Live News

Perte d’emploi : plus de 2 000 salariés devant le Redundancy Board en janvier

Au ministère du Travail, on évoque la complexité de certains dossiers

Alors que l’année vient à peine de démarrer, le Redundancy Board se retrouve déjà avec 25 dossiers. Ils concernent des entreprises qui ont dû fermer leurs portes à cause de leur situation financière. On parle de plus de 2 000 salariés qui sont au chômage en ce mois de janvier.

La première année post-COVID-19 vient à peine de s’achever. Si certains s’attendaient avaient gardé l’espoir que 2021 serait relativement meilleure côté emploi, il n’en est rien. En ce début d’année, pas moins de 25 dossiers sont déjà sur la table du Redundancy Board, présidé par Rashid Hossen. Il s’agit d’entreprises qui emploient plus de 15 personnes ou qui génèrent un chiffre d’affaires de plus de Rs 25 millions par an. Plus de 2 000 employés sont concernés.

Déjà que de septembre 2020 à janvier 2021, 6 047 personnes avaient perdu leur travail. Voilà qu’en ce mois de janvier plus de 2 000 emplois supplémentaires sont menacés. Un des responsables chargés du traitement des dossiers explique que les cas ne cessent de pleuvoir. Il s’agit surtout de sociétés évoluant dans le secteur touristique et le « retailing ».

Selon notre source, les 25 employeurs n’ont plus de rentrées d’argent. Même l’aide de l’État, le Government Wage Assistance Scheme, ne leur suffit pas, car bon nombre de leurs employés perçoivent plus de Rs 25 000 par mois. Ces entreprises ont expliqué au Redundancy Board qu’elles doivent payer la différence sur les salaires, en sus des frais tels que la location, les factures et le remboursement des prêts bancaires, entre autres. Elles se sont retrouvées dans l’obligation de fermer boutique.

De leur côté, les employés réclament leur dû. Que leurs employeurs respectifs mettent la clé sous le paillasson pour des raisons économiques, c’est une chose. Qu’ils ne reçoivent pas d’indemnités en est une autre, explique un responsable du Redundancy Board.

C’est justement pour cela que les salariés font appel au Board. Celui-ci fait office d’un arbitre afin de trouver une solution. Les dossiers des entreprises sont d’ailleurs étudiés minutieusement pour attester de leurs situations financières.

Au ministère du Travail, on parle de « dossiers compliqués ». La majorité des entreprises traverse une réelle situation de crise. Une responsable du ministère cite l’exemple des tour-opérateurs, des usines opérant en lien avec le tourisme, les entreprises de location de voitures et les magasins, entre autres.

Cependant, elle tient à faire ressortir que certaines firmes ont trouvé le moyen de tromper leurs administrateurs. Résultat des courses, ce sont les employés qui se retrouvent sur le pavé. « Nous sommes tombés sur un cas où la compagnie ne possédait pas la majeure partie de ses actifs. Elle était en location. L’administrateur ne pouvait donc pas vendre d’actifs pour payer les indemnités aux employés », explique la responsable.
Elle souligne la complexité de l’exercice d’examiner les dossiers. En attendant, ce sont plus de 2 000 personnes qui sont au chômage en ce mois de janvier et qui risquent de le rester pendant encore un moment.
 
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !