Live News

Jeremy Corbyn affirme que le Labour rendra les Chagos à Maurice, rapporte The Guardian

Des membres de la communauté chagossienne ont manifesté devant le Haut-commissariat britannique à Maurice ce vendredi

Le chef du parti travailliste britannique, Jeremy Corbyn, s'est engagé à renoncer à la souveraineté britannique sur les îles Chagos et à respecter un vote de l'ONU demandant que l'archipel soit rendu à Maurice. C'est ce que rapporte The Guardian ce vendredi 22 novembre. Le Labour Party est actuellement dans l'opposition et les élections générales en Angleterre auront lieu le 12 décembre 2019.

Interrogé par des journalistes pour savoir s'il accepterait la décision de la Cour internationale sur la souveraineté, Jeremy Corbyn a déclaré ceci :
 
«Yes, absolutely. I’ve been involved in the Chagos campaign for a very long time. What happened to the Chagos islanders was utterly disgraceful. [They were] forcibly removed from their own islands, unfortunately, by this country. The right of return to those islands is absolutely important as a symbol of the way in which we wish to behave in international law. So yes, we will carry that out».

Dans son manifeste électoral publié jeudi en vue des législatives qui doivent se tenir en Angleterre le 12 décembre 2019, le parti travailliste a pris l'engagement de permettre aux Chagossiens de retourner sur leurs îles natales.

Cet engagement intervient au moment où des membres de la Communauté chagossienne, soutenus par l'ancien président de la République, Cassam Uteem, la députée du MMM, Ariane Navarre-Marie, et des membres de Lalit, ont manifesté devant le Haut-Commissariat britannique à Maurice, à Port-Louis, ce vendredi. 

Le Groupe Refugiés Chagos (GRC) n’écarte pas la possibilité de poursuivre le gouvernement britannique devant la Cour pénale internationale (CPI), affirme le leader du GRC, Olivier Bancoult. Selon lui, «c’est un crime contre l’humanité de ne pas permettre aux Chagossiens de retourner sur leurs îles natales».

Ce vendredi 22 novembre marque la fin du délai de six mois accordé par la Cour internationale de justice pour que les Britanniques mettent un terme à leur administration sur l'archipel des Chagos.

En février dernier, la Cour internationale de justice avait rendu un avis favorable à Maurice en affirmant que l’excision des Chagos du territoire mauricien au moment de son accession à l’indépendance en 1968 avait été faite de manière illicite. 

Dans une déclaration au Parlement jeudi 21 novembre, le Premier ministre mauricien, Pravind Jugnauth, n’a pas été tendre envers le Royaume-Uni, le qualifiant d’«occupant colonial illégal». Il a rappelé que conformément à une demande de l’Assemblée générale des Nations unies, la Cour internationale de Justice (CIJ) a rendu, le 25 février 2019, un avis consultatif sur les conséquences juridiques de la séparation des Chagos de Maurice en 1965. Le Premier ministre a ajouté que le 22 mai 2019, l’Assemblée générale a adopté à une majorité de 116 voix contre six la résolution 73/295.

Cette résolution dit que les Chagos font partie du territoire de Maurice ; que le processus de décolonisation de Maurice n’a pas été achevé légalement lors de son accession à l’indépendance du fait de l’excision illégale des Chagos du territoire de Maurice ; que l’administration en cours sur l’archipel par le Royaume-Uni est un fait illicite constant qui engage la responsabilité internationale de cet État.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019