Live News

Le feu pour éviter le dépaillage : un cauchemar pour ceux qui vivent aux abords des champs de canne

feu Certains propriétaires mettent le feu aux champs pour éviter les frais de dépaillage.

Les inconvénients causés par les incendies volontaires de champs de canne ont été à l’étude au niveau du ministère de l’Environnement à la suite de plaintes émanant des gens habitant tout près. Depuis, a-t-on trouvé une solution au problème ? La loi a-t-elle été amendée ?

Sabina, la trentaine, habite avec son mari et leur enfant de trois ans à la lisière d’un champ de canne à Cité Bethel, Petite-Rivière. Elle se plaint que chaque année, quand le propriétaire met le feu à son champ, cela lui cause beaucoup de problèmes : fumée épaisse et escarbilles qui envahissent sa maison. Alors que son enfant n’avait que quelques mois, elle avait dû se réfugier dans une voiture pour échapper à la fumée toxique. Depuis, c’est le même cauchemar chaque année. Sabina avoue qu’elle vit une angoisse constante à l’approche de la « saison de feu ». Elle a peur qu’un jour, le feu ne se propage et ne détruise sa maison en bois et en tôle. Sabina n’est pas la seule à vivre une telle angoisse.

La dame concède n’avoir jamais pu rencontrer le propriétaire du terrain voisin pour en discuter. Par contre, elle a pu parler avec l’un de ses employés. « Il m’a dit que c’était son boulot, qu’il avait reçu l’ordre de le faire », déclare-t-elle.

Qu’en pense Steve Magdeleine, président du conseil de district de Rivière-Noire ? « Il faut savoir ce que dit la loi. Est-il permis ou non de mettre le feu aux champs de canne ? Je pense qu’on n’a pas le droit. Je crois que la dame devrait rapporter le cas à la police. J’ai déjà vécu cela et la police a agi », déclare-t-il.

La dame dit avoir porté plainte plusieurs fois à la police. Elle ajoute qu’elle a alerté les pompiers à plusieurs reprises. Qu’en pense le Mauritius Fire and Rescue Service ? « La loi ne permet pas qu’on mette le feu aux champs de canne ou à n’importe quelle autre plantation. Il est également interdit de mettre le feu aux immondices, aux branches ou aux feuilles mortes. C’est un délit. Tout contrevenant est passible d’une amende n’excédant pas Rs 1 000. Il y a également d’autres dispositions de la loi concernant, entre autres, un incendie criminel où le coupable est passible de 10 ans d’emprisonnement et dans des cas extrêmes de la peine de mort », explique Dorsamy Ayacouty, Assistant Chief Fire Officer.

En ce qui concerne les griefs de Sabina, le service des pompiers va retracer le nom du propriétaire du champ en question à travers les données enregistrées auprès du Mauritius Fire and Rescue Service et lui adressera une lettre officielle pour attirer son attention sur les risques auxquels les habitants du voisinage sont exposés quand il met le feu à sa plantation. Une copie de la lettre sera envoyée à la police.


Une tradition qui brave la loi

Bien que cela soit interdit par la loi, certains propriétaires préfèrent mettre le feu à leurs champs pendant la période de coupe au lieu de dépailler la canne. C’est une vieille tradition chez nous. « Ceux qui ont recours à cette pratique doivent obtenir au préalable l’autorisation de la police qui, à son tour, informe le service des pompiers, explique Dorsamy Ayacouty. Le propriétaire doit préciser la date et l’heure ». Il ajoute que : « La police effectue alors un relevé des habitations du voisinage pour évaluer les risques. Le feu est généralement allumé tôt le matin ou après le coucher du soleil. On prend aussi en considération la météo, car on ne néglige pas la force du vent, l’humidité et aussi la chaleur. Si le temps est sec, l’autorisation sera refusée ». Le Mauritus Fire and Rescue Service reconnaît que, des fois, certains planteurs mettent le feu aux champs sans avoir obtenu l’autorisation. Dorsamy Ayacouty annonce que de nouveaux règlements sont en préparation visant à un durcissement de la loi. Il indique que le Mauritius Fire and Rescue Service organise des sessions de sensibilisation pour décourager les propriétaires des champs de canne à avoir recours à cette ‘méthode’ qui n’est pas « eco-friendly ».


Le feu après la 7e coupe

Selon une autre tradition, le feu est mis au champ après un cycle de sept récoltes pour « retravailler » la terre. Cela est fait avant l’utilisation d’une pelleteuse pour nettoyer le champ et la plantation de nouvelles boutures. La coupe de la canne ne peut se faire sans le dépaillage. Pour éviter les frais de cette opération dans les champs, certains propriétaires préfèrent y mettre le feu.