People

Les Bhugeloo, taxidermistes : pour donner une nouvelle vie aux trophées

Comme tout sport qui se respecte, la chasse possède de belles trophées en souvenir de beaux exploits. Pour cela, il faut des mains expertes et une sensibilité d’artiste pour donner une deuxième vie aux trophées. Ils sont moins d’une dizaine à Maurice à faire ce que certains considèrent comme un art. Il s’agit du métier de taxidermie qui s’est beaucoup raffiné avec le temps. Rencontre avec Farrahad et Sahzad Bhugeloo, un duo de taxidermistes.

« Parmi les touristes, il y a des empéreurs et des rois de l’étranger qui aiment chasser à Maurice et nous empaillons leurs trophées avant de les leur expédier chez eux »

L’époque où les animaux empaillés étaient ringards semble révolue. La preuve : le salon de la famille Bhugeloo, à Belle-Rose, est un showroom d’animaux empaillés. Des cerfs, un paon, un lièvre, entre autres, ornent la place.

Rien de macabre

Farrahad, avec ses deux fils, après une partie de chasse avec des cerfs  prêts pour l’empaillage.
Farrahad, avec ses deux fils, après une partie de chasse avec des cerfs  prêts pour l’empaillage.

Farrahad, 56 ans, a appris le métier de son père, Adam Bhugeloo, empailleur artisanal. Farrahad, taxidermiste certifié par le Club International Safari, évolue dans cet univers depuis 1978. Sahzad, son fils de 26 ans, pourtant licencié en Software Engineering, a préféré intégrer le même univers. Adolescent, il s’y intéressait déjà et il aidait son père après ses heures de classe.

Gantés et masque au visage pour se protéger des produits utilisés, Farrahad et Sahzad nous font un tour d’horizon de ce métier pas très connu à Maurice. Des moules, des peaux d’animaux, des produits chimiques, des outils jonchent leur petit atelier. C‘est là que tout le processus prend forme. Contrairement à nos idées perçues, rien de macabre et pas d’odeur répugnante…

Père et fils sont habitués avec les animaux morts. « Nous pouvons empailler n’importe quel animal et même des poissons et des oiseaux, mais pas des humains (rires), confie Sahzad. J’aime bien les animaux et la taxidermie est une façon de leur redonner vie. » Une fois empaillés, il n’y a aucune odeur ou de décomposition du spécimen. « Si c’est bien conservé, ils durent une éternité.»

Depuis tout petit, Sahzad a grandi en voyant son grand-père et son père travailler méticuleusement sur les animaux. D’ailleurs, c’est lui qui nous explique les procédures concernant les cerfs. « Il faut nettoyer et enlever leur peau dans les plus brefs délais avant la décomposition, explique-t-il sous le regard approbateur de son père. Puis, il faut faire bouillir le crâne, tanner la peau et préparer un moule en polyuréthane pour le montage. »

Farrahad précise qu’après le montage, il faut laisser sécher pendant une à deux semaines et ensuite passer à la finition. Cette étape consiste à placer les yeux, donner la forme au nez, etc. « C’est un travail minutieux et pour que cela ressemble le plus possible au spécimen d’origine, on importe nos matériaux. »

Sahzad ajoute que les techniques varient selon les espèces. « Par exemple, pour les poissons et les oiseaux, c’est un peu plus compliqué, car la peau, les écailles et les plumes sont plus fragiles et il faut prendre plus de précautions. »

Le business des trophées

Les animaux empaillés, chef-d’oeuvre des Bhugeloo, ornent le salon de la famille
Les animaux empaillés, chef-d’oeuvre des Bhugeloo, ornent le salon de la famille

Parmi les clients les plus réguliers de ce duo de taxidermistes, il y a principalement des chasseurs locaux et internationaux qui veulent un souvenir de leur trophée de chasse. Ces trophées constituent aussi des décors pour des particuliers, des restaurants et autres établissements hôteliers.

Sahzad souligne : « Parmi les touristes, il y a des empéreurs et des rois de l’étranger qui aiment chasser à Maurice et nous empaillons leurs trophées avant de les leur expédier chez eux. » Grace à ce métier, père et fils ont rencontré beaucoup de personnalités. Ils ne nous diront pas les noms, car c’est confidentiel sauf pour le chanteur de renommée internationale, Carlos.

Ils sont de plus en plus nombreux à faire appel aux Bhugeloo qui participent aux expositions de taxidermistes chaque année. La demande pour empailler les prises de pêche sont aussi très populaires. Quelques fois, il y a certains propriétaires d’animaux qui souhaitent garder un souvenir de leurs amis fidèles après leur mort. « Nous avons eu des propriétaires de chiens qui nous demandent de préserver le corps de leur animal », confie Farrahad.

« Nous pouvons empailler n’importe quel animal et même des poissons et des oiseaux »

Farrahad et Sahzad sont très fiers de leurs œuvres. Parmi les préférés de Farrahad, qui est aussi chasseur, il y a un cerf albinos. « Le cerf albinos est assez rare. » Sahzad, lui, préfère le paon qui figure parmi les plus compliqués.

Les prix pour l’empaillage des animaux sont à partir de Rs 3 000, mais le prix grimpe selon l’animal et le niveau de travail et d’heures requis. Le duo père-fils est conscient que c’est un métier rare qui peut disparaître à Maurice. Entre-temps, ils ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin et ils continuent à offrir une beauté éternelle aux animaux. « Notre plus grande joie, ce sont les e-mails et les messages de reconnaissance et de remerciement de nos clients», affirme le fils.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !