Actualités

Vacances scolaires : quelle place accorder aux leçons particulières ?

Jemma Yallappa, Kaetinya Mardiapoullé, Bhawna Atmaram et Cindy Zéphir Jemma Yallappa, Kaetinya Mardiapoullé, Bhawna Atmaram et Cindy Zéphir

L’heure des vacances a sonné ! Après plus de trois mois passés sur les bancs scolaires, le deuxième trimestre a pris fin il y a quelques jours. Un peu de détente ne peut que faire du bien aux élèves… Devoirs, révisions et leçons particulières sont-ils de la partie ?

Le deuxième trimestre est considéré comme celui le plus long du cycle scolaire d’un élève. Les vacances sont du 13 juillet au 6 août pour les collégiens. Le troisième et dernier trimestre marque la fin du cycle scolaire qui est déterminant pour accéder à un grade supérieur.  Attention donc à ne pas trop relâcher, diront certains, tandis que d’autres préfèrent profiter à fond leurs vacances.

Jemma Yallappa.
Jemma Yallappa.

Jemma Yallappa, 18 ans, de Curepipe et en Lower VI, soutient que le moment est venu de s’appliquer, car les examens du troisième trimestre seront déterminants : « Je compte me concentrer sur mes leçons particulières et il ne me reste pas beaucoup de temps avant les grands examens. Je prends des leçons les jeudis et vendredis et le reste de la semaine est consacré aux révisions à la maison où je travaille sur des papiers des années précédentes afin d’être prête au moment venu. » Selon ses dires, elle essaie tant bien que mal d’avoir du temps pour elle pendant le week-end.

Trouver le juste milieu

Kaetinya, qui habite aussi le centre de l’île, compte profiter pleinement des vacances mais pas que... « Je pense faire une sortie entre amis afin de nous retrouver et passer de bons moments ensemble, confie-t-elle. Nous organiserons diverses sorties pour nous changer les idées. Nous pensons aux parcs d’attraction et des randonnées, histoire de nous distraire. Toutefois, ce n’est pas pour autant que je délaisserais mes livres ! »

Kaetinya Mardiapoullé.
Kaetinya Mardiapoullé.

Pour sa part, Emmanuella parent d’élève, estime qu’il faudrait peser le pour et le contre des leçons particulières.  « Certes, c’est la dernière ligne droite et il ne faudrait pas flancher au dernier moment. Il faut garder la tête sur les épaules, malgré les vacances. Toutefois, les leçons ont tendance à commencer plus tôt et terminer tard. De ce fait, à la fin des vacances, l’élève est toujours fatigué. » Elle ajoute :

« Pour la benjamine de la famille, c’est une bonne chose, elle y prend goût, car c’est plus facile pour elle de comprendre les explications de l’enseignant. »
Elle précise, qu’en tant que parent, elle ne met pas énormément de pression pour exiger que son enfant apprenne. « Elle est assez grande pour prendre ses responsabilités, mais j’ai néanmoins un rôle de parent pour la rappeler à l’ordre au cas où elle délaisserait ses études. »

Eric Pelle, père de deux filles de 11 et 8 ans, avance que pour le primaire cela dépend de la classe de l’enfant. « En général, nous ne sommes pas des parents qui demandent à nos enfants d’avoir le nez dans leurs livres matin, midi et soir, mais il y a un minimum et cela dépend de l’âge de l’enfant. L’aînée est en Grade 6 et c’est la dernière ligne droite. Je me plie donc aux exigences de son enseignante et je m’assure qu’elle ne manque pas ses leçons, tandis que celle qui est en Grade 3, je ne demande que 30 minutes de lecture supervisée par jour. Je pense que c’est tout à fait raisonnable. » Il précise qu’il est à l’écoute de ses enfants et qu’il fait en sorte de prendre quelques jours de congé pour passer du bon temps avec elles et leur faire plaisir.


Stéphane Oozeer, vice-président d’Alphalec : «Il faut bannir les leçons particulières pendant les vacances»

Stéphane Oozeer

« Les leçons particulières pendant les vacances ne sont pas une bonne chose, car les élèves doivent se relaxer et vivre leur vie d’enfant. Pendant la période scolaire, ils sont submergés de devoirs et de leçons à apprendre et leur petit cerveau n’a pas le temps de se reposer. Au niveau de notre association, nous faisons l’alphabétisation des enfants de sept ans à monter et des adultes. Quand un enfant a du mal à travailler à l’école, on peut l’encadrer de plusieurs autres façons au lieu de le priver de ses vacances. Pour un enfant qui a des problèmes en primaire, il ne faut pas lui redonner la même formation, car cela n’améliorera pas la situation.  À noter que nous fermons nos portes pendant les vacances scolaires. Durant cette période, il faut que les enfants se reposent et fassent des activités physiques qui leur permettront de s’épanouir ou tout simplement passer du bon temps en famille et entre amis», dit-il.


Bhawna Atmaram, enseignante au secondaire : «Un emploi du temps pour les révisions»

Bhawna Atmaram
Bhawna Atmaram

Qui dit vacances scolaires, dit relaxation, loisirs, sorties. Enfin, l’occasion rêvée pour s’adonner à ses passe-temps favoris et ne plus penser aux devoirs et contrôles! Une bonne excuse pour mettre de côté cartables, livres, cahiers et plumiers ? Attention, nuance ! « Les trois semaines de vacances, dans le secondaire, passent très rapidement. C’est même un choc pour certains qui se retrouvent en plein stress des examens du troisième trimestre qui est d’ailleurs moins long. Ceux qui prennent part aux épreuves de Cambridge en savent quelque chose. Certes, c’est important de se ressourcer psychologiquement et physiquement, de s’accorder une pause-détente, mais il est aussi crucial de mettre sur pied un emploi du temps pour un plan de révision sur une base individuelle ou collective où on peut s’entraider entre amis. La lecture, les documentaires, voire les vidéos d’explications sur Youtube ayant trait à diverses matières académiques peuvent contribuer dans la phase des révisions. C’est ainsi qu’à la rentrée, les élèves affronteront sereinement le tournant décisif de l’année académique ! »


Yovanee Moothoosamy, enseignante au primaire : «Les leçons particulières ne sont pas un ‘must’ pour les petits»

« Pour les jeunes écoliers, les leçons particulières ne sont pas obligatoires durant les vacances. Les leçons particulières servent souvent aux parents qui travaillent, car c’est un moyen pour compenser leur absence au niveau académique de leur enfant. Ce dernier est encadré à l’école par son professeur, le travail est fait à l’école et je ne vois pas l’intérêt de leur faire suivre des cours durant les vacances. À moins qu’ils aient vraiment de grosses faiblesses. Là, c’est autre chose ! Même si les vacances signifient pour la plupart ‘met liv de kote’, il faut impérativement avoir une balance. Les parents doivent s’assurer que l’enfant accorde du temps à la lecture, très importante, qui fait partie de l’éducation. Ils peuvent aussi l’inscrire dans les ateliers pour diverses activités. Cela aidera à leur développement et élargira leurs connaissances. »


Témoignages

Cindy Zéphir, maman : «Il ne faut pas mettre les révisions de côté»

Cindy Zéphir
Cindy Zéphir

« Les vacances ne sont pas une raison pour mettre les livres de côté. Je suis personnellement pour les devoirs durant cette période. Je suis claire et nette sur cet aspect et mes enfants le savent. Certes, ils n’étudieront pas toute une journée comme à l’école. » Cindy, mère de deux filles de neuf et six ans, ajoute : « Il faut un suivi au niveau des études malgré la trêve scolaire. Il ne faut pas tout arrêter. D’ailleurs, pour l’aînée, j’ai prévu des ‘test-papers’ qu’elle fera à la maison. Les révisions ne seront pas mises de côté. De plus, ma fille est en Grade 5 et elle doit se préparer pour les examens du PSAC dans un an. »


Yuvan Susty, 9 ans : «Je serais triste si je devais prendre des leçons pendant les vacances»

Yuvan Susty
Yuvan Susty

Le petit Yuvan est en vacances depuis une semaine déjà. Sa grande sœur, Kareena, nous explique qu’il s’adonne à ses activités préférées pendant les vacances. « Il ne va pas prendre des leçons parce que le programme scolaire est déjà bien chargé et les vacances lui font beaucoup de bien. Pendant ses vacances, la famille passe plus de temps avec lui et cela renforce nos liens. » « Je m’amuse avec mon petit frère et aux jeux vidéos que j’aime bien, confie Yuvan. De temps en temps et, avec mes parents, nous allons chez mes cousins, à la plage ou au cinéma. Je serais triste si j’avais à prendre des leçons pendant mes vacances car il n’y aura pas de différence avec les jours d’école». »


Questions à Dr Naazim Mohungoo, pédopsychiatre : «Un enfant mérite ses vacances»

Les enfants ont ils besoin d’un ‘break’ pendant les vacances ?
De nos jours, les parents accordent beaucoup d’attention à la performance de l’enfant au niveau des études, sans pour autant prendre le temps de veiller à son bien-être spirituel et physique. Les questions les plus souvent posées par les parents sont : ‘As-tu fais tes devoirs ? Tu ne révises pas ?’ et non pas ‘Comment as-tu passé ta journée?’ De ce fait, les enfants attendent avec impatience les vacances pour pouvoir se socialiser, se décontracter et prendre un ‘break’ de l’école. Tout être humain a besoin d’une pause à un moment de sa journée et durant l’année. L’enfant n’est pas différent des adultes. Cela explique souvent la réticence des enfants lorsqu’on leur demande de s’adonner aux révisions durant les vacances.

Le cerveau de l’enfant peut-il travailler tout au long de l’année ?
Biologiquement, oui. En fait, le cerveau de l’enfant travaille tout le long de l’année. Un enfant jongle avec de multiples choses en même temps : études académiques, réseaux sociaux, activités extrascolaires, relations familiales et changements physiques et hormonaux. Faire un «break» est donc une étape importante pour se développer globalement. Un enfant qui est toujours (prié) d’aller apprendre en aura ras le bol. Cela peut engendrer l’opposition et les difficultés familiales que l’on met sur le dos des adolescents. Comme les adultes prennent des vacances du boulot pour limiter le stress et prendre du recul, il en va de même pour l’enfant afin d’éviter un ‘burn-out’ et des soucis psychologiques et physiques qui risquent d’avoir un impact sur sa santé mentale. En résumé, l’enfant mérite bien ses vacances.