Société

Rodrigues: Quel avenir après 13 ans d’autonomie ?

L'Assemblée nationale de l'île Rodrigues
L’autonomie accordée en 2002, a permis à l’île de se prendre en main dans divers domaines. C’est ce lundi que Rodrigues célèbre cette avancée historique. Est-ce que le projet d’autonomie a jeté les bases pour un avenir plus serein pour Rodrigues ? Pour beaucoup, tel est effectivement le cas. Les plus sceptiques attendent toujours que Rodrigues prenne son envol économique. « Rodrigues a profité de son autonomie. Cela a permis aux Rodriguais de prendre en charge le destin de l’île. Cette prise en charge par les Rodriguais eux-mêmes fut une bonne chose. De nombreux progrès ont été réalisés surtout au niveau des infrastructures, de l’environnement ou de la culture. Oui, nous avons bien avancé. Rodrigues est maintenant reconnue au niveau international. Les Rodriguais participent désormais à plusieurs évènements internationaux. Ils vont plus loin aujourd’hui, travaillant, par exemple, avec les Réunionnais pour le développement de l’industrie touristique. », soutient le fin observateur et social Fock Seng Ho Tu Nam. Une autonomie qui ne pas semble séduire car les Rodriguais croient toujours que l’herbe est plus verte ailleurs. Fock Seng Ho Tu Nam ajoute : l’île perd de ses compétences. Si cette hémorragie se poursuit, Rodrigues finira par perdre toutes ses compétences. Il est urgent de revoir les activités économiques de Rodrigues, insiste-t-il. Jean Margéot Ravina, qui habite à Maurice depuis plusieurs années, est du même avis. « Les Rodriguais sont obligés de chercher ailleurs, car ils n’ont pas la possibilité d’évoluer dans leur île. Les jeunes sont en perdition. S’ils veulent réussir, ils doivent quitter leur maison leur famille pour venir à Maurice. Malheureusement, nous ne sommes pas toujours bien accueillis. Il y a beaucoup de discrimination entre Mauriciens et Rodriguais. Voilà : il faut dire les choses franchement. Les Rodriguais sont nombreux à vivre dans la misère à Maurice, certains obtiennent des emplois les plus mal payés, d’autres vivent dans des taudis. Ils auraient été plus heureux chez eux, mais le destin en a décidé autrement… Notre destin est entre les mains de nos décideurs. Eux seuls peuvent apporter un développement économique dans l’île », plaide le jeune homme qui espère que son appel ne tombera pas dans les oreilles d’un sourd.

Chronologie Historique


 

Wilmode Edouard: « Nous ne voulons pas être un peuple assisté »

Le président du Rodrigues Council of Social Service (RCSS) revient sur les avancées que l’autonomie a rendues possibles. 13 ans après, Rodrigues est-elle vraiment autonome ? Rodrigues est définitivement autonome sur le plan administratif. La Rodrigues Regional Assembly prend les décisions et nous décidons nous-mêmes de nos priorités. Nous exerçons le contrôle sur l’allocation des ressources dans le cadre du Budget. Grâce à l’autonomie, nous pouvons projeter notre île dans l’avenir et penser de manière indépendante à l’avancement de notre société. L’autonomie a fait évoluer plusieurs secteurs essentiels, telles l’économie, l’éducation. accordant plus de pouvoirs  de décision. Quels sont les impératifs pour passer à un autre stade de développement? L’autonomie n’est pas une baguette magique. Il y a d’autres aspects à considérer pour faire avancer le pays. À mon avis, il faut s’attarder sur les ressources humaines, car les ressources naturelles diminuent, et ce, de manière drastique. Nous ne voulons pas être un peuple assisté. Il faut nous donner les moyens de voler de nos propres ailes. J’estime que l’assistanat appauvrit une nation, alors que si on se donne les moyens d’avancer, nous irons vers le progrès. Quels sont les défis à relever ? Rodrigues n’est pas à l’abri des fléaux sociaux. La situation n’est certes pas alarmante, mais nous ne pouvons nous reposer sur nos lauriers. Certains domaines méritent une attention particulière, tel que celui du chômage. Dans ce domaine précis, nous gardons espoir quant aux nouveaux développements. Les problèmes sociaux (grossesses précoces, alcoolisme et toxicomanie) existent bel et bien à Rodrigues.
 

Chantal Morreau: « Rodrigues donne l’exemple »

La présidente de l’Association des amis de Rodrigues, Chantal Morreau, affirme que l’autonomie de Rodrigues a aidé à prendre conscience des spécificités de l’île. « Si Rodrigues fait partie de Maurice, elle donne l’exemple.» Et de citer les « amendements à la loi sur la pêche à l’ourite et l’utilisation des sacs en plastique qui prouvent que nous sommes sur la bonne voie. N’oublions pas la courtoisie des Rodriguais, une courtoisie qui se fait rare à Maurice. Les Rodriguais ont leur franc-parler et n’hésitent pas à s’exprimer sur les réformes. Certains Rodriguais ont déclaré qu’on ne doit pas les considérer pour acquis, car ils sont leur identité propre. Ce changement de mentalité est une avancée assez remarquable pour Rodrigues», souligne Chantal Morreau.

Nicolas Von Mally: « Une occasion un peu ratée »

L’ancien député Nicolas Von Mally estime que l’autonomie de Rodrigues s’avère un bon outil pour le développement. « Cela a permis aux Rodriguais de prendre conscience de leurs potentiels. Rodrigues en a énormément et nous pouvons les développer en étant plus autonomes. Toutefois, une ouverture d’esprit des parties concernées et une utilisation optimale des ressources  sont essentielles. L’autonomie de Rodrigues est un peu une occasion ratée, car on aurait pu faire plus. L’économie de Rodrigues ne devrait pas être un sujet politique. Nous sommes en retard dans le projet d’aquaculture. . Idem pour l’installation des câbles de fibre optique. Nous avions choisi un site pour créer une université, mais le projet est tombé à l’eau, alors que Rodrigues est le lieu idéal pour étudier la biologie marine », déplore-t-il.
[row custom_class=""][/row]

Le Rapport Ahnee: Première étape de la décentralisation de Rodrigues

L’ancien juge feu Robert Ahnee et feue Antoinette Prudence avaient pour mission officielle d’analyser les diverses étapes et implications de la décentralisation du système de gouvernance de Rodrigues. Il s’est inspiré du cas des îles Trinidad et Tobago qui ont implémenté des lois sur la décentralisation en 1980.  Trinité et Tobago forment une République de type parlementaire où Tobago jouit d’une autonomie politique. Il possède sa propre Assemblée comprenant douze membres.
 

Leurs attentes

Méline Francois, 38 ans, et styliste: « C’est une fierté pour les Rodriguais »

« L’autonomie de Rodrigues nous offre plusieurs opportunités. Désormais, il ne faut plus attendre le feu vert des autorités mauriciennes pour démarrer certains projets.  Le développement économique de Rodrigues est primordial pour combattre le problème du chômage. Pour lancer mon business, il m’a fallu surmonter plusieurs obstacles. Il faudrait plus de facilités et d’infrastructures à la disposition des jeunes qui souhaitent devenir entrepreneurs. Certains entament des études supérieures, hélas, faute d’emploi, ils ne peuvent demeurer dans leur île natale »

Fabrice Félicité, 24 ans, technicien de maintenance: « Je voudrais une autonomie à 100 % »

« Le gouvernement doit mettre plus d’accent dans le secteur agricole. Ce secteur permettra à Rodrigues de se faire connaître sur le marché international à travers l’exportation des produits rodriguais à plus grande échelle.  Il faut offrir aux Rodriguais davantage de facilités pour qu’ils puissent diversifier leurs activités et pour cela, il faut que Rodrigues soit autonome à 100 % »

Terrine Vydana, 32 ans, et entrepreneur: « Préserver notre authenticité, culture et héritage tout en étant modernes »

« L’Assemblée régionale de Rodrigues met en œuvre tout ce qui lui est possible pour faire progresser notre île. Depuis l’autonomie, les démarches administratives à Rodrigues se font très vite. Maintenant, nous souhaitons que les entrepreneurs bénéficient des mêmes facilités qu’à Maurice pour démarrer un business. Nous voulons que nos enfants aient un avenir meilleur dans l’entrepreneuriat. Même si Rodrigues est autonome, nous comptons préserver notre authenticité, notre culture et notre héritage tout en étant modernes.»
Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !