Interview

Vishni Nursimhulu, avocate : les «homes» ne sont ni des orphelinats ni des prisons»

Vishni Nursimhulu

L’avocate Vishni Nursimhulu a travaillé durant des mois au sein des associations de seniors, où elle a prodigué des conseils et répondu aux nombreuses interrogations relatives aux droits des personnes âgées. Dans l’interview qui suit, elle revient sur l’essentiel de ces rencontres.

Quel était le but de vos causeries/interactions au sein des associations de seniors ?
Le Senior Citizen Council m’avait contacté pour des séances d'une heure dans chaque district afin d'informer nos aînés de leurs droits en général, leurs droits constitutionnels, la Senior Citizen Council Act et plus précisément du droit de succession.

Comment les seniors ont-ils réagi et comment vous ont-ils accueilli, compte tenu de votre âge plutôt jeune ?
J'ai moi-même été très surprise de la façon dont ces séances étaient bien organisées, avec une petite introduction, des petits gâteaux et du jus. La plupart de nos séances se déroulaient à l’heure et je peux vous dire que nos ainés apprécient beaucoup la ponctualité. Ils m'ont respectée pour la courtoisie que je leur ai donnée en étant ponctuel. Ils étaient très attentifs, surpris de savoir à quel point leurs droits étaient protégés par la loi et avaient de nombreuses questions.

J'ai eu beaucoup de compliments. En fait, ils étaient très heureux qu'il y ait encore des jeunes dans le pays qui veillent à ce que leurs droits soient protégés et que leurs connaissances soient mises à jour.

Quels sont les problèmes majeurs auxquels se heurtent les seniors à Maurice ? Est-ce un conflit intergénérationnel, comme cela se produit d’autres pays, ou est-ce une réaction/culture/attitude propre à Maurice ?
Comme dans de nombreux autres pays, nos personnes âgées sont confrontées à la solitude en raison du décès d'un conjoint ou d'amis : sentiment d'isolement social lorsque les enfants sont occupés par leur propre vie ou déménagent dans une autre ville ou un autre pays, dépendance à l’égard des soignants pour les activités de la vie quotidienne ou même stress lié à des problèmes financiers liés à la perte de revenus réguliers.

Indépendamment de tout ça, il existe un problème juridique très particulier à Maurice que j'ai rencontré lors de toutes mes sessions. C’est la transmission de la propriété sous forme de vente déguisée plutôt que d'héritage où ils sont incapables de conserver leur usufruit jusqu'à la mort et sont souvent expulsés de leurs domiciles par leurs enfants, lesquels décident de vendre la maison ancestrale ou n’ont plus d’espace pour leurs vieux parents, ou ils sont parfois expulsés par la banque parce que leurs enfants avaient pris un prêt qu’ils ne sont plus en mesure de rembourser.

À quel moment (école, famille, collège, société) faut-il inculquer le sens du respect entre générations ?
Je pense que cela doit se faire à tous les niveaux.

Ils (les seniors)  étaient très heureux qu'il y ait encore des jeunes dans le pays qui veillent à ce que leurs droits soient protégés et que leurs connaissances soient mises à jour.»

Comment expliquer que dans la majeure partie des cas, les lois en faveur des seniors ne sont pas appliquées ?
Bien au contraire. Ceux qui sont abandonnés ou dont la pension est retirée sont ceux qui ne savent pas qu'ils peuvent demander une protection. Si le problème n’est pas signalé, le droit en vigueur ne sera pas appliqué.

Certains jeunes, interrogés, font valoir qu’en milieu rural, le respect  envers les seniors est davantage observé que dans les villes ? Comment expliquer une telle différence, si elle s’avère ?
Cela me surprend qu'il y ait encore une différence entre les zones urbaines et les zones rurales à Maurice. La plupart de notre jeune génération est bien éduquée, qu’elle soit urbaine ou rurale. Je crois que la différence est très souvent le résultat de ce qui a été enseigné à la maison ou de la façon dont ils ont vu leurs parents traiter les aînés.

L’idée de la création d’un ministère dédié aux seniors semble gagner du terrain, est-ce que les conditions - objectives et subjectives - sont-elles remplies afin de réaliser ce souhait émis par les seniors ?
Le ministère de la Sécurité sociale fait déjà beaucoup pour nos aînés. Mais il est également vrai que nous avons une population vieillissante à Maurice et qu’il faut donc réfléchir le pour et le contre d’un ministère. Cependant, le gouvernement doit mener les recherches appropriées avec les parties prenantes pour s'assurer qu'un ministère est dans l'intérêt de tous, des objectifs clairs ne suffisent pas, des moyens et les ressources appropriés pour les atteindre doivent déjà être planifiés.

Peut-on penser que dans les pays développés - que ce soit au Japon, en  Scandinavie ou en Europe occidentale – les conditions de vie d’un senior sont mieux qu’en Afrique ou en Asie ?
Ne soyons pas si négatifs. Nous devons nous rappeler que nous sommes un pays en développement et en croissance. Nous nous inspirons beaucoup des autres pays et nous progressons. Beaucoup a déjà été fait pour que nos aînés puissent avoir une vie meilleure. Comparativement à dix ans de cela, ils jouissent aujourd'hui de nombreux privilèges, leurs droits sont respectés et plusieurs campagnes de sensibilisation leur sont destinées.

Bien sûr, plus vous voulez faire pour eux, plus cela vous coûtera. Et plus un pays a de ressources, plus il peut investir.

Même à  Maurice, ils ont un accès gratuit ou à des tarifs réduits dans de nombreux endroits. Ils pique-niquent, ils vont camper, ils célèbrent toutes les fêtes dans leur club. Je suis sûre que de nombreux clubs ont déjà commencé à réserver pour leur fête de fin d’année déjà.

Est-ce que les gouvernements successifs à Maurice investissent-ils suffisamment pour améliorer les conditions de vie des seniors ?
En effet, diverses mesures gouvernementales ont été prises pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées. Il y a l’augmentation de la pension de vieillesse, la construction d’autres centres de loisirs pour les personnes âgées comme celui existant à Pointe-aux-Sables et le ‘Special Fund for the Welfare of the Elderly’

Compte-tenu des développements socio-économiques à Maurice,  avec ses impacts sur le mode de vie, est-ce que les seniors ne sont-ils pas condamnés à passer leur vie dans des ‘homes’ ?
Je dirais oui. Mais pourquoi avons-nous une vision si négative des "Homes" à Maurice? Vivre chez soi est toujours plus souhaitable, mais ce n’est pas toujours pratiquement possible et j’y pense à leur avantage : les personnes de la même génération qui, partageant le même point de vue sur la vie, le même passe-temps et régime alimentaire, vivent ensemble.

Avec l'âge, les individus perdent souvent des fonctions motrices. Effectuer des activités quotidiennes devient une tâche ardue. Dans une maison de retraite, l’association participe aux activités quotidiennes. 

Les maisons de retraite étant destinées aux personnes âgées, les médecins sont toujours à portée de main et les services d’urgence sont disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. 

La sécurité est définitivement un problème pour les personnes âgées. La sécurité constante dans une maison de retraite les protège des intrus et les aide à vivre en sécurité.

Ils obtiennent également de la compagnie pendant que leurs enfants sont occupés avec leur vie. Les «homes» ne sont ni des orphelinats ni des prisons. Nous devrions adopter une vision ouverte plutôt que de la rendre effrayante. Après tout, nous voulons qu’ils vivent bien et nos aînés peuvent toujours partir en vacances chez leurs enfants ou recevoir une visite.

Quel est le regard d’une société qui glorifie le ‘jeunisme’ sur ceux qui lui paraissent hors de leur monde ?
Y a-t-il vraiment un âge où l'on vieillit? Le terme jeunisme a un caractère péjoratif, qui désigne une attitude ou une volonté de donner une place plus importante aux jeunes. La jeunesse est valorisée de manière excessive. C’est vrai qu’avec le temps on est  moins adapté au monde actuel, moins réactif, moins proche des nouvelles technologies mais toutefois, celles-ci apportent également de grands avantages : des expériences de vie qu’on peut ni acheter ni échanger. L’âge n'est qu'un chiffre et croyez-moi, que vous vous croyiez vieux ou pas ... tout est dans la tête.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor