Live News

Production d’électricité - Énergies renouvelables : la feuille de route établie

Production d’électricité La capacité de production photovoltaïque solaire du pays passera de 95 MW à 160 MW en 2020.

Maurice a le potentiel de produire 35 % de son électricité à partir des énergies renouvelables d’ici 2025. C’est ce qu’indique un rapport qui sera lancé le 20 août et qui a été rédigé par le ministère de l’Énergie avec l’aide d’experts étrangers.

Aujourd’hui, Maurice est dépendant à 79,3 % des énergies fossiles pour produire de l’électricité. Mais le pays a le potentiel de produire 35 % de son électricité à partir des énergies renouvelables d’ici 2025. C’est ce qui ressort de prime abord du Renewable Energy Roadmap 2030 pour le secteur de l’électricité rendu public le mardi 12 août 2019. Cette feuille de route, rédigée par les techniciens du ministère de l’Énergie avec l’aide d’experts étrangers, sera officiellement lancée le mardi 20 août 2019. Annonce faite par le ministre Ivan Collendavelloo lors de sa présentation. 

Le rapport, qui sera publié tous les deux ans, contient des détails étalés de manière scientifique sur le potentiel de Maurice en matière d’énergie verte. Les prévisions sont basées sur la tendance de ces dernières années en termes de demande énergétique, de production et de données telles que le temps d’ensoleillement, le débit des barrages et le volume de déchets enfouis. 

La feuille de route fait aussi état du parcours énergétique du pays. À titre d’exemple, la capacité de production photovoltaïque solaire du pays est passée de 18 MW en 2014 à 95 MW en 2018. En 2020, elle devrait, selon le rapport, passer à 160 MW car le Central Electricity Board (CEB) compte réaliser un projet d’installation de panneaux solaires sur les toitures des maisons. D’autres projets de fermes solaires verront le jour (voir tableau). Avec l’utilisation croissante des sources d’énergie autres que fossiles, 35 % de l’électricité produite par le pays proviendra des énergies renouvelables d’ici 2025. Ce qui représente une production de 396 gigawatts-heure. 

Même s’il y a encore du chemin à faire en matière d’énergie verte, la route semble toute tracée avec la feuille de route lancée. Le rapport évoque des sources porteuses d’énergie renouvelable à fort potentiel (voir tableau), dont certaines sont déjà exploitées sur nos sols. Les prévisions démontrent ainsi la hausse graduelle de leur contribution au mix énergétique. 

La feuille de route indique aussi que le gouvernement parviendra peu à peu à accroître la part d’énergies renouvelables dans la production énergétique du pays. D’ailleurs mardi, Ivan Collendavelloo a annoncé les prochains gros chantiers énergétiques du pays. Il a parlé du projet Waste-to-Energy qui vise à transformer 1 000 tonnes de déchets par jour en électricité. Le rapport donne davantage de détails sur ce projet qui aura une capacité équivalente à 20 mégawatts (MW) d’électricité. Le ministre de l’Énergie a aussi évoqué la rénovation du barrage de Sans-Souci pour produire 3 MW d’électricité à travers l’hydroélectrique. Il s’est également appesanti sur l’utilisation du mélange de déchets de la canne et de bagasse pour produire davantage d’électricité à travers la biomasse.

La transformation des déchets arrive 

Un des projets annoncé depuis 2015 est le Waste-to-Energy. Alors que le solaire, l’éolienne, l’hydroélectrique et le gaz d’enfouissement se développent, la transformation de déchets en électricité est un secteur qui mérite d’être davantage exploité. C’est ce qu’indique le rapport. Les auteurs précisent que Maurice a la capacité de rendre ce projet viable car il génère 460 000 tonnes de déchets par an. Il pourra donc facilement fournir 1 000 tonnes de déchets par jour à la centrale qui sera mise sur pied pour ce projet. Selon le rapport, les États-Unis comptent 75 structures de ce genre tandis que l’Europe en a 400. 

Le rapport précise que vers 2030, Maurice produira 20 MW d’électricité à travers les déchets. Plusieurs types d’exploitations sont possibles. Il y a l’incinération, la combustion, la pyrolyse (décomposition chimique d’un composé organique par une hausse importante de sa température ; NdlR), la digestion anaérobique (processus naturel par lequel la matière organique est transformée en biogaz ; NdlR) et l’extraction des gaz. Mais la méthode la plus fiable reste l’incinération des déchets. 

Source 2018 (en MW) 2020 (en MW) 2030 (en MW)
Éolienne 9,35 38,8 50,6
Solaire résidentiel 8,5 25 88,4
Solaire commercial 3,27 26,3 88,8
Solaire –grande échelle 62,7 108,8 180,3
Bagasse +      
Bagasse et déchets de la canne 142,5 131,5 164,2
Gaz d’enfouissement 3 3 3
Vague 0 0 20
Hydroélectrique 61 61 61
Waste-to-Energy 0 0 20

 Source : « Renewable Energy Roadmap 2030 » sur la production d’électricité élaboré par le ministère de l’Énergie.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor