Live News

Maurice se prépare à faire face à d'éventuels cas de Covid-19

Le centre de jeunesse d’Anse-La-Raie a été converti en centre de quarantaine.

Avec l’augmentation des cas et des foyers épidémiques hors de Chine, Maurice se prépare à faire face à la réalité du Covid-19. Les autorités sanitaires locales disposent d’ores et déjà de matériel pour la prise en charge d’une centaine de cas de Covid-19 pour une durée d’une semaine. Même si tout est mis en œuvre afin que la maladie ne pénètre pas dans le pays.  

À l’heure où la menace pandémique que représente le Covid-19 se précise, le pays procède à un contrôle systématique de toutes les personnes arrivant dans l’île en passant par le port et l’aéroport. Tous ceux qui ont séjourné dans un pays où sévit le Covid-19 sont placés en quarantaine, soit à l’hôpital de Souillac ou au centre de jeunesse d’Anse-La-Raie qui a été converti en centre d’observation. 

laurent
Dr Laurent Musango.

Cependant, la probabilité de faire face à des cas de personnes atteintes du virus se précise au fur et à mesure que le syndrome respiratoire aigu sévère 2 (SRAS-CoV-2) se propage. Et le pays doit d’être prêt pour les premières prises en charge. C’est le Dr Laurent Musango, représentant local de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a indiqué le chiffre de 100 personnes pouvant être accueillies en respectant des normes de sécurité sur une semaine selon un kit de protection. « Ce kit qui comprend plusieurs équipements de protection, thermomètre et divers autres produits vise à permettre aux pays concernés d’assurer la prise en charge d’éventuels premiers cas », explique-t-il. Selon lui, c’est le principe de l’organisation onusienne que de permettre aux pays les plus à risques d’avoir les moyens de faire face à la situation. 

Depuis le début de l’épidémie du Covid-19, l’OMS a délégué des experts à Maurice pour s’assurer de la mise en place du protocole pour prévenir la maladie et procéder à la formation du personnel de la Santé. Des sessions de formation ont aussi été dispensées sur la prise en charge d’éventuels patients. Dans quelques jours, il sera question de la gestion des cas avec des formateurs qui feront le déplacement à Maurice. 

tedros
Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le ministère de la Santé a fait état de dons d’équipements et de matériaux utilisés en laboratoire. Il ajoute que les formations ont surtout ciblé jusqu’ici les spécialistes en médecine, le personnel paramédical, les officiers du ministère attachés à la Rapid Response Team et tous ceux concernés par le plan de gestion du Covid-19. En ce qu’il s’agit des sessions de formations à venir, elles devraient concerner les spécialistes en médecine, du personnel paramédical de même que les Regional Public Health Superintendents. L’organisation onusienne apporte également un soutien technique au pays indique le Dr Musango. 

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, quarante-trois personnes au total se trouvaient dans les deux centres de quarantaine, vingt à Souillac (dont quatre en isolement) et dix-huit à Anse-La-Raie. Deux personnes ont pu regagner leur domicile, indique également le ministère de la Santé.

Concernant la polémique entourant le sort réservé aux Sud-Coréens qui sont arrivés à Maurice le dimanche 23 février et le traitement accordé aux Italiens qui sont arrivés le lundi 24 février, le ministère de la Santé précise qu’il n’y a pas eu de traitement de faveur. Les passagers de l’Italie qui sont venus à Maurice n’étaient pas en provenance de villes touchées par le Covid-19 alors que c’est toute la Corée du Sud qui est concernée par cette épidémie. « Nous avons observé le protocole ce qui fait que les Sud-Coréens ont été placés en quarantaine et que les Italiens ont pu aller vers leur hôtel. Mais ils étaient néanmoins sous surveillance », selon le ministère de la Santé.


Menace d’une pandémie

La menace que le Covid-19 devienne une pandémie est évoquée avec insistance. Selon le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, la fenêtre pour endiguer la propagation du virus se referme. Il se prononçait après de nouveaux cas enregistrés en Italie et en Iran durant le week-end dernier. Plus de 81 294 personnes ont été contaminées par le virus jusqu’à présent et plus de 2 600 en sont morts. 

« Nous ne vivons pas dans un monde binaire, en noir et blanc. Ce n’est pas l’un ou l’autre. Nous devons nous concentrer sur l’endiguement, tout en faisant tout notre possible pour nous préparer à une éventuelle pandémie », a-t-il dit. Il a aussi demandé au continent africain de se préparer à faire face à la maladie notamment dans les pays qui ont un faible système de santé.


Une lutte globale 

Le Covid-19, qui tient la planète entière en alerte, mobilise les fonds d’aides visant à enrayer l’épidémie.  Des millions d’euros et de dollars ont été déboursés afin de combattre le Covid-19. L’Organisation internationale pour la migration (OIM) a décaissé 17 millions de dollars le 21 février dernier pour un programme d’aides à divers niveaux alors que l’Union européenne (UE) a déboursé 232 millions d’euros destinés à plusieurs fonds et organismes dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le plan d’aide de l’OIM vise à aider les pays à se préparer et à répondre à l’épidémie du Covid-19. Cela comprend une coordination transfrontalière, les formations et les simulations, la surveillance renforcée entre autres. Selon le directeur général de l’OIM António Vitorino, « nous vivons maintenant dans un monde où les menaces majeures pour la santé publique telle le Covid-19 ne peuvent pas être gérées de manière adéquate sans s’assurer que tout le monde, y compris les migrants, soit pris en compte dans les efforts de préparation et d’intervention ». D’après les calculs qui ont été effectués, 12 millions de dollars vont être distribués à parts égales à la région Asie-Pacifique et l’Afrique subaérienne. Le 5 millions restants vont être utilisés afin d’aider le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, l’Europe, l’Asie central et les Amériques. Des 232 millions d’euros déboursés par l’UE, 114 millions d’euros vont être alloués à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et 15 millions d’euros devraient être destinés à l’Afrique.


Une mission de la COI aux Comores et à Madagascar

Le secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI), Hamada Madi, dirige une mission d’évaluation et d’écoute actuellement aux Comores et Madagascar. À cause de la menace du Covid-19, un plan d’urgence a été mis en place par la COI et son réseau SEGA-One Health. Il bénéficie du soutien de l’Agence française de développement. Il est coordonné par l’Unité de veille sanitaire de la commission. Le plan d’urgence comprend divers volets : surveillance aux frontières, sensibilisation du grand public, prévention, riposte et prise en charge des cas. 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !