Live News

Production de vaccins : Maurice met les bouchées doubles pour attirer les fabricants mondiaux 

Aegle Pharma, Cape Biologix Technologies Co. Ltd et Xylomed Pharmaceutical ont déjà signifié leur intention de s’implanter à Maurice.

Positionner le pays comme un hub médical et pharmaceutique pour le continent africain. C’est l’objectif que s’est fixé le gouvernement. À ce jour, Aegle Pharma, Cape Biologix Technologies Co. Ltd, Xylomed Pharmaceutical ont signifié leur intention de s’implanter à Maurice. Le pays cherche aussi un partenaire pour mener à bien ses projets ainsi qu’un CEO de haut calibre pour gérer le Mauritius Institute of Biotechnology. État des lieux.

Le gouvernement ne laisse rien de côté pour développer une nouvelle industrie de fabrication de vaccins. Pas plus tard que le 12 novembre, le secrétaire financier Dev Manraj a écrit à Nandini Singla, la Haut-commissaire de l’Inde à Maurice, pour faire part du souhait du gouvernement mauricien de bénéficier d’une assistance technique et financière de l’Inde pour la bonne marche de sa stratégie. Dans un récent document intitulé « Vaccine and Pharmaceutical Industry in Mauritius », les autorités donnent une vue d’ensemble du secteur pharmaceutique, y compris des projets privés qui façonneront le paysage de cette industrie, tout en mettant l’accent sur les perspectives de développement de l’industrie pharmaceutique à Maurice. 

« L’objectif du gouvernement est de faire de l’île non seulement une destination qui comprend tous les aspects des soins médicaux, mais aussi de positionner le pays comme un acteur clé dans la chaîne d’approvisionnement africaine en vaccins et en produits pharmaceutiques », peut-on lire dans le document. 

Capacités structurelles et physiques

À cette fin, les capacités structurelles et physiques ont été développées pour attirer les fabricants pharmaceutiques mondiaux à Maurice. « Cette stratégie permettrait de réduire la dépendance à l’égard des chaînes d’approvisionnement mondiales et, dans le même temps, d’améliorer l’accès aux vaccins et autres produits thérapeutiques pour l’Afrique », explique-t-on. 

Pour rendre cette stratégie opérationnelle, le gouvernement a fait provision d’un montant initial de Rs 1 milliard (environ 25 millions de dollars) dans le dernier Budget. Ce fonds est destiné aux entreprises mondiales qui sont déjà engagées dans des activités biopharmaceutiques et la fabrication de produits pharmaceutiques. Dans sa missive à Nandini Singla, Dev Manraj précise qu’il s’agit d’un capital d’amorçage prévu pour des investissements immédiats dans les secteurs biotechnologique et pharmaceutique, avec la possibilité d’autres investissements substantiels.

La machinerie est déjà enclenchée. L’Economic Development Board a lancé une Expression of Interest in line (EoI) à cet effet. « Le processus de sélection du bon partenaire pour Maurice est en cours et une décision devrait être prise après l’évaluation des propositions au cours du quatrième trimestre 2021 », peut-on lire dans le rapport « Vaccine and Pharmaceutical Industry in Mauritius ».

Le Mauritius Institute of Biotechnology

De plus, le gouvernement a créé le Mauritius Institute of Biotechnology, qui sera le fer de lance du développement de cette industrie. Les principaux objectifs de cet institut sont : d’abord promouvoir, développer et accélérer la fabrication de vaccins et d’autres produits pharmaceutiques à Maurice ; deuxièmement, négocier et conclure des accords de licence avec des sociétés internationales de vaccins et de produits pharmaceutiques ; troisièmement, mener et promouvoir des recherches de haut niveau dans divers domaines de la biotechnologie, y compris la technologie alimentaire ; et quatrièmement, développer et faciliter la commercialisation de vaccins et produits pharmaceutiques fabriqués à Maurice, en collaboration avec des institutions régionales, des universités réputées et d’autres organisations internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

« Le Mauritius Institute of Biotechnology est en train de recruter un professionnel de haut niveau pour le poste de CEO. Il devra gérer et diriger l’institut conformément aux objectifs fixés », indique-t-on. 

De même, le Pharmaceutical and Life Sciences Business Park à Rose-Belle, qui a été délimité pour accueillir les activités liées à la biopharmacie, réduira et éliminera la charge et les tracas administratifs liés à la sélection des sites. 

« Dans le même ordre d’idées, un dispositif adéquat est en place pour permettre aux entreprises de recruter des ressortissants étrangers et, parallèlement, les institutions de formation locales ont été sollicitées pour assurer la formation des talents locaux, le cas échéant », indique le rapport. 

Stade embryonnaire

Même si la fabrication de produits pharmaceutiques est à un stade embryonnaire à Maurice, un certain nombre d’activités liées à la sphère biopharmaceutique sont déjà menées et concernent principalement la recherche clinique. La diversité génétique du pays, composée de personnes d’origine indienne, africaine, chinoise et européenne, crée un scénario parfait pour que les entreprises choisissent Maurice comme destination pour la recherche clinique, recommande le rapport. 

De même, la recherche préclinique est une voie de développement future qui devrait prendre de l’importance à mesure que la fabrication pharmaceutique devient une industrie à part entière. Pour le gouvernement, le nombre croissant d’opérateurs pharmaceutiques dans le pays démontre la confiance des investisseurs dans la juridiction mauricienne, en tant que destination potentielle de fabrication de vaccins, pour servir non seulement l’Afrique, mais aussi d’autres marchés plus développés.

L’Afrique, le marché clé que vise Maurice 

Les ventes totales de vaccins sur le marché africain s’élèvent à environ 1,3 milliard de dollars, soit 25 % du marché mondial, qui s’élève à 33 milliards de dollars. Les prévisions démontrent que ce chiffre devrait augmenter de 2,4 milliards à 5,4 milliards de dollars d’ici 2030. Les vaccins pédiatriques représentent la part la plus importante en volume et en valeur (ex. : polio) en Afrique, suivis par les segments des adultes et des adolescents. 

« L’objectif de l’île Maurice est de se transformer progressivement en un centre pharmaceutique régional qui, dans un premier temps, approvisionnera l’Afrique australe et la région de l’océan Indien, dont la population combinée s’élève à environ 90 millions de personnes, soit directement, soit par le biais d’accords bilatéraux ou d’organismes d’aide qui soutiennent actuellement ces pays », peut-on lire dans le rapport. L’objectif à terme est de cibler l’ensemble de la région de l’Afrique subsaharienne, qui compte 1,14 milliard d’habitants. Un objectif qui peut être atteint grâce à l’adhésion du pays aux accords de libre-échange de la SADC et du COMESA. « En outre, comme seulement 3 % environ de la population du continent a été vaccinée contre la Covid-19, il est urgent d’augmenter les capacités de production sur le continent et Maurice entend jouer un rôle dans cette entreprise, non seulement en tant que centre de fabrication mais aussi en tant que hub logistique », indique le rapport. 

Bon à savoir 

  • Ajanta Pharma est actuellement le seul opérateur impliqué dans la chaîne de valeur de la fabrication pharmaceutique à Maurice. La société opère dans le Nord du pays et s’occupe du conditionnement et de la réexportation de produits génériques. 
     
  • Le Pharmaceutical and Life Sciences Business Park à Rose-Belle s’étend sur une superficie initiale de 23,6 hectares. Il a été créé par le gouvernement, par le biais de Landscope Mauritius. Il est envisagé que toutes les activités liées à la biotechnologie et aux produits pharmaceutiques soient localisées dans cette zone. Des dispositions ont été prises pour son expansion éventuelle, en fonction des intérêts futurs. 

Ces trois projets privés en cours 

 

Aegle Pharma

Aegle Pharma est le seul projet en cours dans le secteur de la fabrication de produits pharmaceutiques. L’entreprise envisage de produire des médicaments génériques destinés au marché local et à l’exportation et est évaluée à 10 millions de dollars. Elle sera située à Rose-Belle, dans le Pharmaceutical and Life Sciences Park. L’Environment Impact Assessment a été approuvé en septembre dernier. « Les promoteurs devraient soumettre leur demande pour le Building and Land Use Permit. La construction devrait démarrer au quatrième trimestre 2021 », indique-t-on dans le rapport.

Cape Biologix Technologies 

Cape Biologix Technologies Co. Ltd est une « spin-off » de l’université de Cape Town. La société a développé des protéines recombinantes à base de plantes qui peuvent être utilisées dans la production de kits de test de Covid-19 et de potentiels vaccins. « La société a l’intention de mettre en place une usine de fabrication à Maurice pour la production de masse de réactifs. Le projet est évalué à environ 45 millions d’euros et un financement partiel a été finalisé par la Banque européenne d’investissement et la Foundation for Innovative New Diagnostic. L’EDB facilite actuellement le projet en termes d’identification d’un site approprié et les promoteurs devraient se rendre à Maurice pour lancer toutes les procédures administratives relatives à la mise en œuvre du projet », soutient-on dans le rapport.

Xylomed Pharmaceutical

Xylomed Pharmaceutical est une société pharmaceutique basée en Afrique. Elle a obtenu 10 hectares dans le Pharmaceutical and Life Sciences Park à Rose-Belle et le bail devrait être signé au cours du quatrième trimestre de 2021, lorsque les promoteurs seront en mesure de venir à Maurice. Le projet est évalué à environ 100 millions de dollars et sera impliqué à la fois dans la recherche et le développement ainsi que dans la fabrication de produits pharmaceutiques destinés aux marchés local et régional. Le projet devrait démarrer au deuxième trimestre de 2022.

Les 13 incitations que propose Maurice pour attirer les fabricants 

Voici l’ensemble des incitations que le gouvernement propose aux fabricants de produits pharmaceutiques internationaux pour répondre aux besoins de l’Afrique en matière de vaccination. 

  1. Un « Premium investor certificate » à toutes les entreprises engagées dans la fabrication de produits pharmaceutiques. (C’est-à-dire des incitations sur-mesure, à la demande des promoteurs). 
  2. Un congé fiscal de 8 ans pour les sociétés. 
  3. Un crédit d’impôt complet sur les coûts d’acquisition des brevets. 
  4. Pas de droits d’enregistrement ni de Land Transfer Tax sur l’achat ou la location de terrains ou de bâtiments. 
  5. 3 % d’impôts sur les bénéfices tirés de l’exportation de marchandises (après une exonération de 8 ans de l’impôt sur les sociétés). 
  6. Pas de droits d’importation sur les équipements et les matières premières. 
  7. Pas de droits d’exportation à Maurice. 
  8. La TVA sur les matières premières est payable au moment du dédouanement mais remboursable à l’exportation. 
  9. L’amortissement accéléré de 50 % sur les machines, les équipements et la construction de locaux industriels dédiés aux activités de fabrication. 
  10. L’exemption des frais du Building and Land Use Permit pour la construction d’une usine de fabrication de produits pharmaceutiques. 
  11. Une marge de préférence de 20 %. 
  12. Un remboursement de 60 % du coût du fret aérien pour les exportations vers l’Afrique (y compris Madagascar), l’Australie, le Canada, l’Europe, le Japon, les pays du Moyen-Orient et les États-Unis (jusqu’en juin 2022). 
  13. Remboursement de 25 % du coût du fret de base (maximum de 300 dollars par conteneur de 20 tonnes et de 600 dollars par conteneur de 40 tonnes) pour 49 ports dans 20 pays d’Afrique.  

 

Emploi : vers un mixte étrangers et Mauriciens 

L’université de Maurice (UoM) propose divers cours liés à l’industrie pharmaceutique. En moyenne, environ 30 étudiants sont diplômés chaque année et sont en général absorbés par des entreprises privées existantes ou par le secteur public. L’université propose une série d’autres spécialisations requises par l’industrie, dans les domaines de la science des données, de l’ingénierie et de la gestion, entre autres. Il est également prévu que des cours soient conçus avec le Mauritius Institute of Training and Development et Polytechnics Mauritius, en fonction des besoins et des exigences de l’industrie pharmaceutique. En l’absence d’activités liées à la fabrication de produits pharmaceutiques à Maurice, il y a un manque de ressources formées localement qui pourraient répondre immédiatement aux besoins en main-d’œuvre de cette industrie. « Par conséquent, les entreprises actuelles qui sont en train de s’installer à Maurice bénéficieront de tout le soutien administratif nécessaire pour recruter des talents étrangers dans le cadre de l’Occupation Permit Scheme. De même, les besoins en main-d’œuvre du secteur pharmaceutique peuvent être complétés par une main-d’œuvre étrangère formée localement par le biais du Mauritius Africa Scholarships Scheme. Les étudiants ayant terminé leurs études ont la possibilité de travailler pendant une période de trois ans dans le cadre du Young Professionals Scheme », précise-t-on dans le rapport. 

Vite ditVaccin

Importation de plus de Rs 6 milliards de produits pharmaceutiques 

Maurice est un importateur net de produits pharmaceutiques et de vaccins. En 2020, les importations de produits pharmaceutiques se chiffraient à environ 150 millions de dollars (environ Rs 6,5 milliards), tandis que les réexportations de ces mêmes produits se sont élevées à environ 24 millions de dollars (environ 
Rs 1 milliard). 

Les principaux produits importés 

  • Médicaments antibiotiques et non antibiotiques
  • Vaccins
  • Compléments de santé
  • Médicaments cardiovasculaires et les antidiabétiques, entre autres

Nos principaux marchés d’importation 

  • Inde
  • France
  • Allemagne
  • Suisse
  • Royaume-Uni 
  • Afrique du Sud
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !