Live News

Reprise des classes en présentiel à l’étude - Dr Jimmy Harmon : «Il faudra évaluer les élèves à la rentrée» 

Dr Jimmy Harmon. Dr Jimmy Harmon.

Si toutes les conditions sont réunies, il se pourrait que la reprise de l’école en présentiel pour toutes les classes devrait se faire au mois de février et cela, en classes alternées.  L’émission Au Cœur de l’Info, animée par Jane Lutchmaya et Prem Sewpaul,   a mis l’accent sur les implications de cette reprise. Est-elle prématurée ?

Le Dr. Jimmy Harmon, directeur adjoint et responsable du secondaire du Service diocésain de l’Éducation catholique (SeDEC), indique qu’il est important de reprendre en toute sérénité tant au niveau sanitaire que pédagogique.  « À la rentrée, il faudra évaluer les élèves pour voir ce qu’ils ont pu tirer des cours en ligne, qui ont fait ses preuves pendant un moment mais qui a aussi montré ses limites», dit-il tout en insistant pour que cela se fasse pour les élèves qui prendront part aux examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC) maintenus pour avril 2022. « Il y a eu la promotion automatique dans un premier temps. Ce groupe d’élèves n’a pas eu de ‘mock exams’ qui sont une mise en condition pour les grandes épreuves ». dit-il. Il préconise cependant une rentrée en mode « staggered » pour les besoins de sécurité sanitaire.  

Pour le pédagogue Basheer Taleb, les risques de contamination à la Covid-19 ont bien diminué avec les mesures prises, comme la vaccination, mais il insiste qu’il faut « rester vigilant ».  L’impact de la pandémie sur l’apprentissage des enfants devra être géré sur plusieurs années, dit-il. Il insiste aussi sur le fait qu’il faudra « move on»  par rapport à la maladie et apprendre à vivre avec le virus. 

Quant à la psychologue clinicienne Mélanie Vigier de La Tour-Bérenger, elle a mis l’accent sur les méfaits des cours en distanciel en sus les longues heures devant l’écran.  L’enfant est mal  : la dépression, le manque d’intérêt ou le décrochage scolaire, l’irritabilité,  ou encore des comportements violents, sont les conséquences de cette situation. Elle a également soutenu que « l’accompagnement psychologique de l’élève est essentiel ».  Elle avait fait un plaidoyer sur Facebook la semaine dernière pour la réouverture des écoles. 

Pour sa part, le Dr Mehdi Manally, secrétaire de l’Union of Rectors and Deputy Rectors des collèges d’État, un travail doit être fait au niveau du personnel aussi. « Ils ont aussi subi des traumatismes », estime-t-il. Ce dernier est « optimiste » quant au programme d’études et se dit confiant que les enseignants pourront le terminer dans les délais prévus.   Dr Manally évoque une « déconstruction  de l’éducation» pour assurer une transition efficace après cette situation inédite. 

Pour la Dr Mita Ballysing, qui est favorable, à la réouverture de l’école, insiste sur le maintien des gestes barrières. Elle est ainsi d’avis que  « la reprise doit passer par une préparation et une mise en place de certaines mesures sanitaires : le port du masque comme il se doit et qui peut être changé chaque quatre heures, l’aération régulière des espaces confinés et la désinfection des salles de classe sont importants pour une reprise en toute sécurité ». Selon un constat de Mathieu Dacruz, élève du St-Esprit College, « certains élèves sont pour une réouverture, alors que d’autres préfèrent l’apprentissage en ligne ». Il insiste, toutefois, que « le ministère de l’Éducation devrait mettre en place une cellule d’écoute pour les élèves qui ont leur mot à dire sur la reprise des cours en présentiel ».

Les recteurs appelés à donner les détails des collégiens inoculés

Les chefs d’établissements des collèges sont appelés à faire une collecte de données sur le nombre de collégiens vaccinés jusqu’ici. La compilation des chiffres, à être envoyée ce vendredi, devra se faire selon les catégories d’âge suivantes : 12 à 14 ans, 15 à 17 ans et 18 ans et plus.

Par le biais d’un circulaire reçu mercredi après-midi des autorités, les recteurs, avec l’aide des éducateurs qui ne sont pas pris avec les cours en ligne, doivent collecter les données aujourd’hui (jeudi 20 janvier). Pour les classes où des cours en ligne sont dispensés, les éducateurs devront recueillir les données sur la vaccination via des plateformes en ligne. Les parents dont les enfants n’ont pas encore été immunisés devront informer les collèges.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !