Economie

Investir en Afrique : les zones économiques spéciales attirent

Investir en Afrique

Les pays émergents en Afrique se démarquent de plus en plus. Si Maurice maintient sa première place en Afrique au sein de divers classements, d’autres voisins africains nous talonnent. La coopération régionale porte ses fruits. 

Aucun discours ou programme d’orientation économique n’est complet sans la mention de Maurice comme tremplin d’investissement en Afrique. En effet, Maurice veut être le pont entre l’Asie et l’Afrique ou encore entre l’Europe et l’Afrique. Nos missions de promotion d’investissements en Inde, en Chine ou ailleurs ne manquent jamais de souligner la position stratégique de Maurice et les avantages d’utiliser Maurice comme plateforme.

Une nouvelle tendance se dessine avec de plus en plus de professionnels étrangers qui viennent s’installer chez nous comme investisseurs pour ensuite cibler l’Afrique. Il n’y a pas que le manufacturier, le port franc ou les services financiers qui attirent, mais le secteur des services en général voit arriver de nouveaux types d’investisseurs utilisant Maurice comme destination pour quartier général ou régional.

Maurice veut être le pont entre l'Asie et l'Afrique ou encore entre l'Europe et l'Afrique.

Mais il y a aussi des investisseurs qui, par la suite, s’installent directement en Afrique. Certains pays africains misent énormément sur les zones économiques spéciales pour soutenir la croissance. Maurice est étroitement liée avec le développement de zones économiques spéciales au Ghana, au Sénégal et à Madagascar. Ces zones commencent à intéresser les entrepreneurs mauriciens, surtout dans le sillage d’importants changements dans le port franc mauricien suite au dernier Budget. Le savoir-faire de nos entrepreneurs dans plusieurs activités comme la transformation alimentaire, la fabrication, la restauration rapide, le textile, la menuiserie, la métallurgie, les assemblages d’ouvertures en aluminium ou encore la construction est en grande demande. Les pays propices à l’entrepreneuriat sont le Ghana, le Sénégal, le Rwanda, le Mozambique, le Congo et Madagascar.

Classement des pays africains selon l’index de l’émergence en Afrique 2017

Rang Pays
1 Maurice
2 Afrique du Sud
3 Seychelles
4 Botswana
5 Cap-Vert
6 Rwanda
7 Ghana
8 Tunisie
9 Namibie
10 Maroc
11 Sao Tomé-et-Principe
12 Égypte
13 Ouganda
14 Algérie
15 Sénégal
16 Zambie
17 Tanzanie
18 Kenya
19 Gabon
20 Bénin
21 Malawi
22 Lesotho
23 Djibouti
24 Comores
25 Libéria

 

Ghana

Suite aux multiples accords entre Maurice et le Ghana signés en 2015, les entrepreneurs mauriciens dans le secteur ICT/BPO et les services financiers, entre autres, peuvent opérer dans le parc technologique développé près de la ville d’Accra au Ghana. Ce pays a bénéficié de l’expertise mauricienne pour réaliser ce projet d’envergure qui compte aussi une Cyber-Cité. À noter que la Ghana Investment Promotion Agency a signé un MoU avec le Board of Investment (BoI) pour promouvoir les échanges économiques et les projets d’investissements. Ce pays offre aussi d’autres opportunités intéressantes dans différents secteurs comme l’agriculture, l’immobilier, le tourisme et le manufacturier.

Le Sénégal

Le Sénégal a également bénéficié de l’expertise mauricienne pour la création d’une zone économique spéciale non loin de Dakar.  En 2015, le BoI avait conclu un protocole d’accord avec l’Agence pour la promotion des investissements et de grands travaux (APIX) au Sénégal. Ensuite, en 2017, des accords concernant l’exploitation et la gestion des activités de la zone ont été signés par la Société des Infrastructures d’Affaires Atlantic (SIAA), le Sovereign Fund for Strategic Investment et l’APIX, dans le cadre général d’un joint-venture sénégalo-mauricien, le gouvernement mauricien demeurant l’actionnaire majoritaire à hauteur de 51 % à travers le Mauritius Africa Fund. Le projet comprend un parc industriel, des espaces de service, des bureaux, une plateforme logistique, avec prévision pour un centre commercial, une zone résidentielle. Maurice a aidé la partie sénégalaise à travailler ses mesures incitatives pour attirer des investisseurs dans le parc.

