Live News

Vanessa Victoire, la première Mauricienne ingénieure maritime

Le 6 décembre 2021 restera pour elle une date mémorable. Vanessa Victoire, 31 ans, est devenue la première femme ingénieure maritime à Maurice. Elle doit sa passion pour l’ingénierie à son papa, mécanicien de profession. 

« En tant qu’ingénieure maritime, je me vois d’abord comme un individu mais faisant partie d’une équipe. Sur un bateau, chacun a ses compétences. Tous les talents travaillent ensemble pour assurer le bon fonctionnement des systèmes », dit Vanessa Victoire, 31 ans. Il lui arrive d’être la seule femme dans une équipe d’hommes. Elle a gagné leur respect.

Vanessa Victoire a obtenu son diplôme d’ingénieur maritime le 6 décembre 2021.
Vanessa Victoire a obtenu son diplôme d’ingénieur maritime le 6 décembre 2021.

Vanessa est actuellement en France. Elle a récemment appris qu’elle était la première femme mauricienne ingénieure maritime. Le 6 décembre, elle a passé son dernier examen oral en Angleterre et a reçu ses résultats. Elle est qualifiée « Engineer Officer of the Watch », c’est-à-dire qu’elle peut maintenant être de quart dans la salle des machines. Elle s’assure du bon fonctionnement des machines, de la sécurité de la navigation, que le bateau n’ait pas d’avarie et qu’il n’y ait pas de pollution de l’environnement. 

« Comme je communique de temps en temps avec le personnel de la Shipping Division de Maurice, dont le capitaine Coopen, Mme Hosanee et M. Donat, on m’a dit qu’il n’y avait aucune autre Mauricienne à ce poste à ce jour. J’ai fait des sacrifices pour donner vie à mes rêves. Je dédie cette bonne nouvelle à ma famille, à mon époux et à tous ceux qui m’ont soutenue », dit-elle. 

Passion pour la mécanique

Vanessa Victoire est née à Quatre-Bornes et a grandi à Saint-Paul, Phoenix. Dès l’enfance, elle s’est intéressée à la mécanique. Son papa, Mario, est mécanicien de profession. « Petite, je le contemplais dans son atelier. Ensuite, j’ai commencé à mettre la main à la pâte. » 

Elle fait sa scolarité dans les collèges Lorette de Saint-Pierre puis de Quatre-Bornes. Les sciences, principalement la physique, la passionnent. « Les sciences reposent sur la logique. Elles donnent tous les éléments de réponse. La physique, elle, est présente partout dans notre vie quotidienne. » Elle opte ainsi pour la physique, la chimie et les mathématiques comme matières principales. 

Il lui arrive d’être la seule femme dans une équipe d’hommes."

Après avoir obtenu le Higher School Certificate, Vanessa veut découvrir le monde du travail et économiser pour payer ses études tertiaires. Elle trouve un emploi dans un centre d’appel. En 2010, sa candidature est acceptée dans la filière d’ingénierie mécanique de l’université de Maurice. Les études durent quatre ans. « Contrairement à ce qu’on peut penser, les études d’ingénierie ne sont pas difficiles. Il suffit de se concentrer et de s’appliquer. Le seul bémol est qu’à Maurice, l’ingénierie se limite souvent à la gestion et à l’intervention après une panne. Je m’intéressais plus à la maintenance en service et au ‘condition monitoring’ », dit-elle. 

Pendant sa quatrième année d’études, elle décroche un stage au Chantier naval de l’océan Indien, à Port-Louis. La société est spécialisée dans la construction et la réparation de bateaux. Son rôle de stagiaire consiste à suivre les travaux effectués sur les navires accostant Maurice. Il y a notamment des bateaux de pêche, militaires et de petits pétroliers. 

Polyvalence

En 2016, l’occasion se présente de suivre des formations en Afrique du Sud. Elle s’initie à la soudure, au tournage, à la réfrigération et à l’électricité. « Cela m’a permis d’acquérir diverses aptitudes car sur un bateau au beau milieu de l’océan, il faut savoir faire des réparations en cas de problème. On ne peut dépendre que de nous. » 

Elle a eu l’occasion de travailler sur plusieurs types de bateaux.
Elle a eu l’occasion de travailler sur plusieurs types de bateaux.

À la fin de la même année, elle revient à Maurice pour participer aux cours de sécurité du « Standard of Training, Certification, and Watchkeeping » (STCW) à la Mauritius Maritime Training Academy, à Pointe-aux-Sables. Elle apprend les gestes de premier secours, se forme à la lutte contre l’incendie et à la survie en mer.

Elle officie ensuite comme Engine Cadet pour la société Sapmer, sur un de ses bateaux de pêche battant pavillon mauricien. Vanessa reste et travaille sur le bateau pendant cinq mois. Elle y rencontre l’amour de sa vie. Il est français et frigoriste-électricien. Ils se lient d’amitié d’abord. Avec le temps, leur amitié évolue. 

En 2019, elle est engagée sur un navire de ravitaillement offshore par la compagnie Bourbon. En 2020, il est prévu qu’elle effectue trois mois sur un navire en Égypte. « Avec la fermeture des frontières, je suis restée sur le navire pendant neuf mois car la pandémie a fait son apparition. On est resté en mer. Il y avait une crainte d’être exposé à la Covid-19 lors d’opérations avec les personnels des ports. Mais heureusement, notre entreprise avait mis en place des mesures de protection. Nous pensions aussi à notre famille et à leur santé. Grâce à la technologie, nous avons pu communiquer régulièrement avec nos proches. Le métier de marin est souvent difficile en raison de l’éloignement et le soutien familial est très important. » La Mauricienne tient le coup et voit une opportunité d’avancer dans son stage.

Cette année-là, elle célèbre Noël et le nouvel an à Maurice. Puis, elle met le cap sur l’Angleterre pour continuer sa formation à la Warsash Maritime Academy. Elle suit des cours en atelier et des formations STCW avancées, grâce à des amis qui la soutiennent durant son séjour là-bas.

En juillet 2021, elle se rend en France pour épouser l’élu de son cœur. Par la suite, elle se consacre aux révisions pour son examen oral. Aujourd’hui, Vanessa a un pied à Maurice et un autre en France. Elle souhaite continuer à naviguer, contribuer à la formation d’autres marins mauriciens dans le futur et guider les jeunes qui souhaiteraient devenir officiers.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !