Législatives 2019

Réalisations : le nouveau gouvernement a-t-il besoin de 100 jours pour faire ses preuves ?

Ajay Daby, Lindsay Rivière et Raouf Bundhun, l’ex-vice-président de la République (photo d’archives).

Le gouvernement mené par Pravind Jugnauth comme Premier ministre a été reconduit le 8 novembre 2019. La prestation de serment des nouveaux ministres, dont une bonne partie est néophyte, a eu lieu mardi à la State House. Mais ce gouvernement nécessite-t-il 100 jours pour faire ses preuves comme tel a été le cas dans le passé pour les précédents régimes ? 

Le régime gouvernemental, qui a été mis en place il y a une semaine par l’électorat à la suite des élections générales, échappe-t-il à la règle de ‘100 zour pou sanz ou lavi’ de la population ? Selon l’avocat et ancien Speaker de l’Assemblée nationale, Ajay Daby, le concept de changer la vie de la population dans un laps de temps (NdlR : qui est courant à l’étranger) est devenu comme « une formule-gadget». Dans la pratique, précise notre interlocuteur, il n’y a aucune obligation légale obligeant un gouvernement à concrétiser ses promesses, ou encore à faire ses preuves en vue de gagner la confiance de la population dans un certain délai.

Des gouvernements s’imposent des objectifs

« Il n’y a aucune provision de la loi qui stipule qu’un gouvernement doit faire ses preuves dans un laps de temps. Des gouvernements ont toutefois tendance à s’imposer un objectif qui est de réaliser leurs projets dans un certain délai. Mais que ce soit dans 100 jours ou dans 100 mois, l’important est que le gouvernement puisse travailler pour le bien-être de la population tout en respectant ses promesses », fait ressortir Me Ajay Daby. Ce dernier souligne toutefois que tout repose sur la première session de l’Assemblé nationale, qui doit se faire dans un délai maximal de 30 jours qui précèdent la date des élections et le discours programme du gouvernement en poste.

Pour rappel, lors des élections générales de 2005, l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, avait promis à la population qu’il changerait leur vie dans un laps de temps de 100 jours. « Dan 100 zour mo pou sanz ou lavi», ressassait-il. Il a ainsi remporté la joute électorale de l’époque avec le PMSD comme partenaire en alliance.

Une notion « ridicule »

L’observateur politique Lindsay Rivière ne croit pas qu’un gouvernement ait besoin d’un laps de temps de 100 jours pour faire ses preuves. Tout dépend, précise-t-il, de la trajectoire du gouvernement. « Je ne crois pas qu’un  gouvernement a besoin d’un délai de 100 jours pour réaliser quoi que ce soit. C’est une notion ridicule. Il n’y a aucune obligation légale, morale et pratique pour effectuer un condensé d’actions. L’important est de réaliser ce qu’il faut dans le laps de temps requis », dit-il.

Un minimum de six mois

L’ancien vice-président de la République, Raouf Bundhun, fait ressortir que la promesse de changer la vie de la population dans un laps de temps est un phénomène connu à travers le monde. « Mais, au fil du temps, c’est devenu une tradition et une coutume à Maurice… », précise-t-il. Selon Raouf Bundhun, « il faut donner du temps au nouveau gouvernement ». Cela, en dépit du fait que c’est le même gouvernement qui a été reconduit. « Le nouveau gouvernement se compose non seulement de ministres d’expérience mais également d’un bon nombre de novices qui sont intelligents et capables de beaucoup de choses. D’où le fait qu’on doit leur donner du temps pour s’acclimater à leurs nouvelles fonctions. À mon avis, un minimum de six mois est adéquat », souligne Raouf Bundhun.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019