Actualités

Difficultés d’apprentissage : méthodes pour surmonter les difficultés scolaires

eleves Ils sont nombreux les élèves qui connaissent l’échec scolaire chaque année. 3 374 ont échoué au Primary School Achievement Certificate de 2018. Au niveau du School Certificate et du Higher School Certificate, 4 380 et 2 361 respectivement n’ont pas franchi la barre souhaitée. Ci-dessous quelques propositions et programmes existants pouvant aider les élèves à obtenir la moyenne.

Les ‘Supports Teachers’ à la rescousse des écoliers  

Les écoliers ayant des difficultés d’apprentissage peuvent toujours se rattraper. La réforme éducative a prévu un soutien pédagogique additionnel pour eux. Les ‘Support Teachers’ sont présents dès le Grade 1. 
Urvashi Soogumbur, affectée à la Raoul Rivet Government School de Port-Louis, explique que les enfants en difficultés scolaires sont identifiés dès le Grade 1 lors du Primary School Readiness Program. Cela permet à l’instituteur de la classe de d’identifier les écoliers qui ont des difficultés à reconnaître les lettres de l’alphabet et les chiffres. 

L’institutrice précise d’ailleurs : « lorsque les enfants ayant des difficultés d’apprentissage viennent vers nous, ils sont placés en groupe de cinq ou six et peuvent ainsi bénéficier d’une attention individuelle. Il y a une série de techniques qui est utilisée pour rehausser leur niveau. Pas seulement des crayons et cahiers mais aussi de la peinture, des vidéos entre autres ». Urvashi Soogumbur cite un exemple. « À travers le ‘sand tray’, l’enfant est encouragé à tracer des lettres dans le sable. » L’enfant apprend aussi à former des lettres à travers diverses activités. À l’école Raoul Rivet, il y a une quarantaine d’enfants qui suivent ce programme, fait-elle ressortir. 24 en Grade 1 et 16 en Grade 2. L’objectif est de permettre à l’enfant d’intégrer la section normale. 

Selon la formule établie, une fois identifiés, les enfants sont sous la supervision de l’institutrice spécialisée chaque jour durant une 50 minutes. « L’institutrice ou l’instituteur tient sa classe normalement et moi j’aide les enfants à faire leurs devoirs. Cela marche bien et nous constatons que depuis la mise en place de ce programme, les enfants ont fait du progrès. »

104 831 visiteurs pour le Student Support Programme

104 831. C’est le nombre de visiteurs au portail du Student Support Programme depuis sa mise en ligne au début de 2018. Ce programme est destiné aux élèves du secondaire. C’est un service de soutien pédagogique gratuit en ligne offert aux élèves, leur permettant ainsi d’y accéder au moment choisi. Géré par l’Open University of Mauritius, ce programme offre du matériel pédagogique aux élèves de Grade 7 et depuis peu à ceux du Grade 8. Selon les responsables, les élèves peuvent accéder à un ou deux chapitres avant qu’ils ne soient travaillés en classe. 

Les visiteurs ont accès à plus de 700 ressources (613 vidéos, 56 documents dont cinq évaluations et 44 autres infos supplémentaires). Le matériel pour le Grade 9 est en voie de préparation et sortira en 2020.

Assistance technologique au Modern College 

Au Modern College de Flacq, les élèves ont recours à la technologie et à l’aide des enseignants en cas de difficultés scolaires. Le recteur, Yogesh Sanmukhiya, nous explique que d’ici le trimestre prochain, le collège viendra avec des leçons en ligne. Le programme qui est en phase finale contiendra des astuces et des liens existants afin de venir en aide aux élèves de Grade 7 jusqu’au Higher School Certificate. Cette technologie permettra aussi aux parents de suivre les étapes de progression de leurs enfants. 

Cette aide pédagogique dispensée aux élèves existe depuis la fondation de l’établissement, soit il y a 50 ans, précise le recteur Yogesh Sanmukhiya. « Nous sommes là pour aider les élèves et cela depuis que mes grands-parents ont créé le Modern College il y a 50 ans. En tant que responsables, nous avons toujours encouragé nos enseignants à aider nos élèves, surtout les plus démunis. » 

Ainsi, au Modern College, les élèves qui rencontrent des difficultés n’ont jamais hésité à s’approcher de leurs professeurs pour recevoir de l’aide. Cela se fait toujours avant ou pendant les heures de classe, pendant les périodes libres, la recréation, les vacances scolaires ou encore le week-end. Une occasion pour l’enseignant d’expliquer un concept mal compris en classe ou encore de donner un travail additionnel ou de corriger des devoirs. 

Au fil des années, les choses ont évolué. Maintenant, cette aide se fait davantage à travers la technologie, explique le recteur qui précise qu’au collège, il y a une constante communication entre élèves et enseignants. « Il y a un des group-chat entre profs et élèves. Les réseaux sociaux sont utilisés pour échanger des solutions aux difficultés rencontrées. Nous sommes là pour aider nos élèves à réussir leur scolarité », insiste Yogesh Sanmukhiya. 

Asifa Salehmohamed : «Il est important d’intervenir dès le début de la scolarité»

asifa

Chargée de cours et responsable du programme de formation des ‘Support Teachers’ au Mauritius Institute of Education, Asifa Salehmohamed nous explique qu’il existe différentes raisons qui mènent vers l’échec scolaire. D’où l’importance d’intervenir dès le début de la scolarité, précise-t-elle.

Beaucoup d’élèves connaissent l’échec scolaire, certains ne savent même pas écrire leur nom. Quels conseils leur donneriez-vous en vue de les aider ?
De telles situations surviennent pour diverses raisons. Le contexte de chaque élève est différent. Il peut y avoir une combinaison de facteurs qui engendrent de telles situations, très souvent considérées comme échecs ou difficultés d’apprentissage. Beaucoup d’élèves sont parfois confus. Par peur de donner des mauvaises réponses ou de commettre des erreurs, certains craignent l’humiliation en classe. D’autres redoutent de ne pas répondre aux attentes de leurs parents, enseignants voire l’institution. 

Comment faire pour aider ces élèves ?
Permettre à ces élèves de regagner confiance en eux et en leurs capacités ou encore les motiver sont parmi les choses les plus importantes à faire. Ainsi, nous encourageons ces enfants à retrouver l’envie d’apprendre. Les enfants sont curieux de nature, il est ainsi vital que nous leur fournissons le bon environnement en vue de leur épanouissement. Les enseignants doivent encourager les élèves à poser des questions, à reformuler leurs explications et à justifier leurs réponses. Ainsi, on permet à chaque élève de se connaître et de prendre conscience de son propre apprentissage. Il est important que les élèves soient actifs dans leur apprentissage. Cela doit être une interaction constante et un dialogue entre l’enfant et l’enseignant. 

Quand faut-il le faire ?
Il est important d’intervenir dès le début de leur scolarité, en identifiant les élèves qui sont en situation de difficultés scolaires. Par la suite, la prise en charge doit être faite dans les premières années de scolarité afin qu’on puisse encadrer ces élèves et leur donner le soutien nécessaire. Par ailleurs, pendant leurs formations au MIE, les enseignants stagiaires sont amenés à comprendre les difficultés auxquelles les élèves peuvent faire face. Ils sont aussi invités à planifier des leçons qui incluent des activités, des jeux et la manipulation des outils pédagogiques et des stratégies qui engagent les élèves et les aident à mieux apprendre. 

Sur le plan pratique comment devrait s’y prendre un écolier ? 
L’écolier doit s’approprier de bonnes habitudes. Exemples : s’allouer un temps spécifique pour étudier à la maison, prendre du temps pour faire ses devoirs ou revoir les leçons des classes précédentes. Cela lui permettra de mieux se situer et de prendre conscience de ses forces et de ses difficultés. C’est aussi essentiel qu’il développe des stratégies métacognitives et des stratégies d’apprentissage. Cela lui permettra de mieux apprendre, de bien gérer son temps et de suivre des étapes pour compléter une tâche ou résoudre un problème.

L’écolier doit également pouvoir faire preuve de patience. Il doit prendre son temps pour comprendre un concept. Il ne doit pas hésiter à demander de l’aide quand il se trouve en difficultés. Il doit toujours communiquer avec son enseignant et ses parents. Pour se motiver à apprendre et à progresser, c’est important qu’il apprenne systématiquement à se fixer des objectifs concrets et réalisables. En classe, il doit prendre des risques comme, par exemple, essayer de donner une réponse ou une solution à un problème. Finalement, l’écolier doit se dire que s’il a eu un souci ou une difficulté, cela ne veut pas dire qu’il ne va pas réussir.

trainee
De nouvelles techniques pédagogiques sont enseignées aux aspirants instituteurs.

Quel est le rôle voire la responsabilité des parents qui souhaitent aider leurs enfants face à de telles difficultés ?
Les parents ont un rôle central à jouer afin de pouvoir aider leurs enfants en difficultés scolaires. Tout d’abord, c’est important que les parents aient une attitude positive envers leurs enfants. On entend souvent certains parents dire que leur enfant est faible, ‘nul’ ou pas capable d’apprendre. De tels mots ont un effet néfaste sur l’enfant qui se remet en question et doute toujours de ses capacités. Il est donc essentiel que les parents aient une attitude adaptée envers leurs enfants. Principalement, ils doivent être présents pour les écouter et les aider à se connaître. C’est important de redonner confiance à son enfant. Les parents peuvent jouer un rôle significatif afin de renforcer l’estime de soi de son enfant et par conséquent développer sa confiance en soi. 

Les parents peuvent partager leurs propres expériences de succès et d’échecs à leurs enfants. Un parent qui ne peut pas aider son enfant avec ses devoirs ou son travail scolaire peut néanmoins l’aider à s’organiser et à mettre en place des stratégies pour apprendre, l’accompagner dans son parcours scolaire, souligner le progrès de son enfant et non pas se focaliser uniquement sur ses erreurs. Cela permettra à son enfant de reprendre confiance en lui et le motivera donc à apprendre.

Le Week-end FoU FoU FOU