Live News

Internet : les dangers des réseaux sociaux

Les utilisateurs des réseaux sociaux peuvent être victimes d’harcèlement ou tomber sur des contenus choquants par exemple.

Les réseaux sociaux permettent de tisser des liens, de partager des souvenirs et de faire de nouvelles connaissances. Mais ces plateformes sont des lames à double tranchant qui comportent des risques. Mieux connaître les dangers des réseaux sociaux permet d’en profiter en limitant les risques au maximum.

Les risques

Piratage

Les utilisateurs des réseaux sociaux ne sont pas à l’abri du piratage de leurs comptes. En effet, les pirates informatiques disposent de différentes méthodes pour accéder à des comptes qui ne leur appartiennent pas. L’une d’elles qui a récemment fait le buzz à Maurice est le piratage à travers la fonction « Trusted friends » (amis de confiance) de Facebook. Ce réseau social permet de récupérer un compte en envoyant un code à certains des contacts qui doivent les renvoyer à la personne dont le compte est bloqué. Le pirate se fait passer pour un ami et demande à sa victime de lui renvoyer un code que Facebook lui a envoyé. En fait, il tente de se connecter au compte de la victime et active la fonction de récupération en cas d’oubli du mot de passe. La victime renvoie alors le code pensant aider son ami, mais en réalité, il aide le pirate à accéder à son propre compte.

Harcèlement et insulte

De nombreux utilisateurs de réseaux sociaux sont régulièrement victimes de harcèlement ou d’insultes sur ces plateformes. Il peut s’agit de commentaires déplacés dans les publications des victimes ou du détournement de photos, entre autres. Ces actions peuvent paraître anodines, notamment aux yeux de leurs auteurs, mais elles ont parfois de graves conséquences. En effet, elles peuvent être la cause de dépression, voire de suicide chez les victimes les plus fragiles psychologiquement, notamment les adolescents. 

Contenus inappropriés 

Bien que les réseaux sociaux mettent à disposition des utilisateurs le moyen de signaler les contenus inappropriés et disposent d’équipes de modérateurs, il n’est pas rare de tomber sur des publications choquantes. Cela peut s’agir de vidéos ou de photos à caractère sexuel, d’images de violences, d’insultes, de propos racistes ou encore d’incitation à la haine. Malheureusement, même quand ces contenus sont signalés, ils peuvent être consultés et partagés le temps de la procédure. C’est l’une des raisons qui a poussé l’Information and Communication Technologies Authority (Icta) à proposer récemment un système de contrôle des réseaux sociaux à travers une consultation publique.

Usurpations d’identité 

Il est très facile pour n’importe qui d’usurper l’identité de quelqu’un sur les réseaux sociaux. Il suffit de télécharger les photos publiées sur un réseau social par la victime et de créer un nouveau compte avec le même nom. L’usurpateur y ajoute alors les photos téléchargées ainsi que les informations de sa victime comme sa date de naissance, son lieu de résidence et sa profession. Il bloque ensuite la victime afin que cette dernière n’ait pas connaissance de ce faux compte. Enfin, il envoie des demandes d’ami (friend request) aux contacts de la victime prétextant qu’il s’agit d’un nouveau compte.

Fraudes 

L’usurpation d’identité ainsi que les faux comptes en général sont souvent utilisés à des fins d’escroquerie ou de fraudes. Il peut s’agir par exemple de faux commerçants en ligne qui proposent des articles puis ne donnent plus signe de vie une fois le paiement effectué par leurs victimes. Une escroquerie est de plus en plus courante à Maurice sur les réseaux sociaux, notamment Facebook. Il s’agit de la vente de fausses photos et vidéos érotiques. Des escrocs qui ont souvent usurpé l’identité de jeunes femmes se font passer pour ces dernières. Ils proposent ensuite à leurs victimes des photos, vidéos ou appels vidéo érotiques. Une fois les paiements en ligne effectués, ils bloquent leurs victimes et ne donnent plus signe de vie.

Chantages à caractère sexuel

Toujours dans le registre du sexe, des utilisateurs peuvent être victimes de chantage à caractère sexuel, aussi appelé sextorsion (contraction des mots « sexe » et « extorsion »). Différents types de sextorsion existent. Lors de rapports sexuels par exemple, des victimes sont filmées à leur insu par leurs partenaires. Ces derniers les menacent ensuite de publier ces images sur les réseaux sociaux à moins d’obtenir d’autres faveurs. La seconde méthode est d’enregistrer la victime lors d’un acte sexuel effectué pendant un appel vidéo, puis de la faire chanter ensuite. Dans ce dernier exemple, les auteurs peuvent être des escrocs qui utilisent de faux comptes ou leurs vrais profils sur les réseaux sociaux et qui abusent de la confiance de leurs victimes.

Filatures 

Les contenus que les utilisateurs publient sur les réseaux sociaux sont par défaut publics. C’est pourquoi les réseaux sociaux peuvent permettre à des personnes mal intentionnées d’espionner leurs victimes. Et même si ces dernières bloquent les auteurs de filatures numériques, ces derniers peuvent facilement créer de faux comptes pour reprendre cette activité, à moins que les personnes ciblées haussent la confidentialité de leurs profils.

Mauvaises rencontres

Tout le monde n’a pas de bonnes intentions sur les réseaux sociaux. Se sentant protégés derrière leurs écrans contrairement aux rencontres en tête-à-tête, les utilisateurs sont souvent moins méfiants sur les réseaux sociaux. D’un autre côté, ces plateformes permettent également à des personnes mal intentionnées de contacter plus facilement de nombreuses victimes potentielles. Le meurtrier présumé Umyad Ebrahim qui est accusé de l’assassinat d’au moins deux femmes aurait rencontré ses victimes sur les réseaux sociaux.

 Les chiffres

Internet-reseaux-sociaux

Les mesures de prévention

Le risque zér0 n’existe pas sur les réseaux sociaux, mais certaines mesures préventives peuvent permettre de limiter les risques. En voici quelques-unes : 

  • Choisissez des mots de passe avec des lettres minuscules, des lettres majuscules, des chiffres et des caractères spéciaux.
  • Choisissez un mot de passe différent pour chaque compte.
  • Changez de mot de passe régulièrement.
  • Signalez et bloquez les utilisateurs mal intentionnés.
  • Signalez les contenus inappropriés.
  • Instaurez des critères de confidentialité, comme l’accès à vos informations et à vos contenus uniquement à vos contacts.
  • Acceptez les demandes d’amis que de personnes que vous connaissez et en qui vous avez confiance.
  • Méfiez-vous des messages louches, même de la part de vos contacts.
  • Acceptez d’être filmé ou photographié que par des personnes de confiance.
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !