère mon parti / Le leader de mon parti choisi n’est pas considéré comme une personne de confiance et morale) – 25,2%
  • Tout mon entourage vote pour un parti différent – 13,5%
  • Je ne veux tout simplement pas divulguer mes vraies préférences – 43,2%
  • Je pense que les sondages dépendent de la personne qui paie l’entreprise pour le faire, alors je modifie aussi mes préférences – 8,1%
  • Autre raison – 9,9%

Les électeurs conscients de la stratégie des partis pour gagner plus de votes

28,4% des électeurs sont au courant de la stratégie suivie par les partis pour rassembler plus de votes en leur faveur. « Les partis se sont tous engagés dans une stratégie donnant l’impression d’être très forts et d’être sur le point de remporter les élections haut la main. Dans les semaines qui ont précédé les élections, cela a été très prononcé pour le MMM », explique VERDE. Les électeurs ont ainsi été invités à donner leur avis sur cette stratégie de créer une perception au niveau national.

  • Je suis conscient que le seul but était de faire en sorte que davantage de gens les soutiennent – 28,4 %
  • J’y ai cru, mais cela n’a nullement influencé mes préférences – 31,3 %
  • J’y ai cru et ceci a influencé ma répartition de votes – 6,6 %
  • Je ne suis pas au courant de cette perception – 33,8 %

Pourquoi les gens assistent aux meetings

La présence aux meetings, congrès et autres rassemblements ne se traduit pas nécessairement en vote. Telle est l’observation faite par VERDE. « Comprendre pourquoi les gens se rendent aux meetings était crucial car les vidéos ainsi que les images des drones des audiences des rassemblements politiques tendent à créer la perception que le nombre de personnes à ces meetings reflètent automatiquement le nombre de partisans d’un parti spécifique », fait-on remarquer chez VERDE. Il ressort selon ce sondage que 37,2 % des votants n’assistent à aucun meeting, et 24,9 % de ceux qui assistent aux meetings le font pour plusieurs partis ou tous les partis. 3,6 % des personnes vont aux meetings pour passer le temps. 1 % y vont pour comprendre les tendances et pour écouter les palabres. 2,7% pour rencontrer les gens. 6,2% pour recevoir les cadeaux et de la nourriture gratuite, et 51,9% pour écouter le message des leaders politiques et des candidats bien qu’ils disent que ces propos n’impactent pas leur décision. Uniquement 12,5% basent leur décision de votes sur les meetings qu’ils assistent. Une analyse a également été entreprise en ce qui concerne le « grand meeting » qui s’est tenu le 3 novembre 2019. Voici ce qu’il en ressort. 

  • 66,7 % de ceux qui ont assisté au grand meeting l’ont fait pour soutenir leur parti préféré.
  • 33,3 % ont assisté à la réunion pour d’autres raisons, notamment pour recevoir des cadeaux et de la nourriture gratuite, pour rencontrer des gens, pour passer le temps, pour le divertissement/ l’ambiance et tout simplement parce que c’était dans la région.

Pravind Jugnauth obtient la meilleure notre

election

Treize critères ont été évalués par les sondés en vue de déterminer qui, dans leur opinion, est mieux placé pour devenir le prochain Premier ministre. De toute évidence, les supporters de l’Alliance Morisien ont accordé une bonne note à Pravind Jugnauth et une notation plus faible à Navin Ramgoolam et Paul Bérenger. « Pravind Jugnauth obtient la meilleure note de la part de ceux qui ne soutiennent pas l’Alliance Morisien pour sa considération pour les personnes âgées, son engagement pour le développement infrastructurel et son combat contre la drogue et l’abus d’alcool », constate VERDE. À savoir que pour chaque critère, l’évaluation de Navin Ramgoolam n’inclut pas ses supporters. Idem pour Pravind Jugnauth et Paul Bérenger. Navin Ramgoolam obtient une bonne note de la part de ceux qui ne sont pas des supporters de l’Alliance Nationale pour sa politique de proximité. Paul Bérenger obtient la meilleure note des non partisans du MMM pour le respect de ses adversaires. Tenant compte des réponses non-biaisées obtenues, Pravind Jugnauth arrive en tête avec le meilleur profil pour diriger le pays raflant 11 des 13 critères établis. 


Chiffres clés émanant des campagnes 

Changement le plus positif comparativement aux dernières élections : L’accès à l’information
Changement le plus négatif comparativement aux dernières élections : Degré de communalisme


Ce que les électeurs pensent des oriflammes 

Les images et les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux sont considérées comme les plus biaisées, tandis que les débats des candidats ont plus d’impact sur l'électeur. 33,4% des votants pensent que les oriflammes n’ont aucun impact sur les électeurs. D’autre part, observe VERDE, le moyen de communication le moins biaisé sont les sondages politiques, et le moyen de communication avec le moins d’impact sont les bannières et autres publicités des partis et des candidats.

8 points importants à noter sur les oriflammes 

  • C’est une horreur – 24,7%*
  • Ça pollue l'environnement – 33,8%
  • Cela n'a aucun impact sur les électeurs - 33,4%
  • C'est un gaspillage d'argent – 41,9%
  • C'est joli et ajoute de la couleur à l'environnement- 14,4%
  • Cela a un impact sur l'électeur – 34,4%
  • Cela donne une indication de qui est le plus fort – 31,6%
  • C'est une tradition d'élections et devrait être maintenue – 33,8%

*Pourcentage des sondés


Ces facteurs qui ont influencé les votes 

La hausse de la pension et la considération pour les personnes âgées sont les éléments qui ont le plus influencé les votes de cette élection. Le sentiment général à travers les supporters des différents partis est que Pravind Jugnauth en tant que Premier ministre va accorder la hausse de la pension de vieillesse comme il l’a dit, apportera le développement économique et créera plus d’emplois. La meilleure chose qui arrivera maintenant que Pravind Jugnauth a été élu Premier ministre pour les cinq prochaines années sont, d’après les sondés : 

  • Hausse de la pension, développement économique, emplois *
  • Hausse de la pension, développement, emplois**
  • Hausse de la pension, emplois, bien-être familial*** 

*D’après les partisans de l’Alliance Nationale 
** D’après les partisans de l’Alliance Morisien 
*** D’après les partisans du MMM 

Quand il s’agit des mesures proposées, le plus gros impact sur l’électorat était pour:

  1. Les initiatives proposées sur le développement du pays
  2. La pension de vieillesse
  3. Les initiatives proposées pour les jeunes

5 100 personnes sondées  

L’ensemble des données collectées auprès de 5 100 sondés (avant et après le sondage) est représentatif de la population votante mauricienne avec une marge d’erreur calculée à environ 2 %. À savoir que VERDE est un cabinet de veille économique spécialisé dans les sondages traitant de divers sujets notamment sur la population vieillissante, le secteur offshore, les énergies renouvelables, les services financiers, l’éducation tertiaire, l’immobilier ou encore les produits de consommation. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019