Live News

Assassinat de Manan Fakhoo : portrait des deux suspects

Antish Gowry et Nitish Yerukanaidoo sont en cellule policière dans l’enquête sur fond de tentative de meurtre depuis vendredi.

Antish Gowry collectionne les délits

Antish Gowry, 30 ans, et Ikish Yerukanaidoo, 36 ans, aussi connu comme Nitish, sont en cellule policière dans l’enquête sur fond de tentative de meurtre depuis vendredi. Les faits se sont produits dimanche 17 janvier dernier aux petites heures du matin. Les deux hommes, après une altercation virulente avec Manan Fakhoo et d’autres personnes, avaient foncé leur voiture sur eux. Maintenant, avec la mort de Manan Fakhoo, tué lors d’une fusillade, le mercredi 20 janvier, voilà les deux hommes suspectés dans cette affaire également. Pour l’heure, ils nient les faits.

Zoom sur deux suspects aux caractères très distincts. Antish Gowry, alias Lérat, est originaire de l’Agrément, Saint-Pierre. Le jeune homme est connu dans son quartier comme une petite frappe qui vit avec sa famille. « Si ou demann 100 dimoun, 90 pou dir ou ki li enn latet dir », lâche un habitant de la localité. Il s’est fait connaître de la police, notamment, pour des délits liés à la drogue. « Li abitie gagn trape pou ladrog », nous dit un autre sous le couvert de l’anonymat. Au fil des années, il a étoffé son casier judiciaire, n’hésitant pas à se livrer à la violence. Il a déjà été impliqué dans une affaire d’agression, selon la police. « Li enn bandi mem li. Li ena sa leker la. », tonne un résident.

Un ami d’Antish Gowry souligne cependant que, malgré ces délits qui lui collent à la peau, il ne peut avoir agi de la sorte. « Je le connais très bien. Nous avons presque grandi ensemble. Il a certes eu des problèmes de drogue avec la police. Selman mo pa krwar li pou kapav fer enn zafer parey. Zame li pou kapav fer sa li », lâche ce dernier.

Nitish Yerukanaidoo :  un fils exemplaire

Quelques mètres plus loin, à Circonstance, habite Nitish Yerukanaidoo, âgé de 36 ans. Ce père de famille, selon sa mère, est une personne sans histoires. «  Nitish enn bon garson », lâche la dame, qui peine à croire ce qui s’est passé. Cet entrepreneur a passé toute son enfance à Saint-Pierre. Il est issu d’une fratrie de quatre enfants, dont il est le seul garçon. « Il a trois grandes sœurs et lui, c’est le benjamin de la famille et mon seul fils », explique sa mère.

« Il a toujours été un fils exemplaire. Il n’a jamais haussé le ton envers moi ou même d’autres personnes à ce que je sache. Si mo dir li enn zafer, zame li pou reponn », ajoute cette mère. Cela fait un moment, dit-elle, que les services de son fils sont requis comme vigile lors des soirées. « Li pa ale souvan. Me ena fwa li ale dan samdi, dimans li retourne », nous dit-elle.

 Le week-end dernier, poursuit-elle, son fils a été agressé. « Linn gagn enn kout dibwa deryer so latet. Linn bien blese. Selman mo pa kone kinn arive. Premie fwa li gagn zafer lapolis », se désole la maman. Elle précise qu’elle croit en l’innocence de son fils.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !