Live News

A Madagascar, des expatriés mauriciens aident d’autres Mauriciens bloqués

Ravin Goonmeter, Sam Jodhun et Ravi Bisasur sont trois expatriés mauriciens qui vivent à Madagascar. Les deux premiers nommés ont récemment eu l’idée de lancer une page EXPATS MAURICE/MADAGASCAR sur Facebook. 

La page, qui compte environ 250 membres, s’est révélée utile en cette période de crise sanitaire mondiale pour nos compatriotes bloqués à Madagascar depuis l’arrêt des vols commerciaux le 18 mars dernier.

Ravin Goonmeter, qui travaille pour une compagnie de sécurité, et Sam Jodhun, le country manager de Harel Mallac technologies, ont lancé un mouvement de solidarité pour aider les Mauriciens qui sont sans aide dans la Grande Île. 

Ravi Bisasur est celui qui s’occupe tant bien que mal de faire des arrangements pour l’hébergement des Mauriciens en difficulté. 

Aide financière et ravitaillement alimentaire…

Ravin Goonmeter et Sam Jhodun expliquent que des 110 Mauriciens qui se trouvent à Madagascar, plusieurs sont pris en charge par leurs sociétés respectives ou se débrouillent. Par contre, une vingtaine d’entre eux, stressés par leur situation précaire, a fait appel à leur aide.

Les trois expatriés bénévoles ont pu rassembler des aides financières des compagnies Birger, Velogics, Ucodis et Aquarelle (500 masques aussi), qui les ont aidés à mettre en place un système de soutien aux Mauriciens. Avec l’argent des sponsors, nos deux compatriotes ont pu offrir des aides financières en faisant des transferts d’argent pour que les Mauriciens bloqués puissent faire des dépenses de première nécessité. « On offre aussi des ravitaillements alimentaires et le crédit téléphone », précise Ravin Goonmeter.

« Nous avons un petit budget pour un grand nombre de personnes, donc il faut l’utiliser à bon escient », explique Ravin, qui travaille dans une compagnie de sécurité à Antananarivo.

Le moral au plus bas…

Pour la fête de Pâques, les trois compères ont distribué des packs de repas aux personnes dans le besoin pour qu’elles ne se sentent pas loin de leurs familles. « La plupart souhaite rentrer à Maurice, pour des raisons financières, des problèmes de santé, les médicaments et les responsabilités familiales et professionnelles », explique Ravin. « Ils ont pour la plupart le moral au plus bas, nous essayons de les réconforter dans la mesure du possible », soutient Ravin, qui compatit avec eux. « Ce n'est hélas pas évident de se retrouver sans sous dans un pays étranger »

Les Mauriciens bloqués à Madagascar sont tous dans le flou et ne connaissent pas leur date de rapatriement car ils ont été pris au dépourvu,  ajoute l’expatrié, qui dit recevoir le soutien de l’ambassade mauricienne dans ce projet d’accompagnement et grâce à la contribution financière personnelle de Rs 12,000 de l’ambassadeur. 

L’ambassade n’hésite pas à diriger les personnes qui ont besoin d’aide vers les trois bénévoles. Ces derniers tiennent à remercier Birger, Velogic, Ucodis, Aquarelle, entre autre, et plusieurs autres compagnies et donateurs anonymes. Soucieux de transparence, ils versent les contributions  sur le compte du Rotary Club d’Antananarivo Ivandry

Pour Ravin, Sam et Ravi, cet élan de solidarité est la moindre des choses. Ils espèrent voir leur compatriote rapatrié bientôt à Maurice.

Le confinement à Madagascar

A 18 h 00 ce samedi 18 avril, le site «worldometer coronavirus» live tracker faisait état de 117 cas positifs et 33 guérisons à Madagascar.

Pour rappel, le confinement mis en place par le président malgache, Andry Rajoelina, le 23 mars dernier sur trois villes principales de Madagascar dont la capitale Antanarivo, devait prendre fin le dimanche 19 avril. Hier, vendredi 17 avril, le président malgache a annoncé la prolongation de  l'état d'urgence sanitaire pour encore 15 jours étendue sur toute l'étendue de la république de Madagascar, peut-on lire sur le site Orange Madagascar.

« Plusieurs mesures ont été prises par le gouvernement malgache pour endiguer la propagation du Coronavirus », fait ressortir Ravin Goonmeter, qui y vit depuis 18 ans. Il fait valoir que le gouvernement malgache gère bien la situation.Un centre Covid-19 a été mis en place, des voitures d’intervention rapide sillonnent le pays et des tests réguliers sont effectués tout comme le «contact tracing».

Un couvre-feu de 20 h 00 à 05 h 00 est en vigueur dans le pays et le port du masque est obligatoire, que ce soit à moto, en voiture et dans les espaces publics et privés. Le ‘social distance’ est aussi appliqué. Toutes les routes sont désertes dans l’après-midi.

La plupart des Malgaches font leurs achats quotidiens dans les boutiques le matin et n’ont pas les moyens de faire des réserves de provisions. Les supermarchés et les boutiques sont ouverts jusqu’à midi. Plusieurs restaurants sont passés en mode livraison à domicile, en observant les règles sanitaires basiques.

Contrairement à Maurice, il n’y a pas de pénurie artificielle et les Malgaches peuvent faire leurs achats le matin sans vraiment faire la queue, alors que les masques sont offerts par le gouvernement.

Comme à Maurice, des barrages policiers ont été établis entre les provinces.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !