Interview

Jean-Jacques Fasquel (consultant en développement durable) : «Il faut encourager les Mauriciens à produire leur propre compost»

Jean-Jacques Fasquel

Jean-Jacques Fasquel, consultant en développement durable, était de passage à Maurice pour animer un atelier sur le jardinage biologique et de compost au LUX* Le Morne. Voici ses conseils pour produire son propre compost.

Pourquoi doit-on composter nos déchets ?
Le compostage est une transformation maîtrisée, en présence d’oxygène, des déchets organiques par l’action mécanique et chimique de micro et macro organismes, en vue d’obtenir un amendement et un fertilisant stabilisé pour le jardin. Le compost améliore l’état de santé global du sol et sa résilience aux stress, notamment à la sécheresse, ainsi que son adaptation au changement climatique.

Nos biodéchets sont aujourd’hui incinérés ou enfouis : une perte de matière aux mille vertus, un coût de traitement élevé et des pollutions induites. Selon moi, le compost est une riche source de matière organique, une substance vitale pour l’atmosphère, la rétention d’eau et des éléments nutritifs. La matière organique des sols joue un rôle majeur dans le maintien de la fertilité des sols et par voie de conséquence, dans la durabilité de la production agricole. En venant animer cet atelier, mon but est d’encourager les Mauriciens à produire leur propre compost.

Quels sont les différents types de composts qu’on peut avoir chez soi ?
À l’échelle individuelle, quand on a la chance d’avoir un jardin on peut composter en bacs (en fonction de la taille de votre jardin) de plus en plus souvent distribués par les collectivités ou même en tas pour les déchets de jardin. Quand on vit en appartement, on composte collectivement (dispositif hors-sol composé de différents plateaux empilés et un réservoir pour récupérer les jus).

Quels sont vos conseils pour réussir son compost de jardin ?
Il y a trois règles de base. La première est d’équilibrer son compost : à chaque apport de déchets verts, mous et humides (épluchures) il faut systématiquement rajouter une couche de déchets bruns, durs et secs (feuilles mortes, bois broyés, papier journal, boîte d’œufs). La deuxième est d’oxygéner son compost en le brassant régulièrement. La dernière est de maintenir une certaine humidité en arrosant au besoin son compost.

Qui est Jean-Jacques Fasquel ?

Jean-Jacques Fasquel est un consultant français en développement durable. Il devient maître-composteur après avoir reçu une formation par le Comité Jean Pain. En 2008, il crée le premier site de compost collectif au pied d’un immeuble. Il a aussi entamé une croisade contre le gaspillage afin de changer les habitudes des citadins prompts à tout jeter dans le vide-ordures. Depuis 2010, il propose des accompagnements en matière de compostage à travers son site web www.compostory.fr.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • I want to grow my income