Live News

Tempête tropicale intense : quel impact et quel coût sur les secteurs affectés ?

La tempête tropicale a causé plusieurs millions de pertes dans divers secteurs.

Les activités dans divers secteurs économiques du pays étaient au point mort pendant deux jours lors du passage du cyclone Berguitta. À combien s’élèvent les pertes subies par les operateurs ? Quel coût cela représente à l’économie ? Le point. 

Tourisme : Un manque à gagner de Rs 35 à Rs 45 millions par jour

Jocelyn Kwok, CEO de l’Association des hôteliers et restaurateurs de l’île Maurice (Ahrim), est catégorique. Les deux jours d’alerte de classe 3, dira-t-il, ont eu un impact certain sur les activités touristiques. « Toutes les sorties, excursions, activités nautiques, journées de golf, entre autres, ont été annulées. Il faut aussi mentionner tous les commerces et opérateurs de restauration qui souffrent d’un manque à gagner par rapport aux flux touristiques. » Une seule journée pour ces activités, hors hébergement et hors repas, se chiffre pour l’ensemble des opérateurs concernés à environ 35 à 45 millions de roupies comme manque à gagner, selon lui. En cette saison pleine, la perte est plus importante, a souligné le CEO de l’Ahrim. Toutefois, a noté Jocelyn Kwok, il n’y a pas trop de dégâts matériels à signaler.

Sur la côte est, les marées ont abîmé certaines plages et des kiosques. Jocelyn Kwok est d’avis que les marées des prochains jours auront aussi un impact sur l’écosystème. « Les dégâts sur les parcours de golf sont certains et il faudra plusieurs jours pour les remettre en état. » Et de poursuivre que la fermeture de l’aéroport et les vols déprogrammés, accompagnés de préavis adéquats, ont permis une gestion plus efficace de cette situation de crise. Et d’ajouter : « Les clients dans l’obligation de prolonger leur séjour sont pour la plupart couverts par des polices d’assurance de leurs tour-opérateurs. » 

Textile : Rs 200 millions de pertes

Berguitta oblige, les opérations dans les usines textile étaient à l’arrêt pendant deux jours. Par conséquent, le secteur du textile à Maurice a subi des perte d’environ Rs 200 millions. Tel est le constat d’Ahmed Parkar, CEO du Star Knitwear Group et membre de la Mauritius Export Association (Mexa). « Les revenus dans le textile, à Maurice, s’élèvent à environ Rs 2,5  milliards par mois. Avec deux jours de congé forcé, le secteur a subi des pertes de quelque Rs 200 millions. L’impact de Berguitta se fera encore sentir dans les jours à venir. Les employés d’usine devront faire des heures supplémentaires pour que les commandes soient respectées. Ce qui implique des coûts additionnels pour ces entreprises. »  Il faudra 20 heures de rattrapage qui représentent les heures supplémentaires pendant  un demi-mois, selon ce dernier.

Commerce : Un manque à gagner de 85 %

Magasins, supermarchés, boulangeries, quincailleries, centres commerciaux. Quasiment tous les commerces ont fermé leurs portes pendant ces deux derniers jours de temps cyclonique. Le commerce est dans  une situation critique, selon Raj Appadu, président du Front commun des commerçants de l’île Maurice. « Avec les averses qui se sont abattues avant le passage du cyclone, le commerce tournait déjà au ralenti. Maintenant, avec deux jours de congé forcé, la situation a empiré. » Il faut compter un manque à gagner de 85 % sur les revenus ces derniers jours, selon ce dernier. Par ailleurs, a-t-il fait ressortir, certains commerces ont subi des dégâts à la suite d’accumulations d’eau. « C’est un coût important pour ces commerces. Ils auront des difficultés à redynamiser leurs activités. » Toutefois, il est à noter que malgré le temps cyclonique, quelques commerces étaient opérationnels, telles les pharmacies et les tabagies. 

Pêche : Rs 290 par jour pour 2 300 pêcheurs inscrits

Depuis deux semaines, les pêcheurs ne sont pas en mesure de subvenir à leurs besoins, note Judex Ramphul, président du syndicat des pêcheurs.

« Après Ava, des averses se sont abattues et la mer était démontée. Normalement, un pêcheur travaille en moyenne Rs 400 par jour. Avec le passage de la tempête tropicale Berguitta, il faut attendre au moins 10 jours avant que la situation en mer ne revienne à  la normale. Ainsi, cela fait un énorme manque à gagner pour les pêcheurs. » En cas de mauvais temps, le gouvernement offre toutefois une aide sociale de Rs 290 par jour aux pêcheurs inscrits, selon ce dernier. À ce jour, 2 300 pêcheurs sont inscrits auprès des autorités compétentes, mais un certain nombre d’entre eux ne reçoivent pas cette aide sociale.

« Je fais un appel au gouvernement en faveur des petits pêcheurs pour qu’ils touchent aussi cette allocation », a déclaré Judex Ramphul.

Activités portuaires : Plusieurs millions de pertes

En raison de l’alerte cyclonique 3, qui a prévalu à Maurice pendant deux jours, mercredi et jeudi, l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam, à Plaisance, a dû interrompre ses activités. Cette situation coûtera cher à la compagnie d’aviation nationale. Il  est trop tôt pour chiffrer les pertes à ce stade, selon Prem Sewpaul, responsable de communication chez Air Mauritius. Mais ce dernier estime qu’elles s’élèvent à plusieurs millions de  roupies.

« Les coûts concernent notamment l’hébergement des passagers qui sont en transit, ceux qui avaient déjà enregistré leurs bagages, les avions restés bloqués dans d’autres destinations et les ressources déployées en situation de crise. »

Construction : manque à gagner de Rs 50 M par jour

Depuis lundi, les 40 000 employés du secteur de la construction doivent prendre leur mal en patience. En effet, qui dit pluie, vent et cyclone, dit pas de travail. « La construction connaît une semaine creuse. Ce qui représente un manque à gagner de Rs 50 millions par jour. Il faudra aussi prévoir du retard dans les travaux de construction, soit d’au moins d’une semaine, car les infrastructures sont mouillées », indique Bhooshan Ramloll, ancien président de la Building & Civil Engineering Contractors Association (Baceca). En conséquent, ce n’est que le 29 janvier prochain que l’industrie du bâtiment devrait tourner à plein régime.

Jouer Mega Millions