Live News

S.O.S Requins : un plan pour la conservation de certaines espèces à l’agenda

requin

Un nouveau plan national pour la préservation des requins sera bientôt présenté au Conseil des ministres. Les préparatifs pour la mise en place de ce plan sont presque terminés. Alors que plusieurs requins ont été retrouvés et capturés par des pêcheurs, ce nouveau plan consiste à protéger certaines espèces de requins dans nos lagons.

Depuis le début de l’année plusieurs requins ont été capturés. « Il y a dans nos eaux 44 espèces de requins. Parmi, il y a celles qui sont en voie de disparition. C’est pour cela qu’il devient important d’avoir un plan de conservation pour protéger ces espèces », explique Dev Norrungee, directeur au ministère de la Pêche. Cependant, le ministère rassure que ce plan ne concerne pas tous les requins : « Pour le moment, il est important de prendre les meilleures décisions. Nous n’allons pas interdire la pêche aux requins. De plus, nous avons eu l’avis de plusieurs ONG et des chercheurs pour arrêter ces
mesures. » Affirmant que le ministère est pour la conservation des requins pour le bien de l’océan, il ajoute : « Il faut ensuite l’approbation du ministre pour mettre ce plan à exécution. »

Selon Vassen Kauppaymuthoo, océanographe, les scientifiques reconnaissent la place que tiennent les requins dans l’écosystème marin depuis plus de 360 millions d’années. Il explique que des études et un plan de conservation pour les différentes espèces de requins sont nécessaires : « À Maurice, il est important de lancer de telles études afin de combler les lacunes et limiter les prises par les bateaux industriels avec des quotas au lieu de laisser la porte ouverte au pillage de nos océans avec des licences ouvertes et sans limites. Il faut cependant faire la différence entre la pêche industrielle et la pêche artisanale car les prises ne sont pas les mêmes. »

Équilibre entre prédateurs et proies

Vassen Kauppaymuthoo explique que les requins permettent l’équilibre entre les prédateurs et les proies à différents niveaux de la chaîne alimentaire. « Même si cela paraît incroyable, les stocks de poissons s’effondreraient à travers les océans s’il n’y avait pas de requins pour réguler la multiplication des prédateurs. Les requins contrôlent aussi les maladies en s’attaquant aux proies les plus faibles et malades. Le requin représente le grand équilibre de la nature qu’il faut préserver à tout prix. »

Par ailleurs, l’océanographe affirme que les requins sont menacés à travers le monde : « Les ailerons sont exportés de Maurice chaque semaine. Cette situation combinée à l’effondrement des stocks de poissons suite à la pêche industrielle à travers le monde ainsi que la mise en place de fermes d’aquaculture a conduit à un débalancement de l’écosystème marin qui a changé les habitudes. Ces requins ont tendance à s’approcher des côtes pour trouver de la nourriture ou profiter des grandes quantités de poissons des fermes aquacoles. » Selon lui, les ailerons sont coupés et l’animal rejeté vivant dans la mer est destiné à une mort certaine.  « La pêche industrielle a tellement affecté les stocks de requins dans les océans que certaines espèces sont désormais protégées. »