Madagascar

Un accord de coopération économique a été signé, en 2016, entre Maurice et Madagascar  pour la création d’une zone économique spéciale au port d’Ehoala Park à Fort-Dauphin sur 440 hectares dans une région stratégique de Madagascar. Alors que Maurice assistera dans les projets d’infrastructures, Madagascar s’occupera de tout ce qui touche à la ‘Business Facilitation’ afin d’attirer les investisseurs et de faciliter l’implémentation des projets.

Rwanda

Le Rwanda connaît un progrès économique fulgurant et améliore son rang dans divers classements internationaux d’année en année. Ce pays mise également beaucoup sur les zones économiques. En sus de la zone économique spéciale de Kigali, il y a huit autres parcs industriels à travers le pays. Les projets phares récents incluent une fabrique d'aliments pour animaux et une installation de recyclage de déchets électroniques. À noter que, lors de sa récente tournée en Afrique, le président chinois Xi Jinping a signé quinze accords avec son homologue rwandais Paul Kagame. Ces accords concernent des prêts pour la construction de routes, la rénovation d'hôpitaux et le développement du nouvel aéroport de Bugesera.


Nikesh Patel : «Un partenariat étroit avec le Rwanda est mutuellement avantageux»

nikesh
Nikesh Patel, consul honoraire du Rwanda, saluant le président rwandais, Paul Kagame.

Nikesh Patel, consul honoraire du Rwanda, nous donne un aperçu de ce pays et les avantages des relations bilatérales.

Pensez-vous que le Rwanda a un bon potentiel pour les investisseurs mauriciens qui peuvent bénéficier du 'Mauritius Africa Fund'?
Ma seule connaissance du Mauritius Africa Fund provient de son site web et je note que le fonds veut promouvoir les investissements des entreprises mauriciennes dans les domaines des zones économiques spéciales, des parcs technologiques, des parcs logistiques, des parcs agro-industriels, du seafood, etc. Rwanda possède déjà plusieurs zones économiques. Mais il y a un gros potentiel pour des parcs logistiques, étant donné sa position centrale en Afrique entourée d'un certain nombre de pays avec lesquels le Rwanda fait du commerce. Et par lesquels transitent les marchandises en route vers ces pays, par exemple, la République démocratique du Congo (RDC). Je crois aussi qu'il existe des possibilités pour les parcs agro-industriels où les produits alimentaires, comme les pommes de terre, le lait, divers fruits, l'horticulture, les fleurs peuvent être produits / transformés / valorisés dans ces parcs avant l'exportation. Ces parcs peuvent être situés à proximité du nouvel aéroport international en cours de construction. Alors que le Rwanda est maintenant assez connu à Maurice, je crois qu’il y a toujours la possibilité d’accroître la prise de conscience à Maurice du potentiel du Rwanda.

Quels sont les secteurs émergents au Rwanda ?
Outre le tourisme, qui est le secteur numéro un, il y a le thé, le café et les minéraux. Le secteur des services se développe rapidement. Avec la création du centre financier international de Kigali cette année, je crois que le Rwanda deviendra un centre de services financiers pour l'Afrique de l'Est et du Centre. Cela surtout, compte tenu de ses hautes qualifications de sûreté et de sécurité et de l'état de droit ! Le Rwanda est aidé à cet égard par les gouvernements de Jersey et de Singapour. Le Rwanda étant un membre de la communauté Est-africaine avec son protocole de marché commun et également situé à côté de la RDC, permet aux entreprises basées au Rwanda d'accéder facilement à un marché régional de plus de 100 millions de personnes.

Le Rwanda est-il en train de devenir un concurrent de Maurice ?
Le Rwanda n'est pas du tout un concurrent de Maurice. Les deux pays suivent des voies de développement très différentes. Maurice est déjà une réussite africaine depuis quelques années et le Rwanda devient rapidement une autre réussite. Alors que le Rwanda est maintenant deuxième dans la Doing Business Survey en Afrique et aussi dans les meilleurs classements pour d'autres paramètres socio-économiques, cela ne devrait pas être vu à travers le prisme de la concurrence. Ce que Maurice devrait envisager, c'est un partenariat étroit avec le Rwanda dans le cadre d'une relation mutuellement avantageuse pour tous. Le Rwanda est sûr et sécurisé. Ceci, allié à la DTAA et à l'accord bilatéral de protection des investissements, devrait rassurer les opérateurs mauriciens pour s'aventurer et s'installer au Rwanda et faire des affaires au Rwanda. Les affaires à Maurice ont dépassé le pays et doivent trouver de nouveaux marchés. Ils peuvent utiliser le Rwanda pour rejoindre et pénétrer les marchés de l'Afrique de l'Est et du Centre.