Economie

Ces compagnies qui ne jurent que par le recyclage

Pallet World Limited

Le secteur du recyclage prendrait-il de l’ampleur dans le pays ? On aurait tendance à le croire avec la vingtaine de compagnies qui se sont implantées depuis quelques années. Incursion dans quatre d’entre elles.

Pallet World Limited : l’art de recycler le bois

Pallet World Ltd est un grand fournisseur et producteur indépendant de palettes neuves et reconditionnées (traitées thermiquement) ainsi que de produits dérivés de bois sur mesure. La compagnie, qui a été incorporée en 2008 à l’Espérance, s’est imposée comme l’une des premières sociétés de livraison de palettes à Maurice. À sa tête Sharanand Cullychurn et son père, Shreedanand.

L’idée au départ, c’est de gérer le nombre de déchets déversés à Mare Chicose. Le recyclage est donc un moyen d’atténuer ce problème.

En pleine expansion aujourd’hui, l’entreprise propose des solutions complètes de fabrication et de recyclage de palettes en bois pour le marché mauricien  et pour l’exportation. Pour ce faire, l’entreprise possède une dizaine de camions chargés de la collecte des déchets de bois sur toute l’ile et des zones industrielles : des chantiers de construction, des hôtels, des forêts.

Le directeur explique le procédé : « Une fois les déchets de bois recyclés, ceux-ci sont broyés pour former de la poussière. Cette poussière est ensuite compressée pour donner forme à des wood pellets. On les transforme par la suite. »

À ce jour, avec l’aide de 50 employés, l’entreprise produit plus de 8 000 palettes par mois. La société fournit ainsi une clientèle variée, allant de petites entreprises familiales aux sociétés multinationales. Celles-ci incluent Princes Tuna (Mauritius) Ltd, Kolos Cement Ltd, Lafarge (Mauritius) Ltd, Maurilait Production Ltée, Cernol Marketing Ltd, OTF Export Ltd, Phoenix Beverages Ltd, Mauvilac Ltd, Super U, entre autres.

Pour le directeur, il est indéniable qu’il y a un futur dans ce secteur. D’ailleurs, le prochain objectif de la compagnie est de travailler à produire de la chaleur à partir de déchets de bois.


Soge International Co Ltd : le spécialiste des déchets textiles

sogeSoge International, société implantée dans les années 2000, est spécialisée dans la collecte, le triage, la transformation et l’exportation des déchets textiles. Celui qui le dirige, c’est Somna Deoduth, 51 ans. La société travaille aussi bien avec des entreprises mauriciennes qu’étrangères. « Nos marchés sont l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Hollande, le Royaume-Uni, le Portugal, la Belgique, la Pologne, l’Irlande, le Mexique, les États-Unis, le Canada et l’Extrême-Orient », explique le directeur. La société achète plus de 100 tonnes de déchets (laine, synthétique et coton) par mois. Ils sont collectés et triés selon les spécifications du client. Des balles sont pressées hydrauliquement. L’entreprise produit aussi du coton ou du polyester pour la fabrication de fils et de fibres dans l’industrie automobile et dans d’autres secteurs. Les produits finis sont ensuite exportés pour être revendus.

Toutefois, Somna Deoduth n’est pas optimiste concernant l’avenir des entreprises de recyclage qui travaillent pour le textile. Ce dernier avance qu’il a perdu un de ses principaux clients, la Chine. Depuis le 1er janvier de cette année, le pays a interdit l’importation de 24 types de déchets solides. « Cette situation nous affecte au plus haut point », dit-il.


Ecogreen Power : un projet innovant pour le recyclage de bouteilles

ecogreen

Ecogreen Power est une société de recyclage incorporée en 2016. Le principal objectif de la société est de contribuer à résoudre les problèmes environnementaux à Maurice, en introduisant des machines de broyage appelées Ecobin.

Tout commence par l’intérêt  grandissant d’Ayushi Sewbalak pour la conservation de l’environnement pendant ses études. Elle entraîne son père, Dawa, dans son projet et tous deux imaginent et créent le concept de la machine de broyage. Toutefois, pour la construction d’Ecobin, le père collabore avec le directeur de Power Gate Surveillance Ltd, entreprise soécialisée dans le métal et le système d’automatisation depuis 2005. Les deux directeurs ont mis deux ans pour concevoir, créer et mettre en œuvre ce projet. Le produit est une boîte en métal de 1800 x 1800 mm, composée de deux machines de concassage conçues pour collecter et écraser les bouteilles en PET. Par ailleurs, pour attirer les enfants, des autocollants de dessins animés montrant un visage souriant sont placés sur la face avant de la boîte. « Éduquer les jeunes générations à un âge précoce contribuera à façonner un environnement futur propre et meilleur », fait ressortir Ayushi Sewbalak.

Comment fonctionne la boîte ? Le bouchon de la bouteille en plastique doit être retiré et placé dans la bouche du personnage de dessin animé. Un poignet doit être tiré vers le bas pour que la bouteille en plastique puisse être écrasée. Ces bouteilles écrasées subissent un traitement supplémentaire à des fins de recyclage.

Ecogreen Power Ltd vend ses Ecobins de Rs 19 000 à Rs 32 000 dépendant de la dimension. Elle propose la livraison et la fixation des boîtes, selon les exigences du client. Un suivi est assuré sur la quantité de bouteilles collectées. La société les achète aux clients au prix de Rs 4 le kilo et les vend à des entreprises de recyclage. Elle prend aussi en compte les frais de maintenance et de réparation. Ses clients sont, entre autres, les conseils de district, les Rotary Clubs, la Beach Authority, Gamma Materials, Currimjee Foundation, MCB Forward Foundation.

Ayushi Sewbalak explique que la société avait des difficultés financières pour fabriquer des bacs écologiques en raison d’un manque de capital initial. « Notre demande de prêt a été rejetée car la banque n’était pas en mesure de nous financer », explique-t-elle. En tant que jeune entrepreneur, Ayushi Sewbalak s’est assurée de posséder tous les brevets requis auprès du ministère des Affaires étrangères afin de protéger ses produits et services.
Avec ses dix employés aujourd’hui, l’entrepreneur affirme que le secteur du recyclage réserve plein de promesses. D’ailleurs, père et fille travaillent activement sur de nouveaux projets afin de pouvoir recycler davantage de produits.


Plaspak Ltd : miser sur les plastiques biodégradables et recyclables

plaspak

En opération depuis 1977, Plaspak Ltd est l’un des principaux fabricants de plastique à Maurice. Le groupe, qui compte environ 80 employés, fabrique des emballages en plastique pour différents segments de l’industrie, ainsi que des gaines en rouleaux. Toutefois, dans un souci de contribuer à un environnement plus vert, l’entreprise produit également des produits plastiques 100% biodégradables et recyclables.

Avec la disponibilité des matières premières et une demande du marché, Sunil Chetty, le General Manager, explique que le projet est fiable. Il est ainsi principalement question de recyclage industriel. Ce qui fait qu’il faut toute une logistique organisée pour les collectes de plastique dans une vingtaine d’entreprises. « Nous avons par ailleurs une série de machines destinées à trier, mutiler et faire fondre le plastique. Le produit fini est en forme de granulé », explique Sunil Chetty. Par ailleurs, le groupe, pour le moment, ne fait pas de recyclage car ce n’est pas chose aisée. Pour le Manager General, le gouvernement doit venir à la rescousse de la société pour atteindre ce secteur.

Pour ce dernier, réussir dans ce domaine requiert une bonne organisation. D’ailleurs, vu le succès du recyclage, le groupe va de l’avant avec d’autres projets, notamment celui de fabriquer des produits qui s’adaptent aux technologies modernes afin de contrecarrer les importations venant des pays avancés.

Related Article