Actualités

Démarrage des examens du PSAC : sentiments mitigés à la sortie des salles d’examens

examens du PSAC

Le mardi 28 août a marqué les premières épreuves du Primary School Achievement Certificate (PSAC). Le Défi Quotidien est allé à la rencontre de quelques élèves, parents et enseignants. Ils nous en disent plus sur cette première journée.

Il est quelques minutes après 10 heures lorsque les premiers élèves courent vers la porte de sortie. À l’extérieur, des parents, visages crispés, faisaient les cents pas devant l’enceinte de l’école, poussent un ouf de soulagement lorsqu’ils aperçoivent leurs enfants. La première question que la plupart d’entre eux balancent «Alors, facile ou difficile ?» Les enfants se lancent alors dans une longue explication avec moult détails sur chaque numéro. Il faut bien les laisser ces quelques minutes d’échange avant de les approcher.

Tout le monde parle des sciences. Effectivement, mardi ils ont participé au Modular Assessement (Module 2) avec le questionnaire des sciences, un examen qui a duré une heure, de 9 à 10 heures.

Aujourd’hui, de 9 heures à 10 heures, les élèves du Grade 6 prendront part à l’examen d’histoire-géographie.

Pour rappel, les autres épreuves, soit, le français, l’anglais, les mathématiques, les langues orientales ainsi que le Kreol Morisien se tiendront en octobre prochain.

«De longues questions» selon les enseignants

Ils ne souhaitent pas témoigner à visage découvert et expriment des sentiments mitigés. L’un d’eux avance : « On peut dire que c’est un papier abordable mais pour réussir il faut bien comprendre les questions dont les phrases sont assez longues ». A.C, enseignante en Grade 6, estime pour sa part que les questions n’étaient pas aussi faciles à comprendre. « Je pense que les questions étaient très dures, surtout pour les enfants qui ont des difficultés en lecture ». R.G, qui travaille dans une école primaire de l’État, pense qu’il n’y avait pas de piège dans ce papier. «Les réponses devraient être directes. Ce questionnaire reflète exactement tout ce que nous avons couvert en classe. Je ne pense pas qu’il ait causé d’énormes difficultés aux étudiants ».


Des parents aussi stressés que leurs enfants

Chaque enfant approché pour un témoignage était en compagnie d’un parent et pour bien nous assurer qu’il accorde la permission de recueillir quelques mots, nous les avons aussi interrogés. Tous les parents avec lesquels nous nous sommes entretenus n’ont pas manqué de nous faire part de leurs inquiétudes. Ils sont bien plus stressés que leurs enfants. Ketty explique : « J’ai essayé de dissimuler mon inquiétude à ma fille. Mais ce matin, arrivés devant le portail, je lui faisais au revoir de la main comme d’habitude quand elle s’est retournée subitement pour se jeter dans mes bras. Elle a pleuré et moi aussi. C’est une épreuve stressante pour les parents aussi ».   Certains ont pris les dispositions pour rester quelques jours à la maison afin de déposer personnellement leurs enfants à l’école et les récupérer à la fin des épreuves.


Le mal au ventre : un symptôme commun le jour des examens 

Le mal au ventre dans ce genre de situation peut être attribué au stress, explique le Dr Goolaub, médecin généraliste. « Le stress peut provoquer des contractions de l’abdomen, donc des douleurs. De plus, cela est un signe que les nerfs sont fatigués, c’est le cerveau qui nous communique ce message. On ressent un mal au ventre et c’est parfois hors de notre contrôle » explique-t-il.

Il conseille aux parents de s’assurer que les enfants vont dormir tôt à la veille d’un examen. « Il ne faut pas demander à un enfant de réviser à la veille des examens. Il est trop tard pour cela, car son cerveau ne va retenir que ce qu’il a déjà appris. De plus, l’enfant a surtout besoin de relaxation qui va favoriser la concentration ».


Témoignages des étudiants

Iohnna : « La moitié du papier était facile »

Mère et fille n’avaient pas bonne mine avant les examens et étaient soulagées à la fin de cette épreuve. «Je trouve que la moitié du papier était plutôt facile, par contre pour l’autre moitié, les questions étaient un peu plus compliquées, surtout la dernière question, d’ailleurs j’ai un peu oublié le topic. Par contre, je pense que je me suis débrouillée pas trop mal ».

Mujtaba : « C’était cool »

Cool c’est le mot qui est revenu plusieurs fois de l’étudiant mais aussi de ses parents, car c’est l’attitude qu’il affichait avant les examens. « Je n’étais pas
stressé, car avec ma maîtresse nous avons beaucoup travaillé les questions d’examens et utilisé plusieurs livres. Je suis content car je pense que j’ai bien travaillé ».

Wayne : «Des questions faciles»

Sa mère raconte qu’à la veille des examens, il était stressé et a même fait des cauchemars, cependant c’est un Wayne souriant qui est revenu de la salle des examens. « J’ai bien révisé, dans tous les livres et j’ai pu répondre à toutes les questions. Je pensais que le papier allait être plus difficile et tous les jours je révisais jusqu’à très tard mais au final je trouve que les questions étaient faciles ».

Sufyan : «Les mêmes topics que nous avons révisés»

Il ressentait quelques douleurs au ventre avant les examens mais en classe ça allait mieux, nous raconte-t-il. « Ce sont tous des topics que nous avons révisés. Je pense que j’ai bien travaillé. Je me suis bien préparé à la maison avec ma maman et surtout avec mon professeur qui nous a fait beaucoup travaillé en classe. Les questions étaient plutôt faciles. Pour celles qui étaient plus compliquées, il a fallu les relire plusieurs fois pour bien comprendre mais par la suite les réponses sont venues d’elles-mêmes »