Live News

Rapport du National Drug Observatory : environ 6 000 personnes s’injectaient de la drogue en 2017

1 130 sur 2 761 arrestations de l’Adsu, en 2018, étaient lié à des drogues synthétiques.

Le nombre de personnes qui s’injectent de la drogue est estimé à 6 000 en 2017. De ce nombre, 85 % étaient des hommes et 15 % des femmes. C’est ce que révèle le troisième rapport du National Drug Observatory 2019.

Le troisième rapport du National Drug Observatory 2019 du ministère de la Santé a été rendu public il y a quelques jours. Il donne un aperçu de l’évolution de la toxicomanie pour la période s’étendant de 2015 à 2018. Selon ce document, le nombre de personnes qui s’injectent de la drogue est estimé à 6 000. La plupart étaient des hommes (85 %) et le reste était des femmes.

Selon le rapport, la prévalence du VIH/sida qui était de 52 % chez les injecteurs de drogue en 2011 est passée à 32 % en 2017.  (Tableau 1).

Une réduction du nombre de personnes mises en observation dans les hôpitaux publics après des complications liées à l’usage de substances illicites a également été notée. Il y en a eu 854 en 2018 contre 914 en 2016 et 1 089 en 2017. Ce qui représente une réduction de 21,6 %. Les hommes représentent le plus grand nombre (Tableau 2). Plusieurs types de drogue : opiacés, cannabis/marijuana, produits médicinaux, mélanges de produits médicinaux, cocaïne, drogue synthétique, entre autres ont été recensés. (Tableau 3).

Ce sont les personnes dans la tranche d’âge de 20 à 29 ans qui sont plus mises en observation (51 %). Une réduction dans la tranche d’âge de 11 à 15 ans a aussi été observée en 2018, soit 17 cas comparés à 33 en 2017 et 46 en 2017.

Les chiffres de 2018 indiquent également que parmi les 902 nouveaux cas enregistrés dans les cinq Addiction Units, 41 % étaient liés aux drogues synthétiques, 38 % à l’héroïne et 7 % au cannabis.

1 231 usagers de drogues étaient enregistrés dans le programme de thérapie de substitution à méthadone dans les trois centres de méthadone en 2018. De ce nombre, plus de 900 prenaient la méthadone. Mais cumulativement, il y a environ 5 000 bénéficiaires qui prennent leur dose quotidienne de méthadone dans les 44 sites de distribution y compris les quatre dans les prisons.

En ce qu’il s’agit du programme d’échange de seringues, il y a 47 sites à travers le pays. Ils sont gérés par le ministère de la Santé et le Collectif urgence toxida (Cut) à travers des caravanes mobiles, des sites fixes en bordure de route, le service communautaire ainsi que le « back pack outreach model ».

Selon les chiffres de 2018, 784 249 seringues ont été distribuées par le ministère de la Santé et les ONG à l’intention de 3 000 clients du programme en comparaison des 300 000 seringues distribuées de 2011 à 2012.

142 personnes ont suivi le programme de désintoxication à la Suboxone et à la Naltrexone, au Detoxification Ward de l’hôpital de Mahébourg de janvier à décembre 2018. Depuis le début de ce programme en 2016 à décembre 2018, 682 personnes, y compris 124 récidivistes, ont suivi des traitements. De ce nombre, il y a quinze femmes.

Le centre Nénuphar de l’hôpital Montagne-Longue a accueilli 47 patients. Il est réservé aux jeunes qui sont affectés particulièrement par la drogue synthétique.

Saisies

  • 31,4 kg d’héroïne ont été saisis par la Mauritius Revenue Authority en 2018.
  • 49 kg de cannabis ont été saisis en 2018.
  • 3,3 kg de cocaïne ont été saisis en 2018 contre 46 g en 2017.

Arrestations : Hausse en 2018

Le nombre de délits de drogue rapporté à la police a connu une hausse de 2017 à 2018. Il est passé de 3 719 à 4 267 ce qui représente une hausse de 14,7 %.

Le nombre d’arrestations a connu une augmentation en 2018. Il est passé de 1 857 en 2016 à 2 293 en 2017 pour être à 2 761 en 2018. 1 130 sur 2 761 arrestations de l’Adsu, en 2018, étaient lié à des drogues synthétiques. 


Condamnations : 50 % liées au cannabis

  • Des 1 833 cas devant les différents tribunaux, 50 % étaient liés au cannabis, 35 % à l’héroïne et 20 % à d’autres drogues.
  • 89,3 % de ces cas étaient liés à la possession et à la consommation de drogue.
  • 83,6 % des personnes ont payé une amende, 15 % ont été emprisonnés.
prevalance

 

admissionnombre admission

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !