Actualités

Formation : 125 jeunes professeurs initiés aux défis du métier

professeurs Les enseignants suivant la formation au SeDEC.

125 jeunes professeurs d’une dizaine de collèges diocésains ont suivi une formation au SeDEC. Pendant une journée de partage, ils ont pris connaissance des dernières avancées dans le domaine de l’enseignement.

Le service diocésain de l’éducation catholique (SeDEC) a réuni le lundi 15 avril plus d’une centaine de profs ayant moins de cinq ans d’expérience. L’objectif est de créer un networking entre eux.

Le Dr Pascal Nadal du SeDEC explique un des objectifs de cet atelier : « Le networking est important pour établir un premier groupe et cheminer avec ces jeunes profs. Par la suite, nous aurons un autre atelier pour les épauler sur les différentes matières enseignées dans les collèges. »

Il ajoute que les objectifs du lundi 15 avril ont été atteints. D’abord, la présence des enseignants à l’atelier de travail pour le premier jour de vacances scolaires est encourageante. Les thèmes discutés lors de cette journée étaient : « Challenges faced by beginner teachers » et les thématiques discutés étaient Catholic Social Teaching, Reconnecting with the primary school pupil’s context, Project leadership, differentiated instruction, Mother tongue-based multilingual education et positive discipline.

pascal
Dr Pascal Nadal.

Les enseignants participant à la session ayant trait aux enfants du primaire ont pris connaissance des réalités auxquelles ils doivent faire face. Ils ont été exposés au profil de l’enfant qui sort du cycle primaire et qui fait son entrée en Grade 7. D’abord, c’est un nouvel environnement et les matières sont enseignées par différents enseignants. Certains changements peuvent être difficiles pour l’enfant et l’enseignant doit être d’abord préparé pour cela.

Langue maternelle

L’utilisation de la langue maternelle à l’école est essentielle pour encourager les élèves dans leurs études. Lors de la session de lundi, Marjorie Munien du Collège du Saint-Esprit a expliqué comment la langue maternelle peut être utilisée comme une langue de soutien dans l’explication de concepts dans certaines matières redoutées par certains élèves.

Les orateurs lors de la session de discussion sur le ‘classroom management’ ont mis l’accent sur la communication. Pour eux, elle doit être non seulement présente entre prof et élève, mais aussi entre les profs, afin d’échanger les bonnes pratiques.

Jennifer Ramdonee du collège du Saint-Esprit a soutenu qu’un élève est observateur. Il détecte tout de suite comment un enseignant vient en classe et s’il est préparé ou pas. Afin de favoriser la communication, elle conseille à l’enseignant de laisser parler l’élève et de partager parce qu’il a des choses à dire. « En tant qu’enseignant, on est aussi parent et guide de la classe. Après vingt ans de carrière, il n’y a pas de formule magique pour gérer une classe difficile, il faut prendre beaucoup sur soi, être à l’écoute de l’enfant et prendre les choses positivement », conseille-t-elle.

Discipline positive

Certains enseignants éprouvent des difficultés à maintenir la discipline en classe. Brian Pitchen du collège St Mary’s West a mis l’accent sur l’écoute. Il souligne que cela ne s’obtient pas tout de suite, mais qu’il faut commencer très tôt. « Dès les premiers jours du trimestre, il faut dire aux élèves ce que nous attendons d’eux. Il faut pouvoir discuter sur les sanctions et surtout avoir leur confiance », estime-t-il.

Brian Pitchen soutient qu’il est important que les élèves sachent qu’ils ont certaines responsabilités au niveau de la classe et qu’ils doivent les remplir. Les enseignants ont pris conscience qu’aujourd’hui la punition ne marche pas et qu’il faut changer d’attitude. Dans la majorité des cas, l’enseignant doit apprendre à comprendre les besoins de l’élève.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !