Live News

Demande de remise en liberté - Aryan Khan : Jour J ce jeudi ?

Il a passé 20 jours en prison. Mais, ce jeudi, pourra-t-il enfin retrouver le chemin de la demeure familiale ? La décision revient au juge Sampre, de la Haute cour de Bombay, qui écoutera les arguments du NCB aujourd’hui. Du côté de la famille du jeune homme, si on refuse de perdre espoir, on n’affiche toutefois pas la confiance… 

Aryan Khan retrouvera-t-il enfin la liberté, ce jeudi 28 octobre ? L’appel déposé devant la Haute cour de Bombay par ses hommes de loi est entendu devant le juge Sambre depuis mardi. 

Après qu’ils ont exposé leurs arguments en faveur de la remise en liberté conditionnelle du fils de Shah Rukh Khan, de même qu’Arbaaz Merchant et Munmun Dhamecha, ce sera au tour du bureau de contrôle des narcotiques (NCB) aujourd’hui, par le biais de l’Assistant Solicitor General Anil Singh, d’expliquer pourquoi ils doivent rester en prison. 

Aryan Khan est incarcéré à la prison d’Arthur Road depuis le vendredi 8 octobre dernier. Le mercredi 20 octobre, le juge V V Patil de la Mumbai Sessions Court a rejeté la demande de remise en liberté du fils de Shah Rukh Khan. Estimant qu’une « caution n’était pas envisageable » dans un tel cas. Il avait fait ressortir dans son arrêté de plus de 20 pages que les preuves de l’implication du fils de Shah Rukh Khan dans un réseau de drogue international seraient incontestables.

Le juge Sambre sera-t-il du même avis ? Réponse ce jeudi après-midi. 

SRK « pas confiant »

shah rukh

À Mannat, si on refuse le défaitisme, n’empêche que la confiance n’est pas de mise. Si Gauri ne veut penser à autre chose que la libération de son fils, Shah Rukh Khan, lui, craint fortement que le juge Sambre tranche en faveur du NCB.

À ce jour, ils ont remué ciel et terre pour pouvoir faire libérer le jeune homme de 23 ans. Après avoir retenu les services du « celebrity lawyer » Satish Maneshinde, Senior Counsel, les parents d’Aryan Khan se sont ensuite tournés vers Me Amit Desai, Senior Counsel, celui-là même qui avait réussi à tirer d’affaire Salman Khan, suivant sa condamnation pour homicide involontaire dans les années 2000. Avant de solliciter l’ancien Attorney General de l’Inde, Me Mukul Rohatgi. 

À India Today, un ami de la famille a confié que « Shah Rukh Khan pense qu’Aryan ne sera pas remis en liberté. Il s’attend à ce que cela dure un moment encore et s’y prépare moralement ». L’acteur est d’avis que les allégations du NCB à l’effet que des témoins seraient influencés et les accusations de corruption ne joueraient pas en faveur de son fils. D’ailleurs, l’équipe légale de ce dernier a pris ses distances de l’affidavit de Prabhakar Sail, qui allègue que le Zonal director du NCB, Sameer Wankhede, aurait demandé des pots-de-vin pour faire libérer Aryan.

« Shah Rukh Khan pense qu’Aryan devrait rester en prison pendant encore un moment et que ni lui ni sa famille ne pourront mettre cette affaire derrière eux de sitôt. » 

Messages WhatsApp « incriminants » entre Aryan et Ananya

Les conversations WhatsApp entre Aryan Khan et Ananya Panday ont été fuitées dans la presse il y a quelques jours. Et si la jeune femme a affirmé aux enquêteurs du NCB qu’elle n’a jamais consommé du cannabis, ces messages semblent prouver tout le contraire…

Ainsi, selon India Today, dans l’un de ses messages à Ananya Panday, une proche amie, Aryan Khan lui demande, entre autres, si elle a de l’herbe. Ce à quoi elle a déclaré qu’elle s’en occupait. Dans un deuxième message, Ananya Panday aurait écrit : « Maintenant que je suis dans le business… » et Aryan Khan de lui dire : « Tu as acheté l’herbe ?», la jeune femme lui répondant : « Je vais en chercher. »

Pire, certaines conversations WhatsApp démontreraient qu’Aryan Khan aurait parlé d’acheter du cannabis auprès d’un dénommé Achit Kumar pour un montant de quelque Rs 80 000. Et plus grave encore, dans d’autres conversations WhatsApp avec des amis, et notamment trois « star kids », Aryan Khan parle de se procurer de la « cocaïne ». C’est d’ailleurs peut-être pourquoi, mardi, en cour, son nouvel avocat, Me Rohatgi, a plaidé pour qu’il soit envoyé en cure de désintox au lieu de la prison…  Entre-temps, ces trois « star kids » en question devraient s’attendre à la visite prochaine du NCB à leur domicile.

Kranti Redkar, l’épouse de Sameer Wankhede : «On essaie de nuire à sa réputation» 

krantiL’actrice Kranti Redkar monte au créneau. Les allégations contre son époux, Sameer Wankhede, le Zonal director du NCB, ne visent qu’à salir sa réputation. Elle souligne qu’il n’a jamais fait l’objet d’aucune allégation d’extorsion dans sa carrière. « Et là, soudainement, on entend parler d’un tel cas ? Même ses pires ennemis ne pourraient dire une telle chose sur lui. » Pour Kranti Redkar, il ne fait aucun doute que tout cela a été fait avec l’intention de nuire à la réputation sans tache de son époux.

À qui cela profiterait-il que Sameer Wankhede soit retiré de cette affaire, se demande-t-elle. « Il y a tellement de palabres autour du fait qu’il ciblerait Bollywood. » Or, dit-elle, sur 100 personnes arrêtées, 2-3 viennent de Bollywood. « Mais les médias ne se concentrent que sur ces personnes parce qu’elles sont célèbres. »  Kranti Redkar déplore, dans la foulée, les menaces contre sa famille et « des attaques en dessous de la ceinture », dont sur la religion de son époux. « Certains parlent même de nous pendre. (…) Ils essaient de nous faire peur. »

Kranti Redkar estime que certaines personnes font tout pour que son époux démissionne. « Ces gens veulent qu’il quitte le NCB. Ils ne peuvent accepter qu’il soit un officier honnête et incorruptible. Il conteste le système et quiconque s’en prend à des personnes haut placées sera ciblé. » Elle lance un appel aux membres de Bollywood. « Sameer n’est pas contre vous. Il se bat simplement contre le fléau de la drogue. »

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